Affiche Les Bas-fonds

Critiques de Les Bas-fonds

Film de (1957)

  • 1
  • 2

En attendant Dodes'kaden

À la base de ce projet, il y a le souhait de Kurosawa de pouvoir réaliser une adaptation de la célèbre pièce de Gorki, qui fut également portée à l'écran par Renoir en 1936. Mais contrairement au Français, Akira a bien du mal à se défaire du matériau d'origine et nous livre un semblant de théâtre filmé auquel on adhère difficilement. Malgré ses bonnes intentions, notre homme a beaucoup de mal... Lire l'avis à propos de Les Bas-fonds

19
Avatar Kalopani
6
Kalopani ·

Il est mort pour nous gâcher le plaisir

Donzoko est réalisé en 1957 et s'inspire directement de la pièce de théâtre du même nom écrite par Maxime Gorki en 1902. Pour cette adaptation, Kurosawa a cette fois ci conservé l'époque et le cadre, un asile de nuit que dépeint alors l'histoire de différentes personnalités vivant dans la misère la plus totale. On fait rapidement la connaissance de ces personnages, qui ont tout perdu ou n'ont... Lire la critique de Les Bas-fonds

12
Avatar Gwimdor
5
Gwimdor ·

Un jour sans faim

Akira Kurosawa est un cinéaste qui a la capacité de faire des films longs mais passionnants et rythmés de bout en bout. Cependant, il lui arrive parfois de s'embrouiller et de produire quelque chose d'assez lourd. C'était le cas pour l'un de ses premiers films, et c'est également le cas pour Les Bas-Fonds, ce qui nuit fortement à l’expérience cinématographique. Je ne sais pas si cela... Lire l'avis à propos de Les Bas-fonds

4
Avatar MemoryCard64
5
MemoryCard64 ·

Salauds de pauvres

Vaille que vaille, nos petites aventures dans le passé glorieux du cinémââââ apporte son lot de va et vient aléatoire, au gré des vagues promotionnelles qui titillent l'esprit, alors bien sûr quand vous avez un nom comme Akira Kurosawa, vous estimez et à juste titre que le vient ira plutôt vers le haut. Alors on hésite un peu, et puis bon, ça se lance quand même, c'est ça la magie du... Lire l'avis à propos de Les Bas-fonds

4
Avatar Bung
6
Bung ·

Critique de Les Bas-fonds par Eric31

Les Bas-fonds est un drame social japonais réalisé par Akira Kurosawa, coécrit par Hideo Oguni d'après la pièce de Maxime Gorki (créée en 1902) qui met en scéne dans un quartier insalubre du Japon féodal, des paumés parmi lesquels, il y un voleur repenti (joué par Toshiro Mifune) qui va tomber amoureux de la sœur (jouée par Kyōko Kagawa) de la propriétaire (de l'asile insalubre) une femme... Lire la critique de Les Bas-fonds

3 1
Avatar Eric31
8
Eric31 ·

Théâtre de chambre au fond du trou

Dès les premiers sons, le ton est donné. On se trouve bien loin de la fable que sera plus tard Dodes'kaden et la perspective d’avenir semble avoir un goût amer de fatalité. Les notes graves assourdissantes résonnent sur le lent panoramique qui suit les murs de ces bas-fonds qu’on ne quittera pas. La fuite vers la lumière à peine visible parait inatteignable et... Lire la critique de Les Bas-fonds

2 2
Avatar S_Pilgrim
7
S_Pilgrim ·

Du théâtre à demi-fun et académique

Il fallait bien que je sois déçu un jour par un film d Akira Kurosawa. Il faut dire aussi qu'il n'avait pas choisi la facilité en adaptant cette œuvre de Maxime Gorki, traitant de la misère extrême du peuple à l'époque des tsars. Jean Renoir avait eu lui aussi un succès mitigé en adaptant les Bas-Fonds en 1936. Le scénario est fidèle à l'esprit de la pièce: l'arrivée d'un vieillard dans une... Lire l'avis à propos de Les Bas-fonds

2 5
Avatar Zolotoï
6
Zolotoï ·

Critique de Les Bas-fonds par JM2LA

3 scènes : les 2 moments où ils jouent, et psalmodient puis dansent ensuite. Et celle où Osen, la prostituée, raconte au milieu de la cour - j'ai d'ailleurs plus ou moins oublié ce qu'elle raconte exactement. Mais l'enjeu est encore la foi donnée ou non à un récit : invente-t-elle ? Ou la réalité d'un passé différent est-il trop irréel pour ses auditeurs ? Au spectateur de choisir. (Et c'est... Lire l'avis à propos de Les Bas-fonds

Avatar JM2LA
6
JM2LA ·

L'espoir, ou la condition inhumaine

La grande force de ce film aux accents contemplatifs fort prononcés, c'est la reconnaissance de la théâtralité en tant que manne contextuelle. L'espace est réduit aux contraintes du sujet, s'interdire l'échappatoire dans le présent pour mieux s'en affranchir en des lendemains forcément plus enthousiastes Puisque le présent est forcément désespéré, autant vivre pour l'espoir, d'ailleurs... Lire la critique de Les Bas-fonds

Avatar Philippe Quevillart
7
Philippe Quevillart ·

Les miséroïdes

De 1950 à 1965 (et même depuis 1946 si on excepte le faiblard Le duel silencieux), AK a produit un quasi sans-faute sur cette période de sa carrière. Mais cette adaptation de la pièce de théâtre de Gorki m'a achevé. Si les bas-fonds pris comme prétexte pour dépeindre la condition humaine est une procédure habituelle du cinéaste japonais, on atteint ici des sommets de... Lire l'avis à propos de Les Bas-fonds

Avatar Dun
4
Dun ·
  • 1
  • 2