A la recherche du temps perdu

Avis sur Les Harmonies Werckmeister

Avatar Camille_H
Critique publiée par le

Valuska est un artiste, il arrive dans un village en Hongrie. Il demande pour son spectacle aux les membres des villageois doivent rendre part à un mobile humain, afin de reconstituer le système solaire.

"Qui a quelque goût pour l’égalité ne devrait pas hésiter : les individus sont des êtres réels et la société une fiction. C’est pour des êtres réels que l’égalité a du prix, non pour une fiction. Il suffirait d’apprendre à être des hommes égaux dans une société inégale. C’est ce que veut dire s’émanciper."
Béla Tarr

Les Harmonies du Weirkmeister met en scène un corps social mutilé par sa conscience collective.

« N’oubliez pas que le socialisme est lui aussi un pur produit du catholicisme et de son essence. Comme son frère, l’athéisme, il est né du désespoir; il représente une réaction morale contre le catholicisme, il vise à s’approprier l’autorité spirituelle que la religion a perdue, à étancher la soif ardente de l’âme humaine et à chercher le salut, non pas dans le Christ, mais dans la violence! »
Dostoïevski, L'idiot.

Béla Tarr prend le contrepied du cinéma d'Eisenstein, faisant cohabiter deux légitimités: l'une populaire, l'autre savante. La science, hérésie contemporaine, vient troubler un équilibre. Des personnages ravagés par le temps qui passe essaient de comprendre pourquoi, pourquoi l'homme est lâche, et pourquoi il faut défendre à tout prix une cause perdue. Ces hommes finissent par se révolter malgré eux, poussés par leurs croyances collectives. Ils évoluent dans une lueur blafarde, par esprit de vengeance pour un repentir chrétien cité à comparaître. Les harmonies du Werkmeister, ce sont quelques notes, les clés d'un chant enfouies dans le palimpseste d'un accord commun, les strates de l'histoire.

Les Harmonies du Weirkmester, c'est l'absurde d'une révolte manifeste, alors qu'il ne se passe rien, alors que la guerre est finie depuis trop longtemps. Ce sont ces derniers accords qui viennent achever un morceau de musique bien après qu'il se soit terminé. Ce sont quelques accords qui sonnent un peu faux, larmoyants, des accords pour un dernier moment de grâce, un dernier accord de paix, dans un fou illusoire.

https://www.youtube.com/watch?v=tRl3VQQ0GUA

"C'est de la culture que nait l'indifférence." Eric Rohmer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 177 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Camille_H Les Harmonies Werckmeister