👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Film difficile à appréhender, à apprécier, le genre d'oeuvre devant laquelle je ne pourrais dire si j'ai aimé ou non... Je n'ai pas tout compris, ce qui fait que le film est difficile à cerner, mais ça va au-delà je pense, car ne pas comprendre ne m'a jamais réellement dérangé au cinéma, c'est quelque chose de presque nécessaire ; Thomas Pavel disait bien que la perplexité est la seule morale littéraire, et je pense qu'il en va de même pour le cinéma. Puis on n'atteint pas des sommets d'incompréhension comme Le Miroir, chez Tarkovski, c'est juste qu'il y a une telle flopée de personnages qu'on s'y perd un moment : entre Le Bouc, le Manchot, Alexandra, Marketa, Lazare, le Prince, son père etc.. Y'a encore plus de personnages que dans une pièce de Shakespeare! Mais je ne pense pas que ce soit cette incompréhension qui m'ait gêné. Je ne saurais trop dire finalement ce qui a rendu mon visionnage si pénible ; car oui, le visionnage a été pénible et pourtant j'en ressors faible, vulnérable et ça peu de films en son capable. Il y a une telle cruauté dans ce film, appuyée par une musique sublime, ça frise la malsanité , et malgré ça c'est d'une beauté presque messianique. Il y a quelque chose de profondément unique dans cette oeuvre, et ce qui me gène le plus finalement, c'est que je n'arrive pas à saisir cela.

Ce fut dur à voir, j'ai peiné (un peu comme quand on lit Proust, on peine, mais on en ressort tout chamboulé), mais je me suis accroché jusqu'au bout et au final ce n'est pas l'ennui qui m'a pris, mais autre chose de bien plus puissant.

Devant ce film, j'avais peur. J'étais mal, car l'immersion est totale, et même si l'identification est impossible, nous sommes les spectateurs de toutes ces ignominies. C'est pour cela que j'ai du mal à savoir si j'ai aimé ou non, j'ai même du mal à me dire si c'est bon film ou non. Il est maîtrisé, ça c'est sur, mais est-il bon ? Il est, dans tous les cas, unique, c'est un hapax cinématographique c'est une évidence. La scène des retrouvailles entre Marketa, et Lazare, son père, est saisissante... D'une beauté franche, mais d'une dureté considérable.

C'est un film qu'il faut que je digère, il correspondrait parfaitement au "film coup de poing", car c'est ce que ce film m'a suscité : un coup de poing terrible dans l'estomac, me coupant le souffle, mais tout en restant enfoui dans cette beauté totale, beauté malsaine, mais totale.

Un film rare!

Reymisteriod2
8
Écrit par

il y a 5 ans

1 j'aime

Marketa Lazarová
drélium
7

Foi de chèvre et esthète tchèque

Bon... C'est trop beau aussi. Le noir et blanc est des plus sublime. C'est au moyen-âge dans la neige. La pierre est éclatante, la forêt mystique. Les costumes sont plus vrais que nature, le top de...

Lire la critique

il y a 9 ans

26 j'aime

12

Marketa Lazarová
nolwenn_chauvin
9

Critique de Marketa Lazarová par nolwenn_chauvin

Au XIIIe siècle, dans une province tchécoslovaque, deux clans de nobliaux rivalisent dans leurs méfaits. Lorsque les Bouc, après avoir attaqué un convoi anglo-saxon et enlevé le jeune Christian,...

Lire la critique

il y a 10 ans

8 j'aime

Marketa Lazarová
Brad-Pitre
7

Pince Teuton

Le Lazare entrant dans la tombe Au lieu d’en sortir comme il fit — Guillaume Apollinaire, À la santé Marketa Lazarová est le premier film de Vláčil sur le Moyen-âge et une première...

Lire la critique

il y a 4 ans

3 j'aime

L'Île des esclaves
Reymisteriod2
6

Critique de L'Île des esclaves par Reymisteriod2

Pièce assez sympathique, mais peu consistance je trouve. Une intrigue excellente, c’est une super idée de renverser les rôles entres maîtres et esclaves, mais je ne la trouve pas forcément bien...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime

2

Ménilmontant
Reymisteriod2
8

Critique de Ménilmontant par Reymisteriod2

Film d’une grande étrangeté, et doté d’une terrible angoisse, à l’instar un peu du plus récent Begotten. Une ambiance d’une très grande singularité en tout cas, servie remarquablement par...

Lire la critique

il y a 5 ans

5 j'aime

2

L'Apiculteur
Reymisteriod2
9
L'Apiculteur

Le temps (re)trouvé

Theodoros Angelopoulos est un cinéaste que je veux découvrir depuis très longtemps. Pourtant, je ne savais absolument pas à quoi pouvait ressembler son cinéma, je ne m'étais jamais véritablement...

Lire la critique

il y a 2 ans

4 j'aime