Rébellion de machines.

Avis sur Maximum Overdrive

Avatar LeTigre
Critique publiée par le

Les machines se retournant contre leurs propriétaires, voilà une idée scénaristique fabuleuse. Un sujet simple, facile et exploitable comme celui-ci, il n'y avait pas mieux pour réaliser un très bon film effrayant, sans forcément écrire un scénario original. On pouvait imaginer toutes sortes d'actions ou comportements robotiques néfastes de la part des machines comme des avions de chasse balançant leurs missiles vers des bases militaires, des bateaux se fracassant contre les ports, des voitures faisant exploser des stations de service en fonçant dessus, ce n'était pas les exemples qui manquaient pour qu'on soit spectateur d'un effroyable et gigantesque bordel, voire même spectateur d'un carnage mécanique et sanguinaire.

Ah pour ça ! Les idées pouvaient déborder de n'importe quelle tête de scénariste. Même moi je pouvais imaginer un monstrueux massacre pour montrer à tout le monde que dans le monde du cinéma, on ose tout pour chercher le plaisir devant une production nous accrochant avec ténacité. Mais hélas ! Au lieu de visionner un long-métrage où telle personne se bat avec tel appareil diabolique, on assiste plutôt à une espèce de huis clos anodin se déroulant dans une station-service, dans laquelle un groupe de citoyens font tout pour survivre face à un groupe de camions incontrôlables, des monstrueux véhicules qui peuvent saccager la station à tout moment.

Même si pas mal de choses m'ont bien diverti, j'ai été assez surpris d'avoir appris que le réalisateur Stephen King se droguait pendant la réalisation de son propre long-métrage. Je n'imagine même pas comment cela a dû être l'ambiance sur le plateau en compagnie d'un metteur en scène qui n'était pas dans son état normal. Quand on regarde bien le film, on constate pas mal de maladresses et de légèretés qui encombrent péniblement ce long-métrage, que ce soit dans la mise en scène, dans la direction du casting ou également dans l’enchaînement des situations. L'avantage, c'est que le film atteint au moins son objectif principal, même si on reste déçu par ce scénario beaucoup trop fallacieux par rapport à ce qu'on attendait.

Tout est limité seulement à ce qui passe dans les environs de la station-service et de l'enfer que les camions fassent subir à leurs propriétaires. À la limite, ça se regarde avec un minimum d’égaiement, on peut même retenir quelques images insolites telles que celles où on peut voir les camions roulant autour du bâtiment, comme un groupe d'Indiens encerclant une diligence dans un western. On regarde cette production comme un classique du même genre que le téléfilm Duel de Steven Spielberg ou le film Enfer mécanique d'Elliot Silverstein. Entre satisfaction et déception, c'est malheureusement la déception que j'ai plus ressentie mais c'est pas si mal dans l'ensemble puisque les machines manifestent leur méchanceté sans retenue. Stephen a reconnu son résultat mitigé et s'est fait la promesse que si jamais il réalise un autre film, ce sera en étant sobre qu'il le fera. 6/10

Je rêve ! La machine me traite de connard !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 258 fois
6 apprécient

LeTigre a ajouté ce film à 6 listes Maximum Overdrive

Autres actions de LeTigre Maximum Overdrive