👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Véritable histoire vraie de deux Tchéquoslovaques interprétés par des irlandais

En mai 1942 : « l’homme au cœur de fer », selon les termes du führer, est victime d’un attentat perpétré à son encontre par deux jeunes tchécoslovaques.

Alors que la Bohême-Moravie est occupée et régie d’une main de fer par celui qu’on surnomme : « Le bourreau », le gouvernement tchèque en exil organise cet acte de résistance inédit (seul attentat réussi d’un dignitaire nazi sous le IIIe Reich).

Le film suit ainsi les deux résistants parachutés afin d’éliminer : « Le Boucher de Prague ». Et il est plutôt réussi dans l’ensemble, notamment par sa photographie mettant en valeur les ruelles de Prague, le jeu des acteurs plutôt convaincant (sauf notre frenchie Charlotte Le Bon, le surjeu ce n’est plus possible) et des séquences assez intéressantes voire prenantes

(la mort des parachutistes et la petite allégorie de la bougie qui s’éteint)


.

Sauf que.

Déjà, j’ai un gros souci avec les soi-disant biopics se passant sur un territoire non-anglophone, mais où les acteurs (anglophones de surcroît) parlent un anglais affublé d’un accent dégueulasse pour faire faussement « local ».

Et pis, le principal point négatif reste quand même d’avoir aussi peu développé le personnage d’Heydrich. C’est bien dommage, parce que ce bonhomme était tout aussi horrible qu’il était captivant. L’homme le plus dangereux du IIIe Reich était ainsi non seulement le directeur du RSHA (office central de la sécurité du Reich, ne comprenant pas moins la Gestapo et la police criminelle), le protecteur de Bohême-Moravie mais également l’instigateur de la « solution finale ». Et là, c’est juste l’homme à abattre, un grand blond avec une chauss... un imper noir pardon, qu’on voit 2 minutes à l’écran.
Ce qui est d’autant plus dommage, c’est que le film HHhH sorti la même année et traitant du même sujet s’intéresse bien plus à la personne de Heydrich (et c’en est d’ailleurs sa force).

M’enfin. Ils ont tout de même casté quelques locaux, le scénario colle plutôt bien avec le véritable déroulement des faits (et ce même dans les détails) et la mise en scène du dénouement sauve les meubles.

Donc à voir, rien que pour l’enjeu historique de l’action de ces 7 parachutistes héroïques.

7/10

Bushman
7
Écrit par

il y a 3 ans

6 j'aime

3 commentaires

Opération Anthropoid
Bushman
7

Véritable histoire vraie de deux Tchéquoslovaques interprétés par des irlandais

En mai 1942 : « l’homme au cœur de fer », selon les termes du führer, est victime d’un attentat perpétré à son encontre par deux jeunes tchécoslovaques. Alors que la Bohême-Moravie est...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

3

Opération Anthropoid
RAF43
8

"Les sacrifiés !"

1938, sous la pression d’Adolf Hitler, les accords de Munich voient passer la Tchécoslovaquie sous protectorat allemand. 1er septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne ; deux jours plus tard, la...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

2

Opération Anthropoid
Frenhofer
8

L'autre HHhH

En 2010, Laurent Binet publie HHhH, un roman qui recevra le Goncourt du premier roman et qui fait le choix de retracer parallèlement les parcours de Reinhard Heydrich d'une part et du tandem Jozef...

Lire la critique

il y a 1 an

3 j'aime

2

Lord of War
Bushman
5
Lord of War

Lord of clichés

« - Always remember son, there’s something above you. - Sure dad, a 40 000$ crystal chandelier ». Cette façon que le réalisateur a de tourner au dérisoire un trafic exécrable desservant un horrible...

Lire la critique

il y a 3 ans

7 j'aime

4

Opération Anthropoid
Bushman
7

Véritable histoire vraie de deux Tchéquoslovaques interprétés par des irlandais

En mai 1942 : « l’homme au cœur de fer », selon les termes du führer, est victime d’un attentat perpétré à son encontre par deux jeunes tchécoslovaques. Alors que la Bohême-Moravie est...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

3

Avatar
Bushman
8
Avatar

C’est sacrément beau, et faut croire que ça suffit

C’est niais. C’est facile. C’est manichéen au possible. C’est vu, déjà vu et revu (big up au stéréotype du stéréotype du stéréotype du méchant vétéran Stephen Lang). Mais bordel qu’est-ce que c’est...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

3