👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Vu en e-cinéma donc (qu'il est moche ce nom). Plus par revendication qu'autre chose en fait. Revendication parce qu'une bande d'enculés a influencé la façon dont un objet culturel a été distribué en France, même indirectement. Maintenant je comprends également les mecs qui veulent pas foutre ça au cinoche en ce moment, je pense pas qu'il soit hyper sain que le film ait son quart d'heure de gloire sur BFM pour savoir si la polémique autour de sa sortie est justifiée ou pas. Ca fera qu'attirer les cons. Et il leur en faut peu.

Parlons du film donc. Malgré ce que la bande-annonce peut laisser penser, on est loin du thriller français attendu. Made in France est avant tout un film de personnages qui se concentre sur une poignée de jeunes hommes d'horizons diverses qui cherchent le frisson aux côtés d'un cerveau manipulateur et violent. Boukhrief souligne l'incompréhension comme dénominateur commun. L'incompréhension de ces gars un peu cons qui ne savent pas expliquer la cause pour laquelle ils veulent se battre. En témoigne celui issu d'une famille catholique aisée qui ne comprend pas en quoi Tony Montana, du haut de sa montagne de coke, ne peut pas être une figure du Djihadisme. L'incompréhension des autorités également qui sont incapables de repérer et de prévoir le passage à l'acte.
Le film distille une atmosphère de plus en plus étouffante et sait ménager quelques jolis moments de tension grâce notamment au personnage de Hassan, fou et terrifiant. La mise en scène est toujours très sobres mais Boukhrief sait clairement placer sa caméra et utiliser le hors champ. On aurait peut-être aimé un peu plus de folie mais ça reste efficace tout du long. Bon rythme également, 90min sans ventre mou qui vont droit à l'essentiel.

Au final, il est évidemment difficile d'aborder Made in France avec un regard neutre tant il est plus qu'il ne le voudrait lié à l'actualité. Il en ressort en ayant évité la facilité. Il ne désigne pas vraiment de coupable et n'apporte pas de réponse. Il ne fait que poser la question des visages derrière les armes et du moment où ils basculent. En cela il appelle plus au débat qu'à la polémique.

Pipock
7
Écrit par

il y a 6 ans

2 j'aime

Made in France
KingRabbit
5

Récit d'une expérience senscritiquienne

Je dois avouer que lorsque les premiers termes du générique sont apparus à l'écran, et que j'ai rapidement compris que j'allais assister à un film français en avant-première parisienne "mystère",...

Lire la critique

il y a 6 ans

39 j'aime

9

Made in France
Fosca
7

Non pas un grand film mais un film important tout de même...

Me voilà donc Lundi soir en compagnie de mes camarades Senscritiquiens, assistant à la cinquième édition de la cinexpérience, me demandant bien sur quoi nous allons tomber. Avec mes voisins nous...

Lire la critique

il y a 6 ans

26 j'aime

2

Made in France
Voracinéphile
6

A courte portée

Bien difficile de faire un film vérité traitant du terrorisme djihadiste sur le territoire français, surtout depuis Charlie et Novembre. C'est un film qui n'a pas eu de chance question timing, dont...

Lire la critique

il y a 6 ans

19 j'aime

8

Only Lovers Left Alive
Pipock
1

Critique de Only Lovers Left Alive par Pipock

Il est EXTRÊMEMENT rare que j'arrête un film en cours de route. Genre ça a dû m'arriver deux fois dans ma vie. Et donc une troisième ici. Je pense que c'est l'une des choses les plus vaines et les...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime

American Death Trip
Pipock
10

Critique de American Death Trip par Pipock

American Tabloid l'avait foutu sur les rotules. Il achète la suite. Il démarre. Il tourne les pages. Une ambiance, un style. Comme à la maison. Cette petite pute de Hoover. Drac qui lorgne du coté de...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime

The Shield
Pipock
8
The Shield

Critique de The Shield par Pipock

Parfait. Je vois pas d'autre mot en fait. L'écriture est un putain de modèle pour toute la production TV. Ya pas un épisode de gras dans The Shield, ça va vite, ça va à l'essentiel en mélangeant...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime

1