Chinoiserie

Avis sur Mulan

Avatar slycooper
Critique publiée par le

Déjà soyons clairs, Mulan 2020 n'est pas un bon Disney et ce n'est même pas un bon film. C'est un film qui se complique la vie, qui brasse de l'air et qui n'arrive pas à faire naitre autre chose que de la circonspection chez le spectateur.

Nostalgie et attente

Alors oui, Mulan 2020, part avec un sacré handicap.
Le dessin animé, contre lequel il sera forcément comparé, est à mon avis l'un des meilleurs Disney de tous les temps. Sur la forme c'est un film rythmé, avec un niveau de lecture profond et un sens de la réalisation et de la mise en scène très poussés. Sur le fond c'est un film qui porte un message féministe fort.

Mais Mulan 2020 est à l'antipode de cela. Le film se prend bien trop au sérieux pour être drôle, cela pourrait être un choix assumé, de rendre le conte plus sombre par exemple mais, au final, Mulan 2020 y perd sur tous les tableaux.

Sur la forme déjà, car si aucune musique ne reste en tête, Mulan démontre surtout que Niki Caro ne sait pas mettre en scène. Comment est-ce possible de ne pas réussir à faire naître la moindre des émotions que ce soit à l'écran ou dans la salle avec un tel matériel de base ? Aucune scène ne reste en tête.

En même temps elle choisi plutôt que de s'essayer à rivaliser avec la séquence "haircut", de simplement la supprimer. Comme ça pas de risque.
Mais si, vous savez, cette séquence du dessin animé où Mulan part de chez ses parents dans la nuit sous la pluie au galop, après s’être habillée et coupée les cheveux à la lumière des éclairs. Le tout sur une musique de Goldsmith qui donne envie de prendre une revanche sur la vie.

Et sur le fond...

Là où Mulan était une jeune fille qui, pour sauver son père, partait à la guerre et devenait à force d'efforts et d'intelligence aussi forte et utile (et même parfois meilleure) que ses camarades hommes. Ici, Mulan 2020 est magiquement dotée de super pouvoir (le Chi) et est donc naturellement plus forte que tous. De fait le message féministe est anéanti. Mulan n'a pas besoin de travailler pour être forte, au contraire, il lui suffit d’être elle même. Et ce n'est donc pas par son travail ou son courage qu'elle prouve au monde que les femmes peuvent être d’excellentes guerrières, tout comme les hommes, mais grâce à son Chi magique. Les petites filles sans Chi sont donc vouées au mariage et c'est tant mieux. Dès le début on nous explique bien que si Mulan est un garçon manqué, c'est à cause du Chi et non pas car c'est son caractère...

Ensuite parlons de l'antagoniste. Celui-ci était, dans Mulan de 1998, Shan-Yu un chef Hun féroce, qui pille et brule tout sur son passage avec ses sbires. Nous avons en tête la scène d'introduction où il n'épargne qu'un soldat par pure vanité car il n'a pas peur de l'empereur ; ou encore l'horreur du village dévasté, femmes et enfants brulés (suggéré) où le père de Shang est mort avec l'armée impériale car les renforts arrivent trop tard.
Dans Mulan 2020, le méchant Bori Khan nous présente un tout autre visage, il ne s'attaque qu'à des militaires, et veut, quelque part légitimement, se battre contre l'empereur car celui-ci à tué son père. Il ne fait pas peur ni n'inquiète réellement. C'est même un lâche qui fuit le combat, qui refuse de se battre à la loyale...

Enfin un message d'inclusion essaye de se faire entendre avec cette histoire pauvre de sorcière qui serait rejetée car "différente" alors qu'elle veut juste être acceptée ... Mais cela tombe à plat, on ne parle pas de racisme ici, ni handicap et on a du mal à ressentir la moindre empathie pour ce personnage télescopé dans le conte et qui est tout à fait capable de se défendre seul. On comprend d'ailleurs mal ses intérêts.

Et sans ça ?

Eh bien sans ça, on se retrouve avec une mauvaise parodie de Tigre et Dragon, qui fait la part belle aux cascades molles sur des filins et aux mouvements de rotation de caméra qui suivent les cascades, parfois, enfin des fois, pas tout le temps quoi mais on ne sait pas pourquoi... On a du mal à comprendre la démarche, est-ce un hommage raté ? Est-ce la vision stéréotypée de la réalisatrice de ce que doit être un film "chinois" ?

D'ailleurs c'est quoi cette histoire de faire un film avec des acteurs ethniquement asiatiques, qui se déroule en Chine impériale, qui parle d'une légende chinoise ... mais avec des personnages qui parlent tous anglais ? Certains avec un accent chinois stéréotypé quand d'autres parlent avec l'accent de NYC ? C'est complétement anachronique et va à l'encontre de la démarche.

Bref

Alors je vous vois venir, j'ai été influencé par Mulan 1998 et je n'ai pas un regard neutre. Ok, c'est vrai, mais ce film s’appelle Mulan ! Sérieusement, il reprend la police d'écriture et un mauvais remix du thème principal du dessin animé de 1998. C’est donc voulu ! Disney joue sur la fibre nostalgique et veut nous faire croire que ce Mulan 2020 est le nouveau Mulan 1998.

Là ou le Roi Lion avait réussi (en partie) à ramener une certaine fraîcheur et profitait de l'effet animaux mignons, Mulan 2020 est bel est bien une chinoiserie, quelque chose d'inutile dont nous n'avions définitivement pas besoin.

Au final, Mushu avait tort, notre pire cauchemar c'est de savoir qu'il reste encore à Disney pas mal de chefs-d’œuvre à massacrer sur l’autel de l'argent facile. Après tout, 20€ sur Disney+ c'est quand même plus rentable qu'au cinéma pour des coûts d'infrastructure infiniment moindres ...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3061 fois
46 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de slycooper Mulan