Il n'existe pas de plus belle, de plus puissante démonstration filmique sur l'absurdité de la guerre, sur le non-sens absolu que constitue le meurtre de l'autre.


Avec une remarquable économie de moyens, accompagné par une musique aussi lancinante que fascinante, hybride entre la musique baroque et la musique populaire, Zaza Urushadze campe le personnage d'Ivo, magistralement interprété par Lembit Ulfsak, tranquille menuisier solitaire confectionnant exclusivement des caisses à fruits destinées à recevoir les mandarines de son voisin et ami. En cette année 1990, les hasards de la guerre pour l'indépendance de l'Abkhazie vont l'amener à soigner et recueillir chez lui deux combattants ennemis, le Tchétchène Ahmed et le Géorgien Niko.


Est alors en place le dispositif du film, son pari et son enjeu, soutenus par la figure paternelle du propriétaire des lieux : parvenir à faire cohabiter ces deux êtres qui, initialement, ne pensent qu'à s'entretuer et à venger les leurs, anéantis dans le combat qui s'est déroulé juste devant la paisible et modeste maisonnette d'Ivo. Les trois acteurs vont alors pouvoir déployer tout leur talent, tant dans les expressions du visage que dans l'articulation de dialogues taillés au cordeau et affûtés comme des lances. S'illustre ainsi la magistrale démonstration du film, servie par le jeu de Lembit Ulfsak, aussi autoritaire que nuancé, tout de prestance et d'écoute. Pour convaincre ses deux enfermés de la leçon humaniste, celui-ci devra se faire père nourricier, forçant la reconnaissance et le respect de ses protégés ; professeur, dominant ses auditeurs de toute son autorité intellectuelle et disciplinaire ; philosophe, n'hésitant pas à recourir à l'humour et à l'absurde pour faire passer ses messages ; chef de troupe, distribuant les rôles et façonnant les scénarios mensongers face aux irruptions venues de l'extérieur...


L'écriture du film force le respect, tenant le spectateur suspendu à l'évolution de ces liens explosifs, tout en pratiquant de subtiles incisions de rire qui nous rappellent les facettes inattendues que peut prendre le réel. Inattendu qui peut se révéler parfois plus violent et incisif, le climat de guerre restant constamment présent, sur fond de cette entreprise intime d'élévation de l'humain. Si bien que l'on ressort profondément ému et troublé de ce film à la tonalité de fond très sombre, mais éclairée par l'unique touche de couleur franche des mandarines, qui remontent à la surface comme autant de magnifiques et fragiles petites bulles d'espoir.

AnneSchneider
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 10 Films

Le 9 avril 2016

18 j'aime

5 commentaires

Mandarines
limma
8
Mandarines

Critique de Mandarines par limma

Le cinéaste opte pour la sobriété et pour une histoire d’homme dans un paysage saccagé par la guerre. Le conflit de 1992 entre séparatistes Abkhazis appuyés par la Russie et les Géorgiens, a poussé...

il y a 6 ans

14 j'aime

16

Mandarines
Morrinson
6
Mandarines

Joint Eurasie Area

En voilà une bonne surprise venue de nulle part... Il n'y a rien de transcendantal en soi, mais il y a certaines choses qui sont toujours bonnes à être redites, dans d'autres contextes comme ici la...

il y a 7 ans

12 j'aime

Mandarines
6nezfil
9
Mandarines

Humanisme sans angélisme

Abkhazie 1992. Deux producteurs estoniens de mandarines viennent au secours de deux combattants blessés, chacun d'un camp différent. Sur le thème de "Quelle connerie, la guerre", une très belle...

il y a 6 ans

2 j'aime

Petit Paysan
AnneSchneider
10
Petit Paysan

Un homme, ses bêtes et le mal

Le rêve inaugural dit tout, présentant le dormeur, Pierre (Swan Arlaud), s'éveillant dans le même espace, mi-étable, mi-chambre, que ses vaches, puis peinant à se frayer un passage entre leurs flancs...

il y a 5 ans

75 j'aime

33

Ceux qui travaillent
AnneSchneider
8

Le travail, « aliénation » ou accomplissement ?

Marx a du moins gagné sur un point : toutes les foules, qu’elles se considèrent ou non comme marxistes, s’entendent à regarder le travail comme une « aliénation ». Les nazis ont achevé de favoriser...

il y a 3 ans

67 j'aime

3

Parvana, une enfance en Afghanistan
AnneSchneider
8

Le courage des femmes, sans manichéisme...

« Parvana » se donne pour un film destiné à un public enfantin. En effet, le sous-titre français indique « Une enfance afghane » et la forme adoptée est celle d’un dessin animé... Toutefois, devant...

il y a 4 ans

65 j'aime

36