Affiche Les Deux Cavaliers

Critiques de Les Deux Cavaliers

Film de (1961)

  • 1
  • 2

Benêts blancs et Blancs benêts

Oeuvre honnie par son créateur, laissons-lui d'ailleurs la parole : «La pire merde que j'ai tourné en vingt ans» ou encore «Cinquante ans dans ce putain de métier et j'arrive à quoi ? Diriger deux moumoutes sourdingues!» Les deux «moumoutes sourdingues» en question sont James Stewart et Richard Widmark, qui, on est ravi de l'apprendre, avaient des problèmes capillaires et auditifs. Bref, passons.... Lire l'avis à propos de Les Deux Cavaliers

29 24
Avatar Pruneau
8
Pruneau ·

Toujours le racisme indien, le grand problème des Américains

Le film pose comme la Prisonnière du désert l'un des graves problèmes de l'histoire de la conquête de l'Ouest : les Blancs prisonniers des Indiens. Nombreux furent ceux qui une fois capturés jeunes, s'intégrèrent et adoptèrent leurs coutumes en vivant en bonne intelligence avec leur nouvelle famille ; tenter de les délivrer, surtout si longtemps après comme c'est le cas ici,... Lire la critique de Les Deux Cavaliers

15 7
Avatar Ugly
9
Ugly ·

Double Ford Whisky

Après la prisonnière du désert, et avant danse avec les loups pour ne citer que, Ford s'attaque à l'ultime frontière, celle de l'indécence américaine. Il ose l'insolence par un formidable incipit sur le duo, dualité jouisseur/réglo. A Stewart la canaille, Widmark héritera de la raideur. Une courte scène au bord d'un lac entre les deux compères annonce... Lire l'avis à propos de Les Deux Cavaliers

4 3
Avatar PhyleasFogg
8
PhyleasFogg ·

Pas mal, pour une « merde » !

À force de lire çà et là que John Ford considérait Les Deux Cavaliers comme « la pire merde que j'ai tourné en vingt ans », le visionnage dudit film s'imposait. Avec le pape du western aux manettes, son fidèle Franck Nugent au scénario et deux monstres sacrés du genre, James Stewart et Richard Widmark,... Lire la critique de Les Deux Cavaliers

5
Avatar Maz
7
Maz ·

"La pire merde que j'aie tourné en 20 ans ! " disait John Ford. Mon cul !

Les Deux Cavaliers n’est pas forcément le film de John Ford le plus connu. Forcément, on a toujours cette petite peur de découvrir un film mineur, un peu oublié pour une raison X ou Y. L’avantage, c’est que lorsqu’on est chez un grand auteur, il y a souvent quelque chose à tirer du film même lorsque ce dernier n’est pas folichon. Fort heureusement, celui-ci est loin d’être un film faisant tâche... Lire la critique de Les Deux Cavaliers

7
Avatar Lt Schaffer
7
Lt Schaffer ·

Histoire de moumoutes

“Cinquante ans dans ce putain de métier et j’arrive à quoi ? Diriger deux moumoutes sourdingues !” John Ford. Le port de la moumoute peut changer la face d’un film. James Stewart et Richard Widmark, dans Les deux cavaliers, sont chargés de ramener dans leur foyer des Blancs capturés par des Comanches. Au lieu de çà, au lieu de tourner un remake de La prisonnière du désert, ils... Lire la critique de Les Deux Cavaliers

2
Avatar NexusSix
7
NexusSix ·

Les prisonniers du désert.

L’un des tous derniers films de Ford, inégal certes, mais loin du faux-pas revendiqué par son auteur lui-même. Comme Hawks refaisait Rio Bravo dans El Dorado, Ford refait La prisonnière du désert, ici avec James Stewart et Richard Widmark, qui partent à la recherche de jeunes blancs enlevés quelques années plus tôt par des Comanches dans un village. Si Widmark joue un officier de camaraderie,... Lire l'avis à propos de Les Deux Cavaliers

Avatar JanosValuska
6
JanosValuska ·

Critique de Les Deux Cavaliers par Yasujirô Rilke

Le cinéma de Ford est parfois construit comme une autoroute. Cette forme de sécurité, où la surprise est peu fréquente, se voit heureusement doté parfois de chemins de traverse. Or ces "Deux Cavaliers", justement n'ont rien de singuliers. Lire la critique de Les Deux Cavaliers

Avatar Yasujirô Rilke
3
Yasujirô Rilke ·

Ford séduisant

Bien moins (re)connu que d'autres films de John Ford, "Les Deux cavaliers" frappent pourtant d'entrée par leur maitrise et le parti pris du réalisateur de signer un western calme, apaisé. L'ensemble parvient ainsi à nous captiver uniquement par les relations entre les personnages et des dialogues d'une grande justesse, le cinéaste s'offrant même quelques notes d'humour particulièrement... Lire la critique de Les Deux Cavaliers

1
Avatar Caine78
8
Caine78 ·

Critique de Les Deux Cavaliers par JimAriz

Même si John Ford a qualifié ce film de sa plus grosse daube jamais réalisée, on ne peut qu'être enthousiasme de voir un James Stewart vulgaire accouplé à un autre ogre du cinéma : Richard Widmark. A la trappe John Ford, ce sont eux qui font le film et le portent sur leurs épaules. Il est certain que le cinéaste nous a offert plus beau spectacle que dans cette sorte de remake de La Prisonnière... Lire l'avis à propos de Les Deux Cavaliers

1
Avatar JimAriz
7
JimAriz ·
  • 1
  • 2