👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Quentin Bonnet

@TheScreenAddict | France | 34 ans |

1/10 - Nullité crasse, aucun intérêt, tout est à jeter 2/10 - Aux limites du supportable, nécessite une réelle motivation pour aller jusqu'au bout 3/10 - Indigent, creux, sans âme, mais pas totalement catastrophique 4/10 - Trop de ratés face à de (très) rares qualités, dommage 5/10 - Tiédasse, ni bon, ni mauvais 6/10 - Pas mal, mais quand même décevant, plaisir un peu gâché 7/10 - Se suit avec un vrai plaisir, mais rien de grandiose 8/10 - Très bon, beaucoup de grands moments, envie de s'y replonger 9/10 - Grande oeuvre, on frôle la perfection, on s'y plonge toujours avec autant de plaisir 10/10 - Chef-d'œuvre, sensation de plénitude absolue, de transcendance, au-delà du bien et du mal...

3901

Total

2508

Films

517

Livres

444

Albums

244

Séries

86

BD

59

Jeux vidéo

43

Morceaux

Blade Runner 2049
TheScreenAddict

Ma critique anticipée a été supprimée, mais elle reste dispo ici : http://lasoifduseptiemeart.com/2014/04/20/la-critique-anticipee-blade-runner-2/

il y a 8 ans

2 j'aime

7

Star Wars - L'Ascension de Skywalker
TheScreenAddict
1

Hollywood ou le sinistre mouroir des oeuvres cultes

Désastreux ! C’est le premier mot qui nous vient à l’esprit lorsque retentit le générique de fin de l’ultime opus de la trilogie Star Wars produite par les studios Disney. Le terme d’un supplice...

Lire la critique

il y a 2 ans

7 j'aime

The Irishman
TheScreenAddict
9
The Irishman

Critique de The Irishman par TheScreenAddict

De Mean Streets à Casino, des Affranchis à Gangs of New York, Martin Scorsese a porté le genre du film de gangsters à son incandescence en lui offrant un univers devenu culte, bâti sur des codes...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

Joker
TheScreenAddict
8
Joker

Du rêve ôté au révolté, l'hilarité insondable du désespoir

Arthur Fleck a un rêve : devenir humoriste en montant son propre one-man-show. Mais Arthur vit seul avec sa gâteuse de mère, démuni, dans les bas fonds de Gotham City. Un fardeau quotidien qui pèse...

Lire la critique

il y a 2 ans

1 j'aime