👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

A couple of weeks of isolation with the family. What could go wrong ?

Ça fait pas 2 jours qu'on s'isole, que ma copine déjà danse et se prend pour une fleur au milieu du salon. Elle me tourne autour dans son peignoir rouge, et lance des pheromones avec ses doigts. On peut plus se toucher : je suis moi-même une espèce à risque paraît-il, j'ai des petits poumons. Alors elle danse, et m'envoie des phéromones avec ses doigts. Dans son peignoir rouge, sur de la guitare lourde.

On va partir dans les marais demain, pour qu'elle prenne l'air. Elle est de ces espèces qui ont besoin d'espace. Moi je suis une plante de salon : tu me files une gourde et une ampoule, et tu peux m'oublier dans un coin.

La plante du film est une plante de labo, que l'on a rendu stérile pour qu'elle produise davantage de phéromones. Ce sera sans compter sur les ingéniosités de la nature pour se propager.

La plante développe notamment cet effet proche de celui de l'antidépresseur, qui apporte un réconfort psychologique tout en jouant éventuellement sur certains aspects de la personnalité. En définitive, on s'en doute, (c'est un topos des films de contamination de type "champignon"), la plante cherche à prendre le contrôle pour survivre.

Le film nous ramène à tout ce qu'il y a de menaçant dans le business du bonheur, directement pharmaceutique ou thérapeutique, ou parfois simplement marketing. C'est surtout la mise en scène du film qui est intéressante, je trouve, plutôt que le propos plutôt convenu. La bande originale s'inspire de la musicalité japonaise, très organique : bruits de bambous, flûtes parfois stridentes, auxquels s'ajoutent des cris d'animaux...
https://youtu.be/4reZKdOKk7w
comme la menace d'une nature alternative, qui ne serait qu'à moitié humaine.
Par ailleurs, lors de scènes en plans fixes, où la présence du pathogène semble compliquer le dialogue, la caméra zoome, et zoome encore, jusqu'à ce que les acteurs sortent du cadre, et qu'il ne reste plus que le décor.

Après réflexion, on pourrait tout de même reprocher à ce film paradoxalement, de ne pas être suffisamment "organique". De se tenir à trois quatres bonnes idées de mise en scène et esthétiques, et de les tenir trop rigoureusement jusqu'au bout, dans une démarche qui peut finir par sembler un peu froide. La musique, encore une fois, vient tout de même en renfort.

VernonMxCrew
8
Écrit par

il y a 2 ans

4 j'aime

6 commentaires

Little Joe
Rolex53
6
Little Joe

Parfum Sauvage

C'est un beau film, plein de nuance très effrayante, avec une Actrice Emily Beecham remarquable, dans un rythme lent, idéal pour la pousse de cette jolie fleur, dont-ils ne se sont pas assez méfié,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

14 j'aime

Little Joe
Electron
7
Little Joe

Oh happy days !

Alice (Emily Beecham) travaille dans le laboratoire d'une entreprise qui fournit des plantes très travaillées à des établissements qui ne manquent certainement pas de moyens financiers. Concrètement,...

Lire la critique

il y a 3 ans

11 j'aime

1

Little Joe
Jduvi
7
Little Joe

Paradis artificiel

Ce qui frappe en premier lieu dans Little Joe, c'est le jeu sur les couleurs. On peut adorer ou détester, mais il y a là incontestablement un part pris esthétique, ce qui, pour moi, est toujours le...

Lire la critique

il y a 2 ans

9 j'aime

Battleship
VernonMxCrew
8
Battleship

Battleship: un film d'action de société

Tout commence à l'entrée du cinéma. Le film est déjà commencé, mais toi t'as pas fini ton kebab et tu sens au fond de toi même qu'il n'y a pas le feu au lac (faut attendre la dernière demi-heure du...

Lire la critique

il y a 10 ans

37 j'aime

4

Les Goonies
VernonMxCrew
9
Les Goonies

C'est pas parce que l'on est grand que l'on doit rester assis

Dans le premier tome des "Scènes de la vie de provinces", Balzac tentait de nous expliquer comment "durant la belle saison de la vie, certaines illusions, de blanches espérances, des fils argentés...

Lire la critique

il y a 10 ans

25 j'aime

15

Breakfast Club
VernonMxCrew
10

À poil.

Quand j'avais vingt ans et la fibre festive, je finissais toutes les nuits à poil. Avec une fille dans l'idéal (idéal toujours trop rare), ou tout seul debout sur une table, à faire mon numéro comme...

Lire la critique

il y a 3 ans

22 j'aime

8