Une bouffée d'air frais de chanvre

Avis sur Les Mauvaises Herbes

Avatar easy2fly
Critique publiée par le

C'est un nouveau mercredi calme dans le domaine des sorties cinématographiques. Il y a tout de même ce film semblant sympathique, du moins au niveau de l'affiche apparaissant sur la page d'accueil de Sens Critique.

L'histoire commence durant la représentation d'une pièce de théâtre, avant de suivre un comédien quittant les planches après sa dernière tirade. Le plan séquence rappelle celui de Birdman avec la caméra se collant au dos de son personnage principal, en traversant les coulisses, puis sa loge, avant de se rendre à l'extérieur et de finir dans un bar ou il s'active sur une machine à sous. La musique est sensiblement la même, mais la réalisation va pêcher par la suite avec une course-poursuite pas vraiment maîtrisée entre le comédien et ses créanciers. Il va réussir à les fuir dans sa tenue de scène et se retrouver dans un coin paumé et enneigé, loin de son Montréal.

Au début, on ne sait pas trop quel est le ton du film. La course-poursuite prête à sourire avec une chute, avant que le caméra nous montre le corps ensanglanté de la victime. Cela sera constamment dans cette veine-là, on va sourire puis se reprendre devant la gravité des faits. C'est une sorte de montagne russe émotionnelle, sauf que les sensations sont beaucoup moins intense. La dramédie est plaisante, grâce à son duo d'acteurs Alexis Martin et Gilles Renaud. C'est l'homme de la ville face à celui de la campagne, le verbeux et le taiseux. Deux caractères que tout opposent, mais qui vont devoir s'unir face à l'adversité, en créant un lien amical. Leurs échanges sont savoureux et la découverte de la culture de chanvre est assez étonnante. L'arrivée d'un troisième personnage ralenti un peu le tempo, qui avait déjà des problèmes de rythme. Les passages à vide ne permettent pas d'apprécier pleinement l'oeuvre, qui va sombrer dans le mélodrame dans sa dernière partie.

Le film est immoral et ça fait plaisir. Simon cultive le chanvre pour amasser plus rapidement de l'argent et permettre de panser une plaie béante avec son fils depuis son départ. Jacques se retrouve pris en otage, mais cela lui permet aussi d'avoir un refuge pour échapper à Patenaude (Luc Picard). Finalement, chacun y trouve son compte. Ce sera aussi le cas pour la nouvelle otage au caractère bien trempée, Francesca (Emmanuelle Lussier-Martinez). Ce sont surtout des personnes en rupture avec leurs familles et la société, qui par un (mal)heureux hasard, vont se retrouver dans la même galère en finissant par se transformer en une famille de substitution.

C'est à la fois drôle, tendre, dramatique, humain et bordélique. Le cocktail ne fonctionne pas toujours, mais au fil du récit, on se rend compte que l'on a oublié le statut d'otage de certains personnages, tout en étant pas dérangé par la culture de cette herbe médicinale donnant le sourire. La magie opère par intermittence et on en sort ravi, mais pas entièrement conquis.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 154 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de easy2fly Les Mauvaises Herbes