👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Le film en costume, je ne suis pas un grand adepte. N'est pas Visconti ou Kubrick qui veut, et dépasser le simple défi de la reconstitution historique n'est pas donné à tout le monde.
On peut dire que sur ce point, Jacquot s'en sort avec les honneurs. Ses comédiens, Seydoux en tête, sont très bons, d'une belle authenticité. Le procédé, finalement peu original, de nous donner à voir un pouvoir qui se délite depuis les coulisses des dames de compagnie, est bien exploité. Le récit est avant tout celui d'un déplacement, celui du personnage de Seydoux, à travers le dédale de Versailles, à qui on colle en permanence. Les mouvements sont fluides et le travail sur la lumière d'une grande maîtrise : aux ors des appartement royaux répond l'obscurité intense des offices, et le voyage permanent entre les deux par des objets symboliques : l'horloge en or chez la liseuse, la fleur qu'elle brode à destination de la Reine... ces glissements qui dérapent à mesure que le pouvoir faiblit, et que se dit silencieusement le pillage à venir.
L'éclairage, à la bougie, occasionne un très beau plan séquence central, celui d'un long parcours dans un couloir où la panique et la désorganisation règne parmi les domestiques. Jacquot compose certains plans comme de véritables tableaux, notamment les fameux portraits de De La Tour.
Cela dit, la fameuse intrigue centrale et les jeux saphiques, sadiques et manipulatoires affadissent un peu le propos général. La Reine en mégastar déchue est assez crédible, mais les échanges ne sont pas toujours très fins et la conduite du récit est assez convenue. Le travestissement final de la servante en noble occasionne une belle scène, et c'est dans les silences que le film prend toute sa mesure.
Sergent_Pepper
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Auteur français, Historique et Social

il y a 8 ans

15 j'aime

Les Adieux à la reine
Hyunkel
4

Echec à la reine

Spécialiste des adaptations de romans, mais aussi des reconstitutions historiques, avec des films comme Sade ou La Fausse suivante, Benoît Jacquot plante ses caméras à Versailles pour nous conter les...

Lire la critique

il y a 10 ans

25 j'aime

5

Les Adieux à la reine
Frankoix
3

S.O.S. Orthophonie

Un superbe scénario entièrement ruiné par une interprétation ennuyeuse. Les rôles étaient immenses, les actrices ne le sont pas. Léa Seydoux, Lolita Chammah et Julie-Marie Parmentier semblent sorties...

Lire la critique

il y a 10 ans

22 j'aime

6

Les Adieux à la reine
potaille
4

Microcosme royal d’avant la chute

Qu’on ne s’y trompe pas, « Les adieux à la reine » parle moins de la Révolution française que du prétendu saphisme de la reine Marie-Antoinette, exacerbé lorsque la nouvelle de la prise de la...

Lire la critique

il y a 9 ans

19 j'aime

9

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

711 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53