La chute des Dieux

Avis sur Les Damnés

Avatar dagrey
Critique publiée par le

En 1933, l'avènement des Nazis est diversement accueilli par les membres de la riche entreprise familiale Von Essenbeck. A partir de l'incendie du Reichstag, l'Histoire va s'accélérer et la famille Von Essenbeck imploser...

Les Damnés est un drame Germano-Italien de Luchino Visconti de 1969.
Il s'agit d'une fresque historique et familiale remarquable qui montre comment le destin de cette famille va se retrouver étroitement associé à celui de l'Allemagne dans une fuite en avant pour aboutir à un règne qui devait durer Mille ans. Ce sont les Femmes et les Hommes qui font l'Histoire, Visconti le démontre très bien avec les damnés.

Une famille divisée
Chez les Von Essenbeck, chacun joue une partition différente. Joachim Von Essenbeck (Albrecht Schonals), le père riche industriel, est un homme âgé qui n'apprécie pas les Nazis. Il est assassiné et celui qui est accusé n'est autre que son beau fils, Herbert Thalmann (Umberto Orsini), opposant déclaré aux Nazis. Constantin Von Essenbeck (René Koldehoff), implanté chez les SA d'Ernst Rohm se voit nommé directeur mais il perd rapidement le poste au profit de Friedrich Bruckmann (Dirk Bogarde), le directeur falot de l'usine, fiancé à la fille (Ingrid Thulin) de Joachim Von Essenbeck. Et puis, il y a Martin (Helmut Berger), le petit fils, que personne ne prend au sérieux, surtout lorsqu'il se travestit en Lily Marlène...
Toute cette famille va s'affronter sous le regard d'un cousin, Aschenbach (Helmut Griem). Celui ci est membre des SS.

Les damnés est une chronique familiale qui serait inspirée de celle des Krupp, industriels implantés dans la RUHR. Le film met parallèle le destin des membres de la famille et les épisodes historiques (Nuit de cristal, Nuit des longs couteaux...) qui parachevèrent l'avènement du régime Nazi et la prise de pouvoir totale par Adolf Hitler. Manipulations et jalousies sont les moteurs de cette fresque familiale contrariée brillamment mise en scène par Luchino Visconti.
Les damnés alterne les scènes intimistes et celles d'actions, ce qui le rend moins statique que certaines autres oeuvres de Visconti.

Aschenbach, l'Ange de la perdition de la famille Von Essenbeck
Aschenbach , remarquablement interprété par Helmut Griem, est le "grain de sable" qui va monter les membres de cette famille les uns contre les autres pour arriver à ses fins. Historiquement, le régime Nazi va s'entourer continuellement d'un semblant de légalité. Face à l'opposition entre l'armée allemande et les SA, les SS vont parier sur l'armée, indispensable pour leurs projets d'expansion à venir. Les SS élimineront les oppositions (SA et Libéraux) durant la nuit des longs couteaux.

La réalisation "au cordeau" et l'interprétation magistrale de l'ensemble du casting concourent à la qualité du film.
La bande originale est de Maurice Jarre.

J'ai vu ce film pour la première fois alors que j'étais adolescent et il m'avait marqué. Les damnés est mon film préféré de Luchino Visconti.

Les Damnés trailer

Ma note: 8/10

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 135 fois
12 apprécient

dagrey a ajouté ce film à 3 listes Les Damnés

Autres actions de dagrey Les Damnés