Humain, simplement humain

Avis sur Le Général della Rovere

Avatar Marlon_B
Critique publiée par le

Il ne faut en général que quelques minutes pour se rendre compte que l’on est face à un chef d’œuvre filmé par un géant du cinéma. C’est le cas avec ce film-ci.

D’abord, la 1ère partie (hors de la prison), époustouflante : outre le scénario (adapté de Istruttoria per un processo, d’Indro Montanelli) qui dévoile peu à le sordide personnage du colonel et ses agissements peu scrupuleux, outre l’instinctive et amorale fuite en avant de ce personnage qui prend aux tripes le spectateur, outre ce perspicace et humain regard qui ne juge personne mais au contraire dédouane tout le monde, outre la peinture d’une époque de misère et de peur consubstantielles à la guerre, outre le beau et sobre noir et blanc, il faut rendre hommage à la grandiose performance de De Sica (encore meilleur acteur que cinéaste, comme j’ai souvent entendu dire en Italie).

La 2ème partie, en prison, forcément plus immobile, avec moins de virevolte, plus intérieure, a surtout pour but de redorer l’image d’un homme fourbe, opportuniste, cynique sans le savoir que bien des hommes d’alors ont dû être – comme chez nous d’ailleurs. En effet, en le mettant dans la peau du général chef de la résistance, il goûte aux privilèges de son nouveau statut mais aussi aux souffrances de son peuple qui ne capitule pas, si bien qu’il prend conscience que son rôle dans le groupe est plus honorable que celui, individuel, qui défend ses intérêts personnels.

Grâce aux différents points de vue propres à tous les personnages joués par le seul personnage interprété par De Sica, Rossellini met en place une éthique du regard favorisant la compassion et la compréhension de l’autre. Humain, simplement humain.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 102 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Marlon_B Le Général della Rovere