👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Depuis quelques films déjà, Tarantino a comme un besoin de légitimer la violence qu'il filme. Bien sûr, dans les grandiloquents « Kill Bill », l'histoire de vengeance n'était qu'un simple prétexte permettant un déluge de combats et d'effets en tous genres. Mais ce besoin de légitimation semble s'être encore affermi avec « Inglorious Basterds », où la violence est permise car elle s'effectue à l'encontre des nazis, le film allant même jusqu'à encenser un certain fascisme – mais un fascisme justifié, puisqu'il vient en réponse au mauvais fascisme –, devenant ainsi moralement des plus douteux. A priori, on repartait donc pour la même chose avec ce « Django unchained », qui semble finalement se contenter de substituer l'esclavage à l'Holocauste ; et pourtant, cela passe bien mieux ici. Non pas que le problème ne soit plus là, mais le genre dans lequel s'inscrit le film – le western spaghetti – permet beaucoup plus de choses, reprenant l'image d'un Ouest sans foi ni loi où seul le langage des colts prévaut, et délivrant (comme à son habitude) quelque chose d'extrêmement divertissant porté par l'excellence de ses trois principaux interprètes (on pourra rétorquer que sa réalisation précédente lorgnait aussi sur le western, mais le décalage spatio-temporel qu'il revendiquait nécessitait un minimum de précautions).

Le film n'en devient toutefois pas pour autant moralement clair ; s'il tente parfois d'abolir la barrière entre le Bien et le Mal (notamment lors de la scène où Django exécute un homme près de son fils), Tarantino continue de justifier la loi du Talion, ne laissant absolument aucune chance de rédemption à ses personnages ; le dernier meurtre est à cet égard assez significatif. Lorsque le personnage de joué par Samuel L. Jackson s'avance, totalement désarmé face à Django, on pourrait s'attendre à des paroles possédant au moins une once d'humanité – même si ce n'était qu'hypocrisie pour sauver sa peau (après tout la lâcheté est humaine). Que nenni : l'homme, figure absolue du Mal, retombe aussitôt dans un flot de propos orduriers et racistes, confirmant que le seul sort qu'il mérite est bel et bien la mort. Si le cinéaste tient tant à fournir une répartition des personnages si simplistes et des enjeux si schématisés, qu'il ne sente pas obligé de se justifier : on préfère largement le non-sens, voire le grand-guignol de ses œuvres précédentes.

Trelkovsky-
5
Écrit par

il y a 9 ans

33 j'aime

7 commentaires

Django Unchained
guyness
8

Quentin, talent finaud

Tarantino est un cinéphile énigmatique. Considéré pour son amour du cinéma bis (ou de genre), le garçon se révèle être, au détours d'interviews dignes de ce nom, un véritable boulimique de tous les...

Lire la critique

il y a 9 ans

340 j'aime

50

Django Unchained
real_folk_blues
7

Jamie nie Crockett

Salut, j’aime Tarantino et je t’emmerde (poliment, bien sûr). Certes, il est podophile (j’ai bien utilisé la lettre « o »), pas très agréable à regarder, parfois vulgaire, et un brin complaisant...

Lire la critique

il y a 9 ans

133 j'aime

50

Django Unchained
Nushku
7

Dragées Unchained

Le dernier Tarantino est un film des plus sucrés. Sucré avec tous ces accents chantants ; ce Sud pré-Civil War aux relents de southern gothic, aux plantations garnies de belles demeures ornées de...

Lire la critique

il y a 9 ans

105 j'aime

8

Le Désert rouge
Trelkovsky-
10

Le vertige selon Antonioni

Pour Michelangelo Antonioni, "Le désert rouge" est un changement : il s'agit en effet de son premier film en couleur, un pas en avant vers une nouvelle modernité cinématographique et donc vers un...

Lire la critique

il y a 10 ans

34 j'aime

5

Django Unchained
Trelkovsky-
5

À tout vouloir justifier ... (spoilers)

Depuis quelques films déjà, Tarantino a comme un besoin de légitimer la violence qu'il filme. Bien sûr, dans les grandiloquents « Kill Bill », l'histoire de vengeance n'était qu'un simple...

Lire la critique

il y a 9 ans

33 j'aime

7

Le Tableau
Trelkovsky-
3
Le Tableau

Pour être comme tout le monde ...

Dès le début, le film affiche clairement son postulat : les pauvres gentils et les méchants riches. Dès le début, le réalisateur/moralisateur lance un propos très édifiant à son jeune spectateur :...

Lire la critique

il y a 10 ans

24 j'aime

4