👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un choc esthétique et un choc physique qui m’ont laissé les yeux dans le vide de longues minutes après la fin du film et sa dernière image gravée dans mon cerveau. Lars Von Trier est un provocateur : de forme, de fond, de sens. Il en fait souvent trop comme lors de cette ouverture, 10 minutes de branlette picturale, belle ou vaine, gênante ou saisissante, avec du Wagner à fond les ballons.
La première partie, si elle est réussie, a tous les tics et les manies du Danois : l’homme est mauvais, mesquin, vil et perfide et LVT nous le fait savoir (comme dans Les Idiots ou Dogville). Aucun salut, sombre jusqu’au boutisme, avec des personnages qui sont davantage des figures que des êtres de chair et de sang, incarnés. Jubilatoire jeu de destruction d’un bel évènement (un mariage en grandes pompes) mais un peu attendu. Pourtant déjà, les failles apparaissent : la fin du monde, la dépression, la mélancolie au sens littéraire du terme (cet excès de bile noire, comme chez Alceste l’atrabilaire de Molière, ou chez Baudelaire, ou encore Nerval cet « astre noir de la mélancolie »). Une ambiance et une lumière de fin de tout qui mettent déjà mal à l’aise.
La seconde partie, indépendante ou pas de la première, on n’en sait rien et peu importe, est un miracle de rythme étouffant, de peur viscérale. Un film catastrophe sans Statue de la Liberté qui explose en mille morceaux. Une famille recomposée qui attend la fin, espère ou se résigne. La vraie peur de la mort et d’être englouti, dans tous les sens du terme, par une planète, un astre, Melancholia ou par un sentiment, une dépression, une maladie qui les ronge. LVT signe ici son meilleur cinéma, loin des polémiques qui l’ont sans doute privé d’une Palme d’or ou d’un prix du Jury.
Saisissant et proprement traumatisant.
TheGreatGatsby
9
Écrit par

il y a 9 ans

1 j'aime

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

139 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

ZombiU
TheGreatGatsby
8
ZombiU

Revival Survival...

Plaisir sadique et plaisir masochiste sont deux composantes essentielles du survival horror. Une idée fixe : faire souffrir le joueur qui en retour doit aimer ça. La survie se nourrit de la peur du...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

1

Escape Plan
TheGreatGatsby
5
Escape Plan

Escape Plan plan...

Servi par une très belle DA (personnages, ambiance, musique jazzy, violence à la fois crue et froide façon cartoon), Escape Plan peine à convaincre sur la durée de l’expérience. La faute sans doute à...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

Catherine
TheGreatGatsby
9
Catherine

Le procès K ou le procès C ?

Catherine est intelligent, mature, hardcore, à la fois sérieux et coquin dans le traitement de ses thèmes (l’infidélité, le passage à l’âge adulte, l’engagement…). Il souffle le chaud et le froid,...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime