👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En 2010, Laurent Binet publie HHhH, un roman qui recevra le Goncourt du premier roman et qui fait le choix de retracer parallèlement les parcours de Reinhard Heydrich d'une part et du tandem Jozef Gabčík-Jan Kubiš d'autre part, jusqu'à leur fatale rencontre, jusqu'à l'assassinat qui scellera leurs destins croisés, pour pousser jusqu'à une barge symbolique où la postérité incarnée par Laurent Binet ressasse et repasse les événements aux rayons X infinis des vestiges du passé.

En 2016 et 2017, le cinéma tire deux films d'HHhH.
Le premier, qui prend le titre prétendument voulu à l'origine par Laurent Binet, Opération Anthropoid , passe inaperçu, entre autre parce qu'il ne se réclame pas d'HHhH, parce qu'il n'a pas l'ambition de l'adapter.
Le second, HHhH, comme son nom l'indique, prétend adapter l'oeuvre de Laurent Binet et bénéficie d'une publicité tapageuse.




Tous deux disposent d'un bon réalisateur, d'une bonne musique, d'un casting relativement haut en couleur.



HHhH, comme on peut le lire ailleurs (https://www.senscritique.com/film/HHh_H/critique/124772227)
est une adaptation en demi-teinte du roman de Laurent Binet, le dépossédant de toute son originalité, l'adaptant en superficie, en prenant parfois même un parti contraire à celui du récit.

Opération Anthropoid, quoiqu'il n'ait jamais aspiré à la chose, n'apparaît évidemment pas comme une adaptation plus complète: il fait le choix de donner la primeur à Jozef Gabčík et Jan Kubiš.
Pourtant, par bien des aspects, presqu'inconsciemment, il ressemble davantage au roman de Binet, s'en éloignant, s'y opposant mais allant dans les détails du texte, à l'image de l'atterrissage des deux héros (la blessure, le berger - quoique d'obédience contraire au roman) ou du final dans l'église (là où HHhH refuse les morts séparées des deux complices de l'Histoire et du roman pour lui préférer une mort unie et symbolique, Opération Anthropoid respecte ce final plus réel et triste, sans pour autant s'interdire un petit instant de poésie où la femme devient l'allégorie de la vie, de l'instinct de survie). Si Opération Anthropid donne la part belle aux deux parachutistes et à leurs camarades, il présente bien aussi Heydrich en filigrane en début et fin de métrage, si bien que le lien avec l'oeuvre de Binet naîtra forcément dans l'esprit du lecteur-spectateur. Par-delà tous ces éléments de comparaisons, les affiches même semblent trahir une plus grande similitude entre l'HHhH de Binet et le film de Sean Ellis: l'affiche du film de Cédric Jimenez se contente de copier, détourner la couverture de l'édition Livre de poche d'HHhH, remplaçant l'effacement de la tête d'Heydrich par une cible sur la tête empreinte d'ombre de Jason Clarke, l'affiche du film de Sean Ellis pose les deux héros sur fond du profil froid d'Heydrich, résumant à la perfection l'un des deux aspects majeurs du livre.

Les deux aspects du livre: raconter l'attentat contre Heydrich en faisant le récit des vies des ennemis qui vont se heurter lors de l'attentat, comme dans un western historique, et revenir sur les éléments du récit pour les ausculter, dans un souci d'historicité la plus juste possible - ou du moins ainsi feinte.
Et ce deuxième aspect est en partie plus présent dans Opération Anthropoid: le souci d'historicité est là, criant dans la juxtaposition du véritable Heydrich sur un extrait d'archive et de son interprétation - certes fugace - par un Detlef Bothe (Spectre) plus vrai que nature (il faut dire que le pauvre est abonné à ce rôle d'Heydrich auquel il ressemble tant). À comparer les Heydrich, Gabčík et Kubiš des films et des événements réels, force est de noter que ceux d'Opération Anthropoid ressemblent énormément à ceux de l'Histoire, ceux d'HHhH, tenant d'une caricature romanesque.
Or, c'est là, justement, que résident le bât blessant d'HHhH et le génie d'Opération Anthropoid: les vedettes du film de Jimenez, crise de jeunisme oblige, ne ressemblent que de loin à leurs modèles et se promènent dans un film aux décors lisses, trop poli, trop international quand le film d'Ellis réussit la gageure de faire ressembler ses vedettes - parmi lesquelles les plus que notoirement connus Cillian Murphy (vedette fétiche de Nolan) et Jamie Dornan (le Grey des Fifty Shades) - à leurs modèles et, moins lisse, plus sombre, plus cruel, plus anxiogène mais aussi plus géographiquement typé, permet une véritable immersion, une immersion plus crédible et passionnante. À en oublier la présence de têtes familières comme celles de Toby Jones, de Charlotte LeBon ou, pour les plus habitués au petit écran britannique, Harry Lloyd.

Opération Anthropoid est donc, incontestablement, à l'instar de l'encore moins réputé Opération Lidice, un autre HHhH des années 2010. Et sans doute le meilleur.

Frenhofer
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Querelles de clochers

il y a 1 an

3 j'aime

2 commentaires

Opération Anthropoid
Bushman
7

Véritable histoire vraie de deux Tchéquoslovaques interprétés par des irlandais

En mai 1942 : « l’homme au cœur de fer », selon les termes du führer, est victime d’un attentat perpétré à son encontre par deux jeunes tchécoslovaques. Alors que la Bohême-Moravie est...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

3

Opération Anthropoid
RAF43
8

"Les sacrifiés !"

1938, sous la pression d’Adolf Hitler, les accords de Munich voient passer la Tchécoslovaquie sous protectorat allemand. 1er septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne ; deux jours plus tard, la...

Lire la critique

il y a 5 ans

4 j'aime

2

Opération Anthropoid
Frenhofer
8

L'autre HHhH

En 2010, Laurent Binet publie HHhH, un roman qui recevra le Goncourt du premier roman et qui fait le choix de retracer parallèlement les parcours de Reinhard Heydrich d'une part et du tandem Jozef...

Lire la critique

il y a 1 an

3 j'aime

2

Les Tontons flingueurs
Frenhofer
10

Un sacré bourre-pif!

Nous connaissons tous, même de loin, les Lautner, Audiard et leur valse de vedettes habituelles. Tout univers a sa bible, son opus ultime, inégalable. On a longtemps retenu le film fou furieux qui...

Lire la critique

il y a 8 ans

43 j'aime

16

Le Misanthrope
Frenhofer
10

"J'accuse les Hommes d'être bêtes et méchants, de ne pas être des Hommes tout simplement" M. Sardou

On rit avec Molière des radins, des curés, des cocus, des hypocondriaques, des pédants et l'on rit car le grand Jean-Baptiste Poquelin raille des caractères, des personnes en particulier dont on ne...

Lire la critique

il y a 7 ans

28 j'aime

10

Full Metal Jacket
Frenhofer
5

Un excellent court-métrage noyé dans un long-métrage inutile.

Full Metal Jacket est le fils raté, à mon sens, du Dr Folamour. Si je reste très mitigé quant à ce film, c'est surtout parce qu'il est indéniablement trop long. Trop long car son début est...

Lire la critique

il y a 6 ans

25 j'aime

1