L'ombre de l'ombre du Z

Avis sur Les Aventures de Spirou et Fantasio

Avatar ServalReturns
Critique publiée par le

Puuutain... ils ont osé.

Atroce, c'est juste atroce.

Entendons-nous bien, je n'attendais absolument rien de ce film. Comme quasiment toutes les trop nombreuses adaptations de classiques de la bande-dessinée franco-belge précédentes, tous les signaux étaient au rouge : le réalisateur à la filmo toute pourrie, le casting toujours constitué des mêmes humoristes ratés et autres acteurs "populaires", le manque d'ambition évident du projet, et des premiers visuels alarmants. Bref, le projet puait la merde de Champignac à Touboutt-Chan, et tout indiquait une énième catastrophe artistique. Ça n'a pas manqué.

Ça avait l'air pourri, c'est encore pire. Pire que tout. C'est juste le pire du cinéma français. Le genre de comédie honteuse tout juste destinée à finir diffusée sur TF1 un soir de semaine, puis à être oubliée. Et à terme à disparaître de la mémoire collective. Le truc dont plus personne ne se rappellera de l'existence dans vingt ans. Une future curiosité, à l'instar de merdes comme Fais gaffe à Lagaffe ou Super Mario Bros, que les rares masos à s'être rendus en salle à leur sortie peuvent aujourd'hui se remémorer avec malice devant une jeune génération encore innocente. Franchement, où est le cinéma dans ce truc ? Peut-on encore même parler de cinéma, devant un tel acte de désaveu du septième art ? Enfin merde, que quelqu'un vienne en aide à Alexandre Coffre, c'est le cri de détresse d'un homme en souffrance, ce film.

Sans rire, c'est le genre de film qui te fait réévaluer tout ce que t'as vu avant. Mais à qui s'adresse ce spectacle, sérieusement ? Les cinéphiles ? Les amateurs de la bande-dessinée ? Les journalistes ? Les grooms contrariés ? Les écureuils ? Putain, j'en sais rien, aidez-moi... Les mioches, peut-être ? Même pas. Les rares morbacs de ma séance (les mêmes qui riaient à gorge déployée devant la bande-annonce du nouveau Gaston Lagaffe) n'ont pas rigolé du film. Ah si pardon, lors d'une scène : celle dans laquelle Fantasio, assoiffé au beau milieu du désert, boit du jus de caca pour se désaltérer. Oui oui, vous avez bien lu. Du jus de caca. Putain. Même Fabien Vehlmann n'aurait pas osé. Ressortez-moi le Spirou-garou en live, je m'en fous, mais pas ça... pas du jus de caca.

Si encore c'était drôle... ou n'importe quoi d'autre. Si c'était bien, ou juste moyen, voire même simplement intéressant... Si ce film proposait quelque chose... Je pourrais lui pardonner n'importe quoi, même de n'avoir de Spirou et Fantasio que le nom (ce qui est le cas). Mais que faire face à une merde pareille ? Le film ne ressemble à rien. La mise en scène est affreuse, les dialogues merdiques au possible, les acteurs forcément tous affligeants, les effets spéciaux indignes, même les costumes et la teinture rousse de l'autre tête à claques sont moches... c'est quoi, le topo ? Le film a été réalisé par les stagiaires ou quoi ?

Le pire, c'est que ça dure 1h20, et que c'est interminable. Je ne sais pas ce qu'en penseront les béotiens, qui préféreront de toute façon aller voir la Ch'tite Famille, mais personne de raffiné ne peut apprécier ce truc.

M'enfin bref. Après ces savoureuses incarnations de Spirou, Fantasio et Zorglub, on attend désormais l'adaptation de Gaston en avril prochain. Par Pef. L'héritage de Franquin a bonne mine.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3053 fois
65 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de ServalReturns Les Aventures de Spirou et Fantasio