Affiche Madame de...

Critiques de Madame de...

Film de (1953)

Paris - Constantinople - Paris

Paris - Constantinople - Paris… Voilà le parcours d’une paire de boucle d’oreilles que Madame de…. a revendu, suite à une dette de jeu, mais qui revient entre les mains de son mari, un général, qui les offre à sa maitresse qui part à Constantinople où elle les vend à un baron qui revient sur Paris et s’éprend de Madame de… C’est avec une rare finesse, élégance, sensibilité et grâce... Lire l'avis à propos de Madame de...

29 14
Avatar Docteur_Jivago
8
Docteur_Jivago ·

Cherchez la femme

Rarement un cinéaste m'aura autant impressionné que Max Ophüls ; audacieux, talentueux, désinvolte et élégant, il a su mieux que quiconque s'approprier les bases du cinéma classique européen, comme hollywoodien, pour mettre en place des expérimentations toutes personnelles. Ophüls a une griffe, un style bien à lui et c'est ce qui rend ses films si particuliers. Contrairement à la plupart... Lire la critique de Madame de...

23 5
Avatar Kalopani
9
Kalopani ·

La boucle [9.98]

Librement inspiré du roman de Louise de Vilmorin. "Madame de" Louise (Danièle Darrieux), la comtesse de... aime le jeu, elle s'endette et vend ses boucles d'oreilles offertes par son mari le Général. (Charles Boyer) Bien plus tard, celle-ci rencontre lors d'un bal, Le Baron (Vittorio De Sica). L'amour naissant celui-ci lui offre les miraculeuses boucles d'oreilles... Ophüls finalement dirige... Lire l'avis à propos de Madame de...

32 12
Avatar Silence
10
Silence ·

« Faites très attention : le malheur s’invente. »

Qualifier un film de virtuose est une facilité. Derrière ce qualificatif se cache tout le champ des possibles de l’éloge formaliste. En ce qui concerne Ophuls, le terme n’est pas galvaudé. On ne peut qu’être ébloui par l’élan qui traverse tout son film (et qui impressionnait déjà dans Le Plaisir) d’autant plus intéressant qu’il s’accompagne d’une réflexion très poussée sur son sens et le... Lire l'avis à propos de Madame de...

41 6
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Dada H.O.O.Q.

Avec Madame de..., je finis la « trilogie » de Danielle Darrieux. Trois chefs-d’œuvre qu’Ophüls enchaîne à partir de 1950, porté par l’élan de son retour en Europe. Ici, l’histoire d’une comtesse (Louise de...), d’une idylle avec un baron italien interprété par Vittorio De Sica et d’une paire de boucles d’oreilles, en forme de cœur, qui traversera le monde et harcèlera un bijoutier. A priori,... Lire l'avis à propos de Madame de...

25
Avatar Obstiné
9
Obstiné ·

Bijou ...

Tout le film, son mouvement tient dans l'évolution du personnage principal, de la frivolité et de l'insouciance au trouble, du trouble à la confusion, de la confusion au drame, portée magistralement par Danièle Darrieux. Trois scènes ponctuent cette évolution, le bref épisode en Turquie (conclu par la rencontre, dont la force est encore amplifiée par le silence), la (les) scène(s) de danse, le... Lire la critique de Madame de...

24 3
Avatar pphf
9
pphf ·

La ronde des boucles et la valse des mensonges

Il est très tentant d'établir un parallèle entre les structures élégantes de Madame de... et de La Ronde, les deux films procédant de manière similaire pour charpenter le récit, en se basant sur une série de boucles et de motifs répétés. Ils semblent raconter presque toujours les mêmes choses, qui plus est de la même façon. Si un tel dispositif paraît dans un premier temps plutôt artificiel,... Lire l'avis à propos de Madame de...

8 2
Avatar Morrinson
7
Morrinson ·

Contre cruel et élégant

Tout le secret de Madame de…, cette étincelante valse triste, tient dans le carton qui clôt le générique et dont la rédaction est, je crois, de la main de Marcel Achard, adaptateur éclairé au cinéma du court roman de Louise de Vilmorin : "Madame de… était une femme très élégante, très brillante, très fêtée. Elle semblait promise à une jolie vie sans histoire". Tout... Lire la critique de Madame de...

15
Avatar Impétueux
10
Impétueux ·

Amour et aristocratie

Extravagant périple international pour cet éclatant bijou, une paire de boucles d’oreille en diamants, qui semble s’acharner à revenir à sa propriétaire première, via le même bijoutier, et le mari de celle-ci qui devra l’acheter trois fois. Frivole, dépensière, coquette au sang froid, menteuse à ses heures, cette épouse de général de l’aristocratie militaire française à la vie organisée... Lire la critique de Madame de...

5
Avatar etiosoko
6
etiosoko ·

Quand on brade les bijoux de famille...

Ce film pue la naphtaline et m'a singulièrement déçu ! Mort très jeune, Max Ophuls continuait en 1953 à nous pondre des films comme on les faisait avant guerre ! Et le noir et blanc n'arrange rien ici ! Il signe ce scénario plat, vu et revu et sans ambition et on frémit en découvrant qu'ils s'y sont mis à quatre pour le peaufiner dont Louise de Vilmorin ! Pour faire joli sur l'affiche ? Bref,... Lire la critique de Madame de...

2
Avatar 270345
3
270345 ·