👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Que Lars Von Trier ne veuille pas qu'on dise que son film est beau, c'est dommage, car beau, ce film l'est, incontestablement. La photographie est superbe, les décors somptueux, les acteurs magnifiques. Mais je pourrais dire aussi : les décors sont superbes, les acteurs somptueux, la photo magnifique. Même la planète est belle, vue de près, et elle porte un beau nom "Melancholia". Donc si on aime les beaux plans, les beaux paysages, les belles planètes, on peut aller voir.
Mais alors, pour les récits de fin du monde, personnellement je préfère Tintin dans "L'Etoile mystérieuse", et pour la réflexion sur les comportements possibles devant l'imminence de la fin, j'aime encore mieux Bergman dans "Le Septième sceau". Quant à Wagner dans "Tristan et Isolde" qu'on entend de plus en plus fort au fur et à mesure que la planète se rapproche, là, je l'avoue avec honte, je préfère carrément le silence.
On s'est longtemps demandé ce qui faisait courir Lars Von Trier, si c'était l'énigme du mal, celle du bien, le sacrifice ou la rédemption, le salut ou la damnation. Eh bien maintenant on le sait : ce qui fascine Lars Von Trier, c'est tout simplement la Mort. Ce qu'il trouve beau, ce qu'il aime filmer, c'est le frisson qui s'empare des êtres au moment de mourir, celui qui les transfigure au point de les rendre extatiques (Kirsten Dunst connaît la béatitude, enfin, au moment de l'explosion). Et ça marche ! Pour un peu, en sortant, on irait se suicider tout droit. Mais qu'on se rassure, rien ne presse. On va plutôt attendre le prochain Woody Allen...
lasprezzatura
5
Écrit par

il y a 10 ans

5 j'aime

Melancholia
TheScreenAddict
10
Melancholia

Monumental !

Jusqu'à présent, nous n'avions vécu la fin du monde au cinéma qu'à travers un nombre incalculable de films catastrophe, souvent outrancièrement spectaculaires, presque toujours issus des studios...

Lire la critique

il y a 11 ans

139 j'aime

29

Melancholia
Thaddeus
5
Melancholia

Le nombril de Lars

Comme souvent, il est difficile d'émettre un avis valide sur un film qui a été tant commenté, et qui a conquis dès sa sortie une très grande notoriété auprès du public cinéphile, y compris parmi ceux...

Lire la critique

il y a 10 ans

132 j'aime

15

Melancholia
Marius
10
Melancholia

Melancholia and the infinite sadness

Bon, Lars von Hitler à 8 heures du mat, c'était pas gagné (qu'est-ce qu'on ferait pas pour voir des films danois avant les autres)... Mais se réveiller devant un astre sombre, sombrer avec ces jeunes...

Lire la critique

il y a 11 ans

103 j'aime

23

Hearthstone
lasprezzatura
9
Hearthstone

Le point de vue du perdant

Moi, à Hearthstone, je suis du genre besogneux. Je fais mes petites missions tous les jours pour économiser de quoi m'acheter un paquet de temps en temps. Deux fois par mois, je désenchante une carte...

Lire la critique

il y a 7 ans

31 j'aime

8

Mad Men
lasprezzatura
4
Mad Men

Du Néant on the rocks

On connaissait la musique d'ambiance, celle qu'on joue dans les ascenseurs, et les instruments aseptisés, ceux qu'on utilise en Chirurgie : Mad men invente la série d'ambiance aseptisée. Le ménage...

Lire la critique

il y a 10 ans

28 j'aime

12

Arrow
lasprezzatura
6
Arrow

Robin des bois au pays de Largo Winch

Alors le pilote d’Arrow, c’est un peu l’histoire de Robinson Crusoé de retour dans le monde des vivants et qui se serait déguisé en Robin des Bois. C’est aussi un genre de Largo Winch qui n’aurait...

Lire la critique

il y a 9 ans

24 j'aime

3