Affiche Le Violent

Critiques de Le Violent

Film de (1950)

  • 1
  • 2

"I lived a few weeks while she loved me..."

Des scènes avec lui, notre mémoire de cinéphile en est remplie. On se souvient, bien évidemment, du regard qu'il porte sur une jeune Bacall sortant brusquement de la pénombre, du sourire carnassier qu'il esquisse face à un vieux pervers dans une serre suffocante, de son rire sardonique qui conclue une folle épopée à la Sierra Madre... Mais peut être que de tous ces rôles, le plus mémorable... Lire la critique de Le Violent

36 4
Avatar Kalopani
8
Kalopani ·

Un bonheur en devenir

"Je suis né quand elle m'a embrassé, je suis mort quand elle m'a quitté, j'ai vécu quelques semaines lorsqu'elle m'aimait " C'est le dialogue tiré de son nouveau script que cite Dixon Steele à Laurel Gray, son tout nouvel amour. Lui, c'est Humphrey Bogart, scénariste en panne d'inspiration, suspecté de meurtre, complexe et irascible, mais terriblement humain et attachant. Laurel Gray,... Lire l'avis à propos de Le Violent

42 9
Avatar Aurea
9
Aurea ·

Le pouvoir de la suspicion

Nicholas Ray aura certainement connu son heure de gloire dans La Fureur de Vivre. Il aura eu la chance, comme Elia Kazan, de diriger James Dean. Au delà d'avoir signé un film qui aura marqué plus d'une génération, c'est aussi un cinéaste intéressant qu'on prend plaisir à découvrir. La Violent est un drame au multiple facettes,... Lire l'avis à propos de Le Violent

11 1
Avatar Halifax
8
Halifax ·

Critique de Le Violent par ghyom

Le Violent (In A Lonely place) c’est le portrait d’un homme caractérisé par des accès de colères autodestructeurs. Nicholas Ray nous raconte donc l’histoire d’un scénariste à Hollywood du nom de Dixon Steele (Humphrey Bogart). Celui-ci invite une jeune femme à lui résumer un livre dont il doit faire l’adaptation. Le lendemain, un ancien frère d’arme devenu flic, lui apprend la mort de celle-ci... Lire la critique de Le Violent

6 2
Avatar ghyom
9
ghyom ·

Le violent (1950)

"Je suis né avec son baiser, je mourrai avec son départ, j'ai vécu juste le temps qu'elle m'a aimé" Dix (Bogart) n'est pas totalement maitre de son destin. Il est impulsif et est en proie a des crises de colères. Il essaye de se contrôler mais il n'y parvient pas très longtemps et il explose assez vite. Lorsqu'un crime sauvage est commis on le soupçonne. Son tempérament ne plaide pas en sa... Lire la critique de Le Violent

5 3
Avatar greenwich
10
greenwich ·

Critique de Le Violent par Alligator

Un film noir dont l'intrigue policière ne sert que de prétexte à décrire les affres de l'incommunicabilité dans un couple. Bogart délivre une prestation remarquable, hors du commun, entre calme et flegme bogartien et explosion toute aussi borgatienne. Le bad-guy des années 30 sommeille toujours dans le héros des années 50. La belle Gloria Grahame, madame Nicholas Ray à la ville, offre une... Lire la critique de Le Violent

2
Avatar Alligator
7
Alligator ·

Quand le film noir se fait psychologique

Quatrième film de Nicholas Ray qui venait de diriger Bogart dans son film précédent, les Ruelles du malheur, le Violent offre sans conteste l'un de ses meilleurs rôles à la star des polars, et même son plus beau rôle psychologique, car c'est un film noir original, mélancolique et romantique malgré son intrigue policière. Il traite de l'aliénation, de... Lire la critique de Le Violent

8
Avatar Ugly
7
Ugly ·

Bon mais peu surprenant

In a Lonely Place, ou Le Violent en français, oscille notre drame et film noir, sans grandes surprises, qui ressemble à beaucoup d’autres films de son époque. Par conséquent, tout en restant correct, il ne parvient pas à passionner. Le film porte bien son titre anglais car c’est le manque de communication qui aura raison des deux amants, leur apportant peur, tristesse et... Lire la critique de Le Violent

Avatar Alice Perron
6
Alice Perron ·

Critique de Le Violent par hitch13f

Dixon Steele, scénariste, se fait lire un roman chez lui par une fan qu'il a invité. Puis il lui paye le taxi pour rentrer. Or la jeune femme est assassinée. Steele est aussitôt soupçonné, mais une jeune voisine le disculpe. Ils tombent amoureux, mais Steele semble avoir quelques fois des accès de violence... La mise en scène de Ray est souvent impressionnante et l'interprétation de Bogart... Lire la critique de Le Violent

Avatar hitch13f
7
hitch13f ·

Un scénario parfaitement maîtrisé de bout en bout, des acteurs passionnants et une tension palpable

Deuxième collaborations entre le réalisateur Nicholas Ray et l'acteur Humphrey Bogart, après Les Ruelles du malheur (1948), ils se retrouvent au cœur d'un psychodrame aux allures de polar qui oscille entre le drame et la critique acerbe envers l'industrie Hollywoodienne. Ce que l'on retiendra plus particulièrement ici, c'est bien évidemment la prestation d'Humphrey Bogart qui en impose dans la... Lire la critique de Le Violent

Avatar RENGER
6
RENGER ·
  • 1
  • 2