Le narcissisme sous toutes les coutures

Avis sur Phantom Thread

Avatar Death Watch
Critique publiée par le

Londres des années 50. Reynold Woodcock est un célèbre couturier britannique qui voit ses robes comme de véritables œuvres d'art. Son talent est tel qu'il habille les plus prestigieuses personnalités de Londres : la famille royale, les stars de cinéma, les héritières, toutes les femmes souhaitent un jour porter une de ses créations afin de devenir aussi "chic" qu'elles peuvent le devenir grâce au style reconnaissable de la Maison Woodcock.

Reynold Woodcock est certainement l'exemple parfait du comportement narcissique. Les femmes défilent dans sa vie, chacune n'a pour objectif non pas de la partager, mais de servir d'inspiration le temps de quelques robes avant de se faire remplacer. Il en est ainsi depuis toujours, Reynold Woodcock ne vit que pour son art. Les femmes ne correspondent qu'à un support destiné à porter les robes dont elles ont permis l'inspiration. Chacune lui est utile le temps de titiller son imagination, mais un artiste a besoin de nouveauté afin de faire naître l'inspiration. Tel un outil que l'on jette après usage, il convient de tenir à distance ses modèles afin de ne pas nuire à son travail, de les jeter, puis de les remplacer de la manière la plus froide et désintéressée que possible.

Ce prisme de dominant-dominé permet de qualifier Reynold Woodcock de prédateur. Il étudie soigneusement sa proie, joue de ses charmes et de son style afin de séduire sa prochaine source d'inspiration. Pendant un bref instant, on pourrait imaginer qu'il aime vraiment ses femmes puisqu'il leur accorde tout ce dont elles peuvent rêver. De l'attention, une situation stable, de l'amour, mais tout cela n'est qu'une illusion. Malgré les sourires et la joie qu'il apporte au début d'une relation, le couturier méthodique reprend rapidement le dessus sur la personnalité si charmante et séductrice de Reynold Woodcock. Une fois la confiance installée, il se met au travail. En un éclair celle qui se voyait peut-être avec l'homme de sa vie a déjà ses mensurations notifiées dans un carnet, la couleur de la futur robe est déjà choisie, tandis que l'esprit ingénieux de son compagnon s'accélère et réfléchie sur le prochain chef-d'œuvre qui fera sensation.

Jusqu'au jour où il rencontre Alma. Pour la première fois Reynold Woodcock ressent une sensation qu'il ne connait pas et succombe à cette étrangeté que l'on nomme l'amour. L'illusion de bonheur que l'on discernait très clairement dans son comportement se transforme en une sincérité quasi-totale. Malgré ses vieilles et mauvaises habitudes, Alma n'est pas un trophée, elle n'est pas une inspiration, et encore moins le simple support de son art dont il pourra se séparer après usage. Cette femme, c'est LA femme. Ce changement dans sa vie conduit à cette relation inattendue qui provoque un choc entre deux comportements opposés : le narcissisme et l'amour. La fusion est pour le moins chaotique car chacun engendre pulsions de mépris et de mort tout en dévoilant l'un chez l'autre un monstre différent.

En somme, Phantom Thread est une réalisation menée avec brio par le duo Paul Thomas Anderson et Daniel Day-Lewis. Déjà reconnu pour l'excellent There Will Be Blood, ils parviennent à accommoder l' histoire d'amour entre un tailleur et une serveuse, entre l'union du narcissisme et de l'amour, à travers des réflexions multiples aux thématiques infinies.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 488 fois
7 apprécient · 1 n'apprécie pas

Death Watch a ajouté ce film à 2 listes Phantom Thread

  • Films
    Cover Films (re)vus en 2019

    Films (re)vus en 2019

    Film vu le plus de fois : Godzilla King of the Monsters (4 fois) Film de l'année : Joker Pire film de l'année : Men in Black :...

  • Sondage Films
    Cover Les meilleurs films de 2018

    Les meilleurs films de 2018

    Avec : La Forme de l'eau, Phantom Thread, First Man : Le Premier Homme sur la Lune, Under the Silver Lake,

Autres actions de Death Watch Phantom Thread