👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après avoir mené une vengeance personnelle face à un monde impitoyable qui l’a privé de tout ce qu’il aimait, « Mad » Max arpente le désert en quête d’essence, comme une ombre qui plane sur ces étendues désertiques.

Après un premier épisode où subsistaient encore des bribes de civilisation, Mad Max 2 s’enfonce dans le désert pour ôter un maximum de vie du cadre et isoler son héros dans ces décors désolés. Les premières images du film poursuivent cette démarche de faire de Max une vraie figure, voire une légende, avec cette voix off qui nous invite à découvrir ce moment où le narrateur fit la rencontre de ce guerrier solitaire et mystérieux qui arpentait les routes. Celui qui, avant, tentait de faire régner la loi là où elle semblait ne plus avoir la moindre influence, est devenu un guerrier silencieux, réduit à la même activité que les bandits qu’il chassait : la quête d’essence. Mad Max devient The Road Warrior, titre volontairement trompeur pour le public américain qui avait été quelque peu frileux vis-à-vis du premier film, mais pourtant bien adapté à l’image portée par le personnage principal, quand le public français découvre Mad Max 2 : Le Défi.

Si le premier film le faisait déjà, ce second épisode continue de puiser abondamment dans les codes du western, qu’il manipule et adapte dans un registre nouveau et particulier. Nous retrouvons donc ce guerrier solitaire, silencieux et charismatique, qui se retrouve malgré lui associé au destin des autres au gré de ses pérégrinations, suivant un chemin que pouvait déjà emprunter un certain Clint Eastwood dans la trilogie du dollar. C’est aussi la vision d’un fort rudimentaire créé au beau milieu du désert, où se regroupe une population hétéroclite cherchant dans l’union un moyen de survivre dans ces terres hostiles, où ils sont régulièrement soumis aux attaques des bandits de la route. Des bandits dont les attaques rappellent forcément les attaques d’indiens dans les western d’époque, auxquels Mad Max 2 va continuer à rendre hommage en mettant en scène un véritable convoi qui se retrouve attaqué par une horde de bandits assoiffés de sang et d’essence. Avec Mad Max 2, c’est tout ce qui fait la spécificité de cet univers qui prend vie devant les yeux du spectateur, dans un déluge d’action spectaculaire.

Ici déjà, trente ans avant Fury Road, qui semble avoir bien pris exemple sur ce second film, s’exprime la démesure de cette univers et l’ambition sans failles du cinéaste. Finie la modestie du premier film, avec ces nouveaux moyens, tout est possible, et cela se voit à l’écran. Impressionnantes, les scènes d’action tiennent en haleine le spectateur, qui se retrouve face à une débauche de vrombissements de moteur et de tôle froissée, où tout est vrai, sans le moindre trucage, faisant de ce second film un véritable tour de force complètement fou. A cela s’ajoutent les accoutrements et les looks complètement excentriques des bandits, toujours aussi bigarrés et étranges, pour toujours susciter chez le spectateur ce malaise ambiant qui règne dans ce monde en ruines.

Pas de compromis ni de détail dans Mad Max 2, qui ne s’impose aucune limite, trouvant dans cette volonté de ne jamais tricher de véritables instants de bravoure cinématographiques pendant lesquels la moindre erreur pourrait être fatale. Tout est réel, trop réel, et c’est probablement ce qui fait le plus peur dans cet univers post-apocalyptique. Le temps continue de s’écouler dans ces contrées désertiques, pendant que le guerrier de la route sillonne la route comme toutes ces âmes perdues.

Critique écrite pour A la rencontre du Septième Art
Critique écrite en 2014 et réécrite en 2020

JKDZ29
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Vus en 2014 : Chantier en construction, Le coin DVD/Blu-Ray, Les meilleures suites de films, Les meilleurs films post-apocalyptiques et Les meilleurs films de 1981

il y a 7 ans

3 j'aime

Mad Max 2 - Le Défi
drélium
9

Miller la pâtée

Mad max 2 m'a toujours semblé être Mad Max au carré, surement parce que je l'ai découvert en premier. J'ai beaucoup réévalué l'original depuis mais bref. Pourquoi ce film reste-t-il dans beaucoup de...

Lire la critique

il y a 9 ans

69 j'aime

6

Mad Max 2 - Le Défi
Sergent_Pepper
8

Tout est perdu, donc tout est possible.

Nous y voilà. Tout est perdu, donc tout est possible. Le monde qu’on laissait dans l’opus précédent, un vague futur inquiétant,devient un réel anarchique. Dans l’ouverture, Miller semble propose...

Lire la critique

il y a 8 ans

63 j'aime

6

Mad Max 2 - Le Défi
SanFelice
10

L'épopée sauvage

[SanFelice révise ses classiques, volume 11 : http://www.senscritique.com/liste/San_Felice_revise_ses_classiques/504379 ] Comme beaucoup de ma génération, j'ai découvert la trilogie Mad Max par cet...

Lire la critique

il y a 8 ans

61 j'aime

11

Alien: Covenant
JKDZ29
7

Chronique d'une saga enlisée et d'un opus détesté

A peine est-il sorti, que je vois déjà un nombre incalculable de critiques assassines venir accabler Alien : Covenant. Après le très contesté Prometheus, Ridley Scott se serait-il encore fourvoyé ...

Lire la critique

il y a 5 ans

74 j'aime

17

The Lighthouse
JKDZ29
8

Plein phare

Dès l’annonce de sa présence à la Quinzaine des Réalisateurs cette année, The Lighthouse a figuré parmi mes immanquables de ce Festival. Certes, je n’avais pas vu The Witch, mais le simple énoncé de...

Lire la critique

il y a 3 ans

73 j'aime

10

Burning
JKDZ29
7
Burning

De la suggestion naît le doute

De récentes découvertes telles que Memoir of a Murderer et A Taxi Driver m’ont rappelé la richesse du cinéma sud-coréen et son style tout à fait particulier et attrayant. La présence de Burning dans...

Lire la critique

il y a 4 ans

41 j'aime

5