Amitié et amour peuvent-ils s’entendre ?

Avis sur Matthias & Maxime

Avatar Rémi Savaton
Critique publiée par le

Xavier Dolan signe au delà d'une romance à distance et non-avouée, un véritable film sur l'amitié et la fin de la jeunesse !

''Matthias & Maxime'', 8ème film du prodige canadien, relate l'histoire d'un groupe d'amis fidèles depuis toujours comptant en autres Matthias et Maxime donc. Un jour, pour les besoins d'un court-métrage, les deux vont devoir s'embrasser et de là va se créer un véritable amour.

Xavier Dolan est de retour aux sources avec ce nouveau long-métrage. Apres le franco-canadien ''Juste la Fin du Monde'' et sa première aventure en langue anglaise ''The Death and Life of John F. Donovan'' ( assez mal acclamée ), il retrouve les terres québécoises et ses amis pour signer un film qui n'est pas sans rappeler ses premiers travaux cinématographiques.

On retrouve la poésie de Dolan qui transcende la mise en scène; ces scènes de débat et de discussion filmé au gros plan; ces questionnements sur l'amour ... Le tout à travers ce scénario très atypique sur le papier on peut le dire : Deux hommes, hétérosexuelles, qui finissent par tomber amoureux. Il faut donc parler de ''Matthias & Maxime'' par l'axe de cet histoire d'amour certes, mais aussi et surtout par l'axe de cette grande histoire d'amitié.

Un film sur l'amitié, la liberté et la joie malgré les difficultés de la vie, c'est la base du film. Thème si souvent retenu à l'époque de la Nouvelle Vague. D'ailleurs Dolan à une certain rapprochement à cette époque ( L'affiche du film ''Les 400 coups'' de Truffaut dans ''J'ai tué ma mère''; ce titre ''Matthias & Maxime'' qui est sans rappeler ''Jules & Jim'' encore une fois de Truffaut; ou encore cette affiche volontairement inspiré de ''Bande à Part'' de Godard ... ).
Ce groupe d'amis si fidèle depuis l'école et qui se voient chacun évolués, prendre d'autres chemins ... Mais qui restent toujours unis. Et cet amitié, Matthias et Maxime la vivent depuis toujours donc eux-aussi, et sont même très proche. Et ce premier baiser, pour les besoins d'un court-métrage, va couper court à tout ! On passe d'une première partie très verbeuse et joyeuse, au silence, à la gêne et à l'absence des mots.

De là né cette amour. Un amour à distance ( il faudra attendre longtemps avant de revoir Matthias et Maxime ensembles ), mais surtout un amour non-avouée. Les personnages y pensent, vivent avec ce questionnement perpétuel, des regards sont portés sur eux ... le tout amplifier avec cette idée que les jours sont comptés. En effet, Maxime va bientôt partir pour l'Australie, pensant y trouver une nouvelle vie loin de sa misère.
D'ailleurs cette question des différentes classes sociales, est fortement présente dans le film. Matthias à une bonne situation au sein d'une entreprise, à des fortes perspectives d'avenirs ... Quant à lui, Maxime ( et de même pour la majorité du groupe d'amis ) vis dans une certaine misère, n'a pas de boulot, et reste attaché à une mère malade qu'il ne peut difficilement abandonner. Deux mondes différents qui finissent par se retrouver, telles des adolescents, s’enivre pour s'oublier ... Tout cela malgré le temps qui passe, et cette gêne et tension qui règne depuis le baiser entre les deux protagonistes.

Le groupe, tout comme Matthias et Maxime, se retrouvent pour fête le départ de Max. De là, tout n'est plus pareil !

La tension est présente; Une forme de jalousie voit le jour de la part de Matthias; et cette retrouvaille secrète et magiques entre les deux personnages au fond de la maison où se déroule la fête. Une scène d'amour intense, au format qui se réduit ( coucou ''Mommy'' ), et qui donne cette impression que le court-métrage n'est jamais fini, qui continue toujours après l'épisode du baiser.
La scène est interrompu, le doute persiste les jours suivants ... Jusqu’à cette fin à la fois simple, mais très belle.

Cette romance est merveilleusement bien traduite par la mise en scène esthétique de Xavier Dolan ! Bien qu'elle devienne classique chez lui : les scènes de ralenti musicale à l'esthétisme fou; Les gros plan toujours très bien traiter; de mêmes pour les couleurs ... La réalisation de Xavier Dolan reste toujours aussi passionnante !
Celui-ci insiste en plus énormément à travers de nombreuses scènes dans la film sur la séparation du duo, la division entre deux parties.

Le film n'est pas sans défauts non-plus : on pourra toujours lui reprocher des scènes trop lourde ou inintéressante ( je pense notamment aux scènes de Mat et Max dans leurs ''propres'' boites de nuits. Oui, on comprend que c'est pour montrer que ces modes de vie ne leur conviennent pas, que cela ne leur correspondent pas ... Mais c'est beaucoup trop gros, et assez mal-emmené. ). Mais aussi, certains y verront un film surement beaucoup trop verbeux, et un Dolan qui patine un peu à certains moments.

Pour conclure, c'est un gros plaisir de retrouver Xavier Dolan à ce niveau là. Apres un ''Juste la fin du monde'' qui m'avais laissé sur ma faim et un ''John F. Donovan'' que je n'ai pas encore vu ( mais qui ne présage rien de bon d’après les critiques ), ''Matthias et Maxime'' revient à un esthétisme majestueux et célèbre merveilleusement bien l'amitié et l'amour !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 247 fois
4 apprécient

Autres actions de Rémi Savaton Matthias & Maxime