Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte

Monia Chokri ne croit pas en l'âme sœur

Avis sur Les Amours imaginaires

Avatar Shalf
Critique publiée par le

J'aurais vraisemblablement été plus sévère si ça ne tenait qu'à moi, mais vous savez ce que c'est : quelqu'un a qui vous tenez vous conseille d'aller le voir, et puis y'a un Q&A assez drôle et touchant de plus de vingt minutes avec l'équipe du film à la fin...

Xavier Dolan donne envie de voir ses films de dans cinq ans, à la façon dont il parle du cinéma. Niels Schneider donne envie de quitter la salle cinq minutes plus tôt du fait de ses mauvaises manières (décrocher son portable en en faisant des tonnes en pleine interview, c'est la grande classe). Monia Chokri donne envie d'aller boire cinq cafés avec elle au bar le plus proche et pas seulement pour parler de sa sublime grimace au photocall de Cannes.

Le film souffre de lenteurs : les fameux ralentis par exemple, désamorcés avec beaucoup de sincérité par le réalisateur devant une salle convaincue a posteriori - Il voulait décrire le flottement de l'état amoureux, et plus précisément sur son actrice, "J'aurais pu la mettre en leggings à 24 fps, j'ai préféré la robe des 50's, leeeeeentement." (...)
Il y a aussi des imprécisions, des détails de faiseurs (foutus filtres couleur). Les "amoureux lambdas" comme Dolan les appelle, sont eux particulièrement réussis (l'emprunt à l'attente de Barthes, et d'autres, précisés avec humilité en interview), ou encore le détail dans l'accessoire (les chaussures complètement improbables de Marie quand elle quitte la "campagne", le jeu avec le livre sur l'appui de la fenêtre pendant la scène du thé.). La relation entre Francis et Marie, qui puise tant, on le devine, on le sent, on le voit, dans la complicité du réel entre leurs interprètes, touche aussi beaucoup, surtout dans les scènes finales (le "un an après").
Et puis les lumières se rallument, et ça passe assez bien.

Par contre, Monia. S'il te plaît. Plus jamais tu ne lui suggères au montage, comme dans une embuscade de canyon, les suites pour violoncelle seul de Bach. Merci.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 321 fois
1 apprécie

Shalf a ajouté ce film à 1 liste Les Amours imaginaires

Autres actions de Shalf Les Amours imaginaires