👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le problème de Passengers, ce n’est pas ses acteurs (Chris Pratt est même en retenue comparé à d’habitude). Ce n’est pas non plus son design général, sans génie ni originalité, mais qui fait l’affaire. Oh, les emprunts à des tas de films de science-fiction sont bien visibles, en premier lieu ceux faits à Wall-E. Ce n’est pas non plus vraiment sa réalisation sans coup d’éclat, bien que celle-ci s’attache un peu trop à sur-sexualiser le personnage féminin (ce qui n’aurait pas été un problème si le même traitement aurait été réservé au personnage masculin).

Non, le vrai problème de Passengers, c’est son scénario. Cela faisait longtemps que je n’était pas tombé sur un scénario à la fois si cliché et en même temps si problématique. Déjà, tout le film base son histoire sur la traditionnel cliché du « menteur révélé », qui est probablement la pire des bases pour construire une bonne histoire et une bonne relation entre les personnages. Qui plus est, le mensonge qui est fait ici nous enlève immédiatement toute la sympathie que l’on pouvait avoir pour le personnage de Chris Pratt. Heureusement qu’il y a Aurora, le personnage de Jennifer Lawrence, parce que sinon je crois que j’aurais prié pour que le vaisseau explose. Ça ne veut pour autant pas dire qu’elle soit intéressante à suivre non plus, sa fonction ici étant principalement d’être un objet sexuel aux yeux de héros et du spectateur.

Même si l’on essaye de ne pas prendre en compte cette problématique, le scénario de Passengers pêche par son manque de cohérence générale. Il y a plein de petits soucis ici et là qui troubleront n’importe quel spectateur faisant un tant soit peut travailler son cerveau (beaucoup d’entre eux étant liés aux Disney’s MagicBand® que portent les personnages). Et puis cette fin… Je ne veux rien révéler, mais le deus ex machina est particulièrement mal foutu, et la fin aurait sans doute pu être différente si les personnages étaient moins cons. Du coup, on sort de la salle passablement énervé (ce qui est aussi du, encore une fois, à l’utilisation d’une chanson pop dans le générique qui nous fait directement sortir du film) face à ce film d’un autre âge au scénario si faiblard.

JackMosby
4
Écrit par

il y a 5 ans

Passengers
Behind_the_Mask
7
Passengers

Waking Sleeping Beauty

Ce qui m'a poussé à prendre ma place pour aller voir Passengers, hormis le doux visage de Jennifer Lawrence, c'est une phrase lâchée par Chris Pratt, dans les derniers instant de la bande annonce en...

Lire la critique

il y a 5 ans

85 j'aime

29

Passengers
Sergent_Pepper
5
Passengers

Crew romance

La CGI a ceci de magique qu’elle vous permet de faire tout, et même n’importe quoi. Il fut un temps où les thèmes étaient plus cloisonnés : si l’intrigue se déroulait dans un vaisseau spatial du...

Lire la critique

il y a 5 ans

67 j'aime

5

Passengers
remimazenod
7
Passengers

Prévisible/20

S'il ne s'agit pas du film le plus attendu de la fin d'année, il est légitime d'être curieux quant à la sortie de Passengers dans la mesure où il est réalisé par Morten Tydlum, l'homme derrière The...

Lire la critique

il y a 5 ans

66 j'aime

3

Bad Buzz
JackMosby
1
Bad Buzz

Sachons reconnaître les qualités du film

Vu que Bad Buzz se fait un peu injustement basher par la critique bien pensante parisienne, j'ai décidé d'écrire un article pour mettre en exergue les défauts, mais aussi les qualités, du premier...

Lire la critique

il y a 5 ans

43 j'aime

15

À bras ouverts
JackMosby
1

Raciste oui. Mais mauvais avant tout.

Que dire d’une comédie qui n’est pas drôle au point d’oser la réplique « Mais oui ce sont des roms, pas des CD-ROM » ? Que dire d’un film filmé comme un téléfilm, sans recherche ni inventivité...

Lire la critique

il y a 5 ans

33 j'aime

4

Demain tout commence
JackMosby
4

Demain tu commences à bosser ton scénario stp

Malgré un a priori assez négatif, Demain tout commence m'a d'abord surpris par sa réalisation. Hugo Gélin ne se fout pas de la gueule du monde et tente d'aller au delà du service minimum que l'on...

Lire la critique

il y a 5 ans

33 j'aime

9