Did she? Didn't she? Who's to blame?

Avis sur My Cousin Rachel

Avatar colormeblue
Critique publiée par le

(Spoilers as always)

Peut mieux faire. Pourtant ça commençait bien, avec un casting pareil. Holliday Grainger que j'adore, qui retrouve son collègue du Riot Club, Sam Claflin (mon amour), lui-même accompagné de la superbe Rachel Weisz dans un des rôles phares, et pour ne rien gâcher, le charismatique Iain Gle (Jorah de GoT) dans un des rôles secondaires. Alors pourquoi la sauce ne prend pas? Et bien, tout simplement parce qu'on regarde le film sans vraiment s'y intéresser. Pourtant les performances sont cool et contrairement à beaucoup de spectateurs qui ont trouvé Sam Claflin faible en héros, je l'ai trouvé plutôt cool, bien qu'il se fasse éclipser assez rapidement par Rachel, qui en plus d'être une sacrée actrice, a quand même un personnage plus intéressant à incarner. Les deuxièmes rôles sont, au final, assez inutiles, puisque leur seule fonction dans le récit est de mettre en garde le protagoniste, qui refuse d'envisager pendant les 3/4 du film que sa mystérieuse dulcinée puisse avoir des intentions douteuses. C'est une des grandes raisons de l'échec du film à mon goût. On se fiche totalement que Philip se fasse entourlouper parce qu'on ne compatit pas avec lui. Perso, même si Rachel était vraiment coupable, ce n'est pas une raison pour me le faire soudainement adorer. Plutôt habitué aux rôles de gentils (Finnick, Alex dans Love Rosie...), Sam Claflin a cependant déjà incarné des personnages moralement plus ambigus (Will dans MBY mais aussi Alistair Ryle dans the Riot Club, sa performance m'a surtout marquée dans celui-ci). Il sait très bien le faire, mais là, ça ne marche pas. Pourquoi? Et bien, parce que dans le premier cas, Will, bien que plein de défauts avait des qualités et une explication solide pour son comportement, et Alistair était tellement tordu et amoral qu'il en devenait fascinant. Philip est juste? détestable. C'est un con, à l'égo surdimensionné (regardez comment il parle à Louise, à ses domestiques et à tout le monde en général), il est immature, inconstant, incontrôlable, capricieux, et cerise sur le gâteau: macho au possible. Je ne sais pas vous mais ça ne me donne pas envie de le soutenir et de me préoccuper de sa situation. Même quand il se rend compte de la possible trahison de Rachel, cela ne suffit pas pour le rendre aimable. S'il avait fini empoisonné, je m'en serais totalement foutue. La relation Philip/Rachel est cependant intéressante (on voit bien que Rob Mitchell tient à dépeindre dès le début une relation vouée à l'échec), avec une belle alchimie entre Sam Claflin et Rachel Weisz, et des moments forts telle que la dispute où Philip lui arrache brutalement les perles du cou, ou le moment où on le voit couché contre elle après des ébats assez gênants (mais quel forceur, il mériterait une bonne claque) dans une position qui rappelle fortement une étreinte mère/fils, impression qui est confirmée quand Rachel lui dit à la fin qu'il lui fait penser à "un petit chiot à la recherche de sa mère" (yes queen drag him) mais développée bizarrement. La palme revient sans doute au pseudo coup de foudre que Philip a pour Rachel, qui est vraiment traduit d'une drôle de façon à l'écran et donne plutôt l'impression que le personnage masculin est soit 1/ stupide 2/ amnésique.

Je dirais qu'au final, l'intérêt majeur du film réside dans la performance de Rachel Weisz, dont je n'avais vu encore aucun film et qui est vraiment très talentueuse. Elle arrive très bien à retranscrire les différentes facettes de son personnage, tantôt mante religieuse, tantôt veuve éplorée, tantôt ange, tantôt démon. Elle a vraiment une aura, un truc, qui convient parfaitement au personnage. Pour le coup, Rob Mitchell a bien réussi son coup en la choisissant, puisqu'on est incapable, à la fin du film comme du livre, de répondre à la question initiale. Le côté fin ouverte est aussi plutôt cool, bien qu'elle ait sans doute été conservée par souci de fidélité. Je pense personnellement que Rachel a bien empoisonné son précédent mari comme elle a tenté d'empoisonner Philip, mais une fois de plus j'ai bizarrement plus de tendresse pour elle que pour ses victimes, qui semblent partager en plus de leur physique similaire (lol je me remet pas qu'ils aient fait joué à Sam les deux rôles, c'est d'un cheap) un même goût pour la violence et l'impulsivité. Les multiples gros plans pas très subtils (j'avais vu venir le truc 40 minutes avant la fin) vont d'ailleurs un peu dans mon sens. Quand à la mort de Rachel, elle est aussi très attendue à partir du moment où l'on voit Philip lui conseiller d'aller galoper près d'une pente dangereuse. Quand le générique arrive, je l'ai plutôt plaint elle et Louise (qui a toujours été là pour lui et il s'en foutait et une fois que Rachel meurt, il revient vers elle et lui fait deux enfants, quel connard) que le contraire.

Je me sens un peu coupable de mettre une note aussi basse, parce que les acteurs sont vraiment sympas, et que c'est toujours super agréable de passer 1h50 en compagnie de Sam Claflin (ne cherchez pas, je suis irrécupérable. Ces fossettes, cet accent british, ce visage...argh) et de Rachel Weisz dont je vais m'intéresser à la filmographie au plus vite. Les décors de la Cornouailles sont charmants, et l'effort pour coller à l'ambiance de l'époque est à saluer. Cependant, je ne me voyais pas mettre plus de la moyenne à ce film, qui malheureusement, passe à côté de son sujet, et me donne au final, surtout envie de lire le livre pour voir si j'y trouverai la profondeur qui m'a manquée dans son adaptation.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3332 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de colormeblue My Cousin Rachel