Les braises du crépuscule

Avis sur Minuit à Paris

Avatar Ronny1
Critique publiée par le

Budget inhabituel pour Woody Allen, « Midnight in Paris » est filmé dans la capitale, toute l’équipe ayant fait le déplacement. Une brillante idée de scénario permet chaque nuit de revivre le Paris des années folles, en côtoyant écrivains américains, Hemingway en tête jusqu’aux surréalistes et Dali. La collection est impressionnante, mais la des rôles sont si réduits qu’ils s’apparentent davantage à des caméo qu’à des personnages, aussi secondaires soient-ils. Cet étalage casse en quelque sorte la dynamique du film en l’éparpillant. En ajoutant l’habituel manichéisme contre les méchants républicains et pour les gentils démocrates (deux pléonasmes pour Woody Allen), au relations du couple officiel constitué du personnage principal (Owen Wilson) et de sa fiancée (Rachel McAdams), infâme pétasse surchargée à souhait, le réalisateur semble quitter sa légèreté stylistique coutumière pour une épaisseur façon gras double. Heureusement, agrémenté de bons mots, ce Paris de carte postale magnifié par la très belle pellicule de Darius Khondji, accompagné par une bande originale concoctée par Woody Allen, le film permet de passer un agréable moment, même si une certaine pesanteur finit pas s’installer. Globalement bien, mais plus illustratif que créatif, le feu sacré du cinéaste depuis quelques années, ressemble de plus en plus à des braises qui scintillent encore. Comme au crépuscule… Il n’y a plus que la critique française pour tomber en pamoison devant chaque nouvel opus.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 128 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Ronny1 Minuit à Paris