Trois hommes et un couffin.Trois larrons en Rois mages.Fable pieuse.Martyrologe de Ford.

Avis sur Le Fils du désert

Avatar PierreAmo
Critique publiée par le

Un Western qui marche comme film de Noël: La gâchette des rois?
La Rédemption de trois bandits par une bonne action de samaritain: Saints pénitents?
"Deux Hommes et un Mexicain" diraient Trump et une blague de Coluche...
En adoration autour d'un nouveau né (un fils/neveu putatif, joué d'ailleurs par une fille...)
John Ford semble vouloir transformer John Wayne en Saint. Un Chant grégorien fordien?

Liste de micro remarques pour film dont tout a sans doute déjà été dit en mieux avant que je le vois proprement: il ne m'a pas attendu...
✘_______________Grâce à des plans qui m'ont rappelé une crèche puis le Golgotha,
je croyais être malin et avoir deviné de moi-même que l'histoire était une allusion aux Rois mages et au Christ et ses deux larrons,
quand soudain, un heure? dans le film, ses auteurs l'explicitent clairement à l'aide de carrément la Bible lue puis tenue serrée à l'écran par Harry Carey, un jeunot à visage christique, qui regarde même vers le ciel comme la vierge Marie, une madone.
A force de trop expliciter et trop épeler ce que les images suggéraient déjà très très bien par elles-mêmes, le montage vexe les cuistres comme moi, en avance sur l'interprétation...

Carriole et Tombe:
✘_______________J'ai aimé ces scènes dans la carriole rappelant la série Call the Midwife.
Surtout qu'elles commencent par un plan dont le style est parmi mes favoris, dont j'ignore le nom professionnel et que j'appelle et liste: 'Plan et scène à la "tombe du Christ", filmée de de l'intérieur, regardant vers issue/porte ouverte'

...de la colline qui domine les toits de la cité... une crèche et un calvaire:
En écrivant, j'ai encore en tête ce beau plan sur une carriole à gauche, une dune colline à l'horizon dominant son toit au centre, et un gros cactus à droite, formant un triangle,
avec deux 'bougies' allumées: l'Etoile du Berger en haut à droite et une lampe à huile brillante en bas à gauche, derrière le tissu et toile de la sorte de tente sur roulettes
(on entend presque "L’enfant est né , Alléluia ! Réjouis-toi, Jérusalem, Alléluia, Alléluia ! Au ciel les anges vont chantant Alléluia ! Pour annoncer le saint enfant, Alléluia, Alléluia !" ):

"L’étoile de Bethléem ou étoile de Noël est le signe, qui dans l'Évangile selon Matthieu, annonça à des mages la naissance de Jésus et, selon la tradition chrétienne, les a guidés.
En souvenir de cet événement, les crèches et sapins de Noël sont décorés d'une étoile" (wiki)

Cette colline en dune m'avait donc bien rappelé exprès un Calvaire qui un instant plus tard aura aussi les 3 larrons de profil à l'horizon (un autre plan méritant une photo de l'écran).
La scène de mort précédente dans la carriole rappelant même une pietà.
Les Larrons sont dans les Évangiles des bandits martyrisés de part et d'autre de Jésus-Christ.

Ils perdent leur monture et marchent:
✘_______________Sauf erreur, un Paul dans la Bible, martyre?, s'est converti après un long chemin sous une chaleur étouffante: tombé de sa monture?

"Traditionnellement représenté à pied, "une nouveauté principale au XIIe siècle est l'introduction du cheval dans l'iconographie de l'événement de Damas (alors que le récit biblique ne mentionne pas cette monture, rarissime dans l'Antiquité, les voyageurs ordinaires circulant à pied).
Cette nouvelle tradition iconographique s'avère n'être pas sans signification spirituelle et anthropologique : terrassé dans son orgueil, IL tombe de très haut." (wiki)
Tombe, se fait bobo et Cry Macho...ils ont des larmes aux yeux...qu'ils voudraient donner au nourrisson.

✘_______________Un texte d'AMCHI me rappelle que j'ai été subjugué par la scène de tempête du désert (desert storm): le vent affligeant le trio se battant contre lui, avec les sortes de beaux serpents de sables éphémères qui remontent vers eux.

Silence ça pousse! et Gentilhomme:
✘_______________Au début du film, ce n'est d'ailleurs pas évident du tout qu'il va dans cette direction religieuse.
J'ai aimé la première scène gentiment anti machos, anti clichés et anti lieux communs machos, déjà en 1948...lorsque les 3 gaillards dominant du haut de leurs chevaux, se moquent gentiment d'un gentil bonhomme courbé dans son beau jardin,
qui en plus s'appelle "Gentil" et dont la femme l'appelle "Pearly" (ma perle? p'tite perle traduit par le tout aussi amusant "Biquet"),
Car il est sans doute une perle à la maison ce gentil: il jardine; vue la maison, il semble aussi très bien bricoler et on apprend que cette perle domestique est aussi sans doute bon danseur, car sa femme en était "une épatante dans sa jeunesse au bal"...
Pire, ce presque Stéphane Marie... s'est donc confié en 5 minutes sur son couple et même sa rencontre au bal avec sa jeune épouse.
Une heure plus tard, l'homme à tout faire révélé Shérif, enverra quand même à une possible mort lente les trois fuyards en explosant très volontairement leur réserve d'eau:
"Tu ne tueras point" mais tu peux faire mourir de soif, et torturer à distance sous soleil brûlant...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 137 fois
12 apprécient · 1 n'apprécie pas

PierreAmo a ajouté ce film à 1 liste Le Fils du désert

Autres actions de PierreAmo Le Fils du désert