👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

J'avais deux craintes en allant voir ce film : qu'il soit limité par son sujet, et qu'il soit trop linéaire.
Elles ont rapidement disparu.

Le rythme, lent au tout début, gagne en intensité par la suite, montrant qu'une fois l'histoire posée elle peut encore se déployer et acquérir une réelle envergure. Les répliques sont de qualité, et suscitent l'effet escompté sans devoir recourir à un pathos outrancier.

L'animisme occupe une grande place dans le film, ce que certaines personnes trouveront naïf ou bien trop attendu, mais cette dimension est traitée avec finesse et tend à rapprocher vie naturelle et vie civilisée à la manière d'un feel-good movie, là où on retrouve généralement des propos culpabilisants sur les activités humaines. La volonté d'être à l'écoute de la multitude des langages induit des passages très musicaux.

Les Délices de Tokyo véhicule une impression d'authenticité et de pudeur qui ne tient pas uniquement à la performance impressionnante des acteurs, mais également à la caméra, souvent fixe et neutre, avec des plans rapprochés. La définition des personnages laisse néanmoins peser le risque de tomber dans l'archétype, et donc d'avoir une sensation de déjà-vu.

La temporalité du film est empreinte de gravité ; le futur accable Sentaro le cuisinier, condamné à se lever tous les matins pour un travail qu'il n'aime pas afin de payer ses dettes, et n'est pas plus indulgent avec la jeune collégienne prisonnière d'une famille peu chaleureuse qui lui laisse peu de perspectives d'avenir. Le passé est tout aussi pesant : la maladie a gâché la vie de Tokue en éloignant ses rêves, et l'âge d'or de la boutique de dorayakis se transforme progressivement en temps révolu...

Finalement, le changement de perspective qu'apporte Tokue sur le travail de Sentaro gagne en importance jusqu'à lui faire comprendre qu'une vie peut être pleinement vécue et réussie malgré un enchainement d'incidents, car les exigences sociales nous torturent et nous font perdre de vue ce que l'on souhaite réellement faire de son existence.

Reposant et profond, c'est une excellente surprise.

Couverdure
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2016 et 日本映画

il y a 6 ans

12 j'aime

1 commentaire

Les Délices de Tokyo
Shania_Wolf
8

N’importe où hors du monde

C’est toujours un regard empli de tendresse que Naomi Kawase porte sur les destins humains. Ses personnages sont éphémères, discrets, aux trajectoires modestes. Ce sont ceux qui n’existent pas aux...

Lire la critique

il y a 6 ans

59 j'aime

2

Les Délices de Tokyo
voiron
7

Les Délices de Tokyo

Sentaro (Masatoshi Nagase) fabrique et vend des dorayakis, pâtisseries traditionnelles japonaises, de petits gâteaux fourrés à l’«an», une pâte de haricots rouges confits. Il est triste et effectue...

Lire la critique

il y a 6 ans

43 j'aime

6

Les Délices de Tokyo
SanFelice
8

Les conserves du nouvel An

Décidément, une fois de plus, c'est le cinéma extrême-oriental qui m'aura donné le plus d'émotions cette année. Une preuve de plus m'a été offerte, aujourd'hui même, par ce très beau film, le premier...

Lire la critique

il y a 5 ans

37 j'aime

2

L'Insoutenable Légèreté de l'être
Couverdure
4

L'insoutenable indigence

Trop de philosophie de Terminale exploitée avec les pieds (l'éternel retour de Nietzsche, un soupçon d'existentialisme de comptoir, une esquisse de réflexion sur le jugement pratique durant deux...

Lire la critique

il y a 6 ans

20 j'aime

8

Café Society
Couverdure
4

L'ambiance sans la consistance

Café Society est un film agréable, un film d'ambiance à voir en soirée, entouré d'un public réceptif. Le scénario ne laissait pas présager de grand tournant, et il n'y eut pas de surprise ; Woody...

Lire la critique

il y a 6 ans

13 j'aime

1

Les Délices de Tokyo
Couverdure
8

Apprendre à écouter

J'avais deux craintes en allant voir ce film : qu'il soit limité par son sujet, et qu'il soit trop linéaire. Elles ont rapidement disparu. Le rythme, lent au tout début, gagne en intensité par la...

Lire la critique

il y a 6 ans

12 j'aime

1