Almodovar est un des rares cinéastes à savoir me faire aimer le quotidien au cinéma. Bien sûr ses histoires sont très souvent teintées de mystère, abracadabrantesques et comptent de nombreux personnages improbables mais j'apprécie son style, ses couleurs, la manière qu'il a de raconter la vie d'espagnols triés sur le volet. Car il raconte véritablement la vie d'espagnols, à la sexualité débridée pour la plupart, puisqu'il met en lumière leur tortures intérieures et leurs répercutions extérieures. Ces dernières naissent de l'amour, de la mort, du vice et du mensonge, Almodovar ayant toujours pris du plaisir à introduire la fatalité comme obstacle au bonheur.

Parle avec elle est selon moi le meilleur Almodovar, ex æquo avec Talons Aiguilles qui m'aura longtemps fait de l’œil avant de partager son titre. Il raconte l'histoire de Benigno, un jeune infirmier, et de Marco, un journaliste, qui s'occupent d'une femme dans le coma chacun. L'une est Alicia, fille du psychiatre de Benigno. L'autre est Lydia, torera vedette de la tauromachie en Espagne que Marco a interviewé. Simplement dire que les deux hommes en sont éperdument amoureux serait incorrect et réducteur, l'intrigue étant assez complexe avec son lot de retours en arrière, d'ellipses et de coups de théâtre, qui nous aident à comprendre le pourquoi, à démêler le vrai du faux.

Avec un scénario grave mais sensuel interprété par de sublimes comédiens, le réalisateur espagnol réussi l'exploit d'invoquer en nous des sentiments contraires : joie, peine, mélancolie, gêne, angoisse... ce qui doit jalouser bon nombre de réalisateurs-scénaristes. Mais Parle avec elle c'est aussi une belle réussite technique : une photographie sucrée, chaleureuse, d'une granularité singulière qui crève l'écran et coule à travers la rétine du spectateur, consciente d'elle-même, d'être celle d'un Almodovar virtuose, et une musique à la beauté bouleversante ; Caetano Veloso m'aura presque arraché une larme avec Cucurrucucu Paloma et je pense garder en mémoire le thème principal jusqu'à ma mort.

Il est de ces rares métrages qui me font prendre conscience que le cinéma est une véritable passion, un domaine auquel se consacrer corps et âme, un pan entier de l'existence. Parle avec elle est un de ceux-là. Je ne saurais dire pourquoi mais il éveille en moi une envie de créer, d'écrire mes propres histoires et les porter à l'écran. Je ne le peux, assurément, même si aujourd'hui l’avènement d'Internet et des technologies numériques ouvrent de nombreuses portes. Mais cet Almodovar-là en particulier éveille ce sentiment en moi.
Parle avec elle
goldie
10

Critique de Parle avec elle par goldie

Fébriles et aveugles au milieu des chaises, les comédiens de Café Müller pressent aux larmes. Fébrile et ambrée dans la poussière de l'arène, Lydia attend son dernier adversaire. Fébrile et ému...

il y a 12 ans

48 j'aime

1

Parle avec elle
Rie_
1

Culture du viol 101

Sans déconner Sens Critique rarement une note globale de la communauté ne m'aura autant induite en erreur. Je suis tout simplement atterrée quand je lis les critiques concernant ce film, ici ou...

il y a 5 ans

32 j'aime

9

Parle avec elle
emmanazoe
9

Il y a longtemps que je n'avais pas pleuré....

J'étais vraiment partie pour aimer ce film, je n'ai pas été déçue ! Difficile d'aimer le travail de ce réalisateur plus que je ne le faisais déjà, et pourtant...On m'a toujours parlé de ce film comme...

il y a 10 ans

30 j'aime

5

Réalité
AnarchikHead
9
Réalité

Rêve ou Réalité ?

Quentin Dupieux est de prime abord un musicos irrévérencieux incarné par un volatile jaune en peluche. La musique, qu’il compose sous le pseudonyme de Mr. Oizo, est bruyante, stupide, hirsute à...

il y a 8 ans

16 j'aime

1

Beyond the Black Rainbow
AnarchikHead
7

#NoRuCo 2

Beyond the Black Rainbow est un long métrage de science-fiction expérimental qui n’est jamais sorti en France (uniquement aux États-Unis, au Canada et dans quelques pays d’Amérique latine). Diffusé à...

il y a 7 ans

15 j'aime

Le Temps des Gitans
AnarchikHead
9

Tu vas chialer, c'est garanti

Mon cher Camille, Cette lettre est la plus sentimentale que je t'adresse depuis que je t'adresse des lettres. Bon, j'te demande pas si tu vas bien, hein ? Tu n'existes pas, tu te souviens ? Moi, je...

il y a 9 ans

12 j'aime