Très beau film sur la médiocrité

Avis sur Möbius

Avatar Ginko_
Critique publiée par le

Le dernier Wong Kai Wai, (The Grandmaster), film mal édité, mal raconté et mal torché a été qualifié de "très beau film sur l'inachevé" par les critiques.
Après avoir lu ça je me suis dit que puisqu'on a enfin décomplexé la malhonnêteté intellectuelle allons y franchement : Mobius est un superbe film sur la médiocrité.

C'est l'histoire d'un excellent agent secret, qui, fort de dizaines années d'expérience au service de mère Russie, va coucher avec son indic après trois phrases nébuleuses et deux vodka pomme, parce que ... les agents secrets aussi ont des besoins, et que si James Bond le fait et que le méchant explose quand même à la fin ça doit pas être si grave.
Bref 30 minutes de film et le scénario se vautre violemment, entrainant les personnages dans son sillon.

Car oui les personnages se roulent aussi dans la fange de la médiocrité avec une joie non dissimulée. Les russes sont soit mafieux, soit des gros beaufs qui peinent à aligner trois mois sans "pute, baiser ou pipe", soit les deux.
Les traders sont tous des sacs à merde (bon oui, mais quand même), qui peuvent couler leur boite, plonger le monde entier dans un marasme sans nom, mais qui s'en tirent avec une petite tape sur les doigts et une interdiction de séjour aux US.

Aussi, à toutes les filles un peu carriéristes qui craignent de ne pas trouver le juste équilibre entre vie professionnelle et vie privée, rassurez vous, vous pourrez être dame de fer la journée, à envoyer chier veaux, vaches, cochons et PDGs, et pauvrette la nuit à sortir des "j'aime bien tes bras, ils sont compacts, tu peux me laisser tes bras avant de partir ?".

Enfin, rendons à César ce qui appartient à César, Mobius a couché sur pellicule la scène de sexe la plus ridicule de 2013. Grosse déception pour ce couple d'allemands à 34 vues sur youporn qui brigait la première place.
Cette scène est directement tirée de l'imaginaire moite d'une ado de treize ans, dont l'expérience sexuelle se limite aux (non) frasques de Twilight.

Cette scène s'inscrit d'ailleurs parfaitement dans une réalisation que la pudeur nous permettra de qualifier de naïve. Ainsi, de peur que le spectateur ne prenne pour une simple balade sur autoroute française une scène à l'enjeu dramatique pourtant palpable (sisi entre les rayons de soleil, les dialogues polis et les limitations de vitesse) on va mettre une grosse musique avec des basses bien tendues.
Ah et tiens, à chaque fois qu'on va passer sur des personnages russes on va mettre une grosse musique russe bien folklorique, on avait penser à faire popper une matrioshka dans les coins de l'écran mais ç'aurait fait un peu trop putassier quand même.

Non franchement, nul de bout en bout, un chef d'oeuvre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 561 fois
Aucun vote pour le moment

Ginko_ a ajouté ce film à 3 listes Möbius

Autres actions de Ginko_ Möbius