👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Qui n'a jamais rêvé d'une clef USB répondant à LA grande question ?

Lucy, c'est l'histoire d'un film qui part en cacahuète, mais avec un très gros budget (pour des cacahuètes). Où l'histoire d'une fille un peu conne, incarnée par Scarjo (pour qui j'ai regardé le film - on est groupie ou on ne l'est pas ), qui tombe dans l'arnaque du siècle et se fait "recruter" par des mafieux coréens pour transporter dans son ventre une nouvelle drogue, synthétisée à partir d'une molécule que le foetus reçoit pour fabriquer des os (ou quelque chose d'approchant). Mais le sachet se déverse dans son estomac et transforme ScarJo en une super-héroïne à faire saliver Docteur Xavier. Et à partir de là surviennent en chaîne des évènements toujours plus absurdes et sensationnels, sensés :
1) répondre aux questions existentielles que tu te poses sur la vie.
2) tenter de te faire croire qu'un être humain possédant cent pour cent de ses capacités mentales peut faire voler des stylos, des voitures, changer d'aspect, se transformer en ordinateur (???!?) ..
3) essayer de faire passer pour subtiles et chargées d'émotion des séquences documentaires intercallées à la narration où l'on voit des dinosaures, la terre, des villes, la mer, des éclairs .. Car oui c'est un film sponsorisé par Yann Arthus Bertrand. Et c'est PROFOND, ok ?
4) réussir à te faire détester la police française, qui conduit vraiment super mal ( la séquence de flic rapportant un poulet à ses camarades et se faisant ensuite exploser la cervelle restera certainement dans les annales comme la scène la plus clichée du cinéma Luc Bessonien).
Je tiens d'ailleurs ici à ne pas saluer la prestation de ScarJo (pourtant, nous savons tous comme je l'aime à la folie) qui oscille entre prostituée de bas étages et poupée inexpressive (pour ceux qui l'ont vu, son jeu ressemble étrangement à celui d'Under the skin, en moins bon). Bref, il n'y a rien à garder, sauf peut-être les petites Louboutins qui apparaissent magiquement au bout de ses pieds vers le milieu du film - beau placement produit, par ailleurs.

Alors oui, pas de doute, nous avons bien ici affaire à un chef d'oeuvre du genre trop rarement apprécié, le Blockbuster-te-révélant-le-sens-de-ta-vie; il faut donc bien sûr te ruer sur ton site de Torrent préféré pour le télécharger (non, ne va pas le voir au cinéma, pitié), ne serait-ce que pour la séquence finale, qui me secoue encore d'un fou rire inextinguible.

il y a 7 ans

3 j'aime

Lucy
Gothic
2
Lucy

Tebé or not tebé

Nuit. Tisane terminée. Film terminé. Gothic ôte son casque à cornes pour s'essuyer la joue tant il pleure d’admiration. Nomé(nale) quant à elle s'empresse de fuir pour cacher ses larmes de...

Lire la critique

il y a 7 ans

269 j'aime

53

Lucy
Before-Sunrise
5
Lucy

Oui-Oui apprend sa SVT

Luc Besson entre gentiment dans l’adolescence. A vue de nez, il a 13 ans. Ses cours de Science de la Vie et de la Terre l’intéressent beaucoup. Il y a quelques temps, il s’est mis à faire des...

Lire la critique

il y a 8 ans

256 j'aime

87

Lucy
Fritz_the_Cat
3
Lucy

Le cinéma de Durendal, Besson, la vie

Critique tapée à chaud, j'ai pas forcément l'habitude, pardonnez le bazar. Mais à film vite fait, réponse expédiée. Personne n'est dupe, le marketing peut faire et défaire un film. Vaste fumisterie,...

Lire la critique

il y a 8 ans

219 j'aime

102

La petite fille de monsieur Linh
Anne-Fleur_Multon
9

Un blast

C'est un livre qui ne paie pas de mine, un tout petit livre qu'on croirait destiné aux enfants. Je l'ai lu par hasard, l'ayant trouvé dans la bibliothèque de mes toilettes un jour où je voulais...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime

2

Le Conte de la princesse Kaguya
Anne-Fleur_Multon
9

Un enchantement

Kaguya-hime est l'héroïne d'un conte folklorique japonais datant du Xe siècle, Le Conte du coupeur de bambou, appelé aussi Conte de la princesse Kaguya, qui est le nom choisi par Isao Takahata pour...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

2

Orphan Black
Anne-Fleur_Multon
10
Orphan Black

How's Vic the dick? - Felix

On retrouve dans la saison 1 tout ce que l'on attend d'une bonne série : des rebondissements qui surprennent le spectateur et qui font avancer l'intrigue, des personnages relativement complexes et...

Lire la critique

il y a 7 ans

4 j'aime