👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce film est beau. Il soulève un tas de sujets lourds et délicats de façon subtile et sensible. Il traite pêle-mêle, d'amitié, d'amour, d'homosexualité et de la violence des rapports humains dans Liberty city, un quartier de Miami réputé pour être un point central dans le trafic de drogue (les amateurs de GTA seront de quoi je parle). Dans ces conditions, les perspectives d’avenir de Chiron, jeune noir au tempérament et à l'attitude très éloignée des petits caids de son quartier, sont très sombres. Il est renfermé, impassible et très seul. Né sans père et d'une mère junkie, Paula, qui est incapable de s'occuper de lui, le jeune garçon trouve refuge auprès de Juan. Ce dernier est le boss du trafic de drogue et il va prendre le petit Chiron sous son aile, il lui présente sa femme, Teresa avec qui il nouera également des liens.
Dans la première partie du film, Chiron enfant subit. C'est le souffre douleur de tous ses camarades et cela se poursuit jusqu'à son adolescence. Et comble de désespoir, le seul qui lui prêtait un minimum d'attention, Kevin, sera celui qui le battra violemment dans la cour du lycée.
Ce combat entre les deux jeunes adolescents sera l’événement déclencheur, il y aura chez chiron un avant et un après et cela est rendu magnifiquement bien par le jeu brillant des trois acteurs. Ils jouent le même personnage, nous le reconnaissons parfaitement et pourtant tout dans le regard à changé. De l'enfant, il passe brutalement à l'adolescent qui découvre la haine et à l'adulte désormais respecté. Chiron adulte marche sur les pas de Juan, seul figure masculine et positive de son enfance. Comme lui il a la couronne qui évoque Basquiat dans sa voiture tape à l’œil et le bonnet gangsta à la 50 cent. Tout deux sont dealers non par choix mais pour survivre dans cette jungle.
Côté interprétation, on découvre une ribambelle d'acteurs sublimes qui nous font plonger dans ce quartier sulfureux qu'est Liberty City. Mention spéciale pour le jeu tout en nuances de l'actrice qui joue la mère perdue de Chiron.

il y a 5 ans

Moonlight
mymp
8
Moonlight

Va, vis et deviens

Au clair de lune, les garçons noirs paraissent bleu, et dans les nuits orange aussi, quand ils marchent ou quand ils s’embrassent. C’est de là que vient, de là que bat le cœur de Moonlight, dans le...

Lire la critique

il y a 5 ans

170 j'aime

2

Moonlight
JérémyMahot
4
Moonlight

Un scénario lunaire

Moonlight, comme son personnage principal, a du mal à se situer : le film de Barry Jenkins se présente d'abord comme un témoignage social, à vif, caméra à l'épaule dans le style des frères Dardenne,...

Lire la critique

il y a 5 ans

58 j'aime

Moonlight
Multipla_Zürn
4
Moonlight

Critique de Moonlight par Multipla_Zürn

Barry Jenkins sait construire des scènes (celle du restaurant, notamment, est assez singulière, déployant le temps dans l'espace via le désir et ses multiples incarnations, à savoir la nourriture, la...

Lire la critique

il y a 5 ans

37 j'aime

1

Nobody Knows
Guillaume_Leyssenot
10
Nobody Knows

Tellement réaliste

Nobody knows est un film japonais peu commun, qui raconte l'histoire de quatre enfants vivants dans la pauvreté à Tokyo, petit à petit leur mère les délaisse pour l'argent. Ils sont contrains et...

Lire la critique

il y a 8 ans

6 j'aime

Selon Charlie
Guillaume_Leyssenot
4

Critique de Selon Charlie par Guillaume Leyssenot

Ce qui sauve ce film ennuyeux, ce sont ses acteurs. Le propos est bourgeois et sans intérêt, il est question d'histoires de tromperies, d'êtres qui se croisent et qui n'ont comme identité que celle...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime

Vice-versa
Guillaume_Leyssenot
8
Vice-versa

Tout ça c'est dans ta tête !

Bluffant, percutant, amusant, bouleversant, captivant, croustillant, enivrant, enrichissant, entraînant, époustouflant ! Bref un chef d'oeuvre de plus chez Pixar !

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime