👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Dès le début, le film affiche clairement son postulat : les pauvres gentils et les méchants riches. Dès le début, le réalisateur/moralisateur lance un propos très édifiant à son jeune spectateur : "juger sur l'apparence, ce n'est pas bien". Certes, ce n'est pas une mauvaise chose que de le rappeler, mais une approche un peu moins pachydermique aurait pu être un peu plus intéressante.

Fort heureusement, l'intérêt de ce "Tableau" ne se limite pas à ça ; le graphisme est audacieux, la recherche esthétique certaine, mais n'échappe pas toujours à "l'orgie de couleurs", en somme toute assez dégoulinante. Le film, se laissant à aller à maints excès graphiques, ne trouve jamais vraiment de cohérence visuelle et se perd dans ses idées, certes foisonnantes, mais finalement bien mal exploitées.

A la fin de notre histoire, les gentils "Pafinis" se peignent, changent d'identité, et finissent par se faire accepter. Seule la protagoniste, véritable esprit critique, refuse de renier son propre être pour être considérée comme "normale". Mais le tout jeune spectateur, voyant les "Pafinis" convertis s'amusant et dansant, aura-t-il autant de recul qu'elle ? Ne se dira-t-il pas : "pour être accepté, je dois rejeter mes différences" ?
Trelkovsky-
3
Écrit par

il y a 10 ans

24 j'aime

4 commentaires

Le Tableau
SanFelice
6
Le Tableau

Exquises esquisses

Critique contenant des spoils Bienvenue dans le tableau. Nous pouvons y voir trois classes sociales : ceux qui ont été entièrement peints, et que l'on appelle les Tout-Peints ; ceux qui n'ont été...

Lire la critique

il y a 8 ans

28 j'aime

6

Le Tableau
Trelkovsky-
3
Le Tableau

Pour être comme tout le monde ...

Dès le début, le film affiche clairement son postulat : les pauvres gentils et les méchants riches. Dès le début, le réalisateur/moralisateur lance un propos très édifiant à son jeune spectateur :...

Lire la critique

il y a 10 ans

24 j'aime

4

Le Tableau
Gand-Alf
8
Le Tableau

Colors.

Le réalisateur de "Gwen" signe ici un véritable poème visuel. A partir d'une intrigue classique (la fuite de fugitifs sur fond de luttes des classes), Jean-François Laguionie mélange les techniques...

Lire la critique

il y a 9 ans

15 j'aime

5

Le Désert rouge
Trelkovsky-
10

Le vertige selon Antonioni

Pour Michelangelo Antonioni, "Le désert rouge" est un changement : il s'agit en effet de son premier film en couleur, un pas en avant vers une nouvelle modernité cinématographique et donc vers un...

Lire la critique

il y a 10 ans

34 j'aime

5

Django Unchained
Trelkovsky-
5

À tout vouloir justifier ... (spoilers)

Depuis quelques films déjà, Tarantino a comme un besoin de légitimer la violence qu'il filme. Bien sûr, dans les grandiloquents « Kill Bill », l'histoire de vengeance n'était qu'un simple...

Lire la critique

il y a 9 ans

33 j'aime

7

Le Tableau
Trelkovsky-
3
Le Tableau

Pour être comme tout le monde ...

Dès le début, le film affiche clairement son postulat : les pauvres gentils et les méchants riches. Dès le début, le réalisateur/moralisateur lance un propos très édifiant à son jeune spectateur :...

Lire la critique

il y a 10 ans

24 j'aime

4