👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

6 parce que je suis trèèèèès gentil (ajd). gentil parce que le film est assez vide et que sans la hype actuelle autour de Dolan, on en aurait jamais entendu parler. gentil parce qu'un film ou il ne se passe rien c'est au moins un film qui développe ses personnages. gentil parce que j'ai pas compris la fin (srsly, ils craquent pour ce type à bonnet ET mèche ??). gentil parce qu'Indochine c'était vraiment en trop, et qu'il n'y a pas assez de Fever Ray. gentil parce que le personnage de Nicolas m'insupporte. pas gentil parce que la photographie. pas gentil parce que monia chokri. pas gentil parce que la coiffure de Dolan.
kirill
6
Écrit par

il y a 11 ans

Les Amours imaginaires
Aurea
7

Un fantasme incarné

Il a 21 ans et c'est son deuxième film : doué ce jeune réalisateur, même si ce long métrage fait un peu figure de cinéma expérimental. Maladroit parfois mais tout de même si inspiré, car finalement...

Lire la critique

il y a 10 ans

123 j'aime

29

Les Amours imaginaires
Anonymus
7

Critique de Les Amours imaginaires par Anonymus

Pour aimer "Les Amours imaginaires", je pense qu'il ne faut pas avoir peur du ridicule. Ce ridicule adolescent, que je connais à la perfection, mieux que moi-même, qui a été mon grand ami et que j'ai...

Lire la critique

il y a 10 ans

119 j'aime

4

Les Amours imaginaires
takeshi29
9

Quand des corps se frôlent au ralenti sur The Knife

Xavier Dolan confirme et même un peu au-delà. Son premier film, "J'ai tué ma mère", était étonnant et prometteur, mais ici on va bien plus loin avec un mélange risqué, presque prétentieux entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

61 j'aime

3

My Father Will Guide Me Up a Rope to the Sky
kirill
7

Critique de My Father Will Guide Me Up a Rope to the Sky par kirill

Chroniquer un Swans. Le défi parait déjà hardi à la base. Hardi parce que Swans est par essence indéfinissable et imprévisible (fut un temps); parce que Swans fout(ait) les pieds dans le plat; parce...

Lire la critique

il y a 10 ans

6 j'aime

3

Vincebus Eruptum
kirill
9

Critique de Vincebus Eruptum par kirill

Abrasif. 1968. A cette époque, on s'émerveille comme des chiens fous sur toutes sortes de fleurs et substances. On crie, on chante, tout ça dans le plus profond respect des choses et des autres...

Lire la critique

il y a 10 ans

3 j'aime

Enter the Void
kirill
9

Critique de Enter the Void par kirill

Ce film n'est objectivement pas notable. C'est une expérience de vie sous psychotropes, inappréhendable pour les profanes. Une interprétation personnelle du livre des morts tibétains, mystique et...

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime