Après son cultissime et très acclamé "Blanche Neige et les 7 Nains", Walter Elias Disney, plus connu sous le nom de Walt Disney, présente son deuxième long-métrage d'animation, "Pinocchio", réalisé principalement par Hamilton Luske et Ben Sharpsteen et sorti en 1940, adapté du conte de Collodi intitulé "Les aventures de Pinocchio".


Gepetto est un vieil homme, sculpteur de vois, qui vit seul, avec son chat Figaro et son poisson rouge Cléo. Il crée une marionnette qu'il décide de baptiser Pinocchio. En voyant l'étoile des souhaits, il lui demande d'exaucer son voeu : que Pinocchio devienne un vrai petit garçon. Attendrie par le vieil homme, la Fée bleue donne vie à la marionnette, qui ne pourra cependant devenir un vrai petit garçon qu'à la condition qu'il démontre en être digne. Elle charge également Jiminy Cricket, un grillon qui passait la nuit dans l'atelier de Gepetto, d'être la conscience de Pinocchio et de le guider vers le droit chemin. Mais très vite, les bonnes intentions du petit pantin vont être mises à mal par les tentations de la vie et sa naïveté.


Pinocchio est vite rentré dans l'histoire du cinéma, notamment d'animation, en étant le deuxième "Classique d'animation" Disney, et en sortant dans un contexte difficile, en plein début de la Seconde Guerre mondiale. L'intérêt des gens pour ce film est limité, alors qu'il constitue pourtant un pilier du cinéma d'animation. La première force de ce film est sa réalisation et sa direction artistique. Ces deux éléments sont absolument sensationnels, surtout quand on sait que ce film est sorti il y'a 8 décennies, au début du cinéma. Les décors, la lumière, les costumes, tout est sublime. Concernant les décors, l'atelier de Gepetto est magnifique, avec toutes ces boites à musiques et ces coucous perchés sur les murs, donnant une atmosphère joyeuse à la pièce ; le village dans lequel vit Gepetto est très mignon, au milieu des montages italiennes ; l'océan que visitent Pinocchio et Jiminy permet aux enfants d'explorer cet univers si intéressant à leurs yeux. Le jeu de lumière est également impressionnant, notamment dans l'océan justement, ou lorsque la caméra insiste sur le village, que ce soit de jour ou de nuit.


L'autre point fort de ce film est sa bande originale, menée une deuxième fois par Leigh Harline et Paul J. Smith (après "Blanche Neige et les 7 Nains"), accompagnés cette fois-ci par Ned Washington. Le film dure 1h15 environ, on a le droit à une composition d'au moins 1h : la quasi totalité des scènes sont accompagnées de musique, de chanson, de danse, et la partition est merveilleuse. Les chansons sont belles, les musiques sont envoutantes... La principale chanson, "Quand on prie la bonne étoile", a marqué à elle seule le monde du cinéma et de la musique, permettant au film de remporter l'Oscar de la Meilleure Chanson Originale en 1941, et elle s'est classée 7ème au sein du Top 100 des Meilleures chansons de film de l'Histoire (première place pour les films Disney), établi par l'American Film Institute. Les trois compositeurs ont également remporté l'Oscar de la Meilleure partition originale la même année.


Le blocage du public sur ce film est dû à son scénario. Il est vrai que contrairement à la plupart, si ce n'est la totalité des autres films Disney, voire des autres films d'animation, "Pinocchio" est un film très sombre, malgré sa fin heureuse. Certaines scènes sont certes terrifiantes, notamment la transformation des enfants en âne, l'attaque de la baleine Monstro, les complots de Grand Coquin, etc, mais en même temps, pourquoi le cinéma d'animation devrait-il se limiter et ne pas faire peur ? D'autres genres ne se privent pas de le faire, et certaines scènes effrayantes existent dans bien d'autres films, notamment chez Disney (Maléfique devenant un dragon dans "La Belle au bois dormant", la transformation de la Reine ou le passage dans la forêt de Blanche Neige dans "Blanche Neige et les 7 Nains, etc...). De plus, le film présente de nombreuses scènes plus légères, comme le spectacle de Stromboli, la visite de l'atelier de Gepetto avec les coucous et les boîtes à musique, la visite de l'océan, etc, et la présence du chat Figaro et du poisson Cléo, voire de la jolie Fée Bleue, permettent également de détendre l'atmosphère.
Le film a une importante morale, qui est facile à comprendre : il ne faut pas faire de bêtises, il faut écouter sa conscience. Pinocchio est un enfant, voire un bébé, curieux et naïf, comme cela est montré par sa volonté de toucher du feu car "regarde, ça brille", ou de devenir acteur pour avoir une "grande renommée". Il veut faire des bêtises, car "faire le méchant, c'est chouette", comme il le dit lui-même, et "il n'a besoin de personne pour tirer les ficelles" (cette phrase est tirée de sa chanson "Sans aucun lien" qu'il interprète lors du spectacle de Stromboli et qui est très intéressante, car il démontre là une forme d'indépendance et d'insolence, alors qu'au même moment, sa conscience, Jiminy, est fâchée contre le lui, comme le montre le plan sur ce dernier au moment où son ami prononce cette phrase). Il y’a également une insistance sur le fait qu’il faut farouchement croire en ses rêves, même les plus insolites et ceux qui paraissent irréalisables, car ce n’est qu’en essayant qu’on peut y parvenir.
Aussi, la présence de plusieurs antagonistes est une caractéristique essentielle du film, d'autant plus qu'on ne sait pas ce qu'il advient de chacun d'entre eux à la fin du film, ce qui constitue une vraie originalité au regard du schéma classique que l'on connait dans la plupart des films en ce qui concerne le destin des méchants.
De plus, le public critique beaucoup le fait que Jiminy soit un criquet, mais on en oublierait presque que Pinocchio est un pantin de bis, mais quel mal y'a-t-il à ce que sa conscience soit un insecte ? Il s'agit simplement d'une façon comme une autre d'imager celle-ci, d'autant plus que Jiminy est devenu un personnage phare du monde de Disney, car très attachant (avec au doublage le formidable Roger Carel, qui était une icône du doublage français, notamment dans les films d'animation).


"Pinocchio" est considéré par les critiques comme le chef d'œuvre ultime de Walt Disney. A titre personnel, il est mon Disney préféré, et je ne saurais dire pourquoi : il n’a pas traversé mon enfance, je ne l’ai pas vu et revu en étant petit, je ne veux pas le revoir 150 fois par an. En revanche, à chaque visionnage du film, à chaque écoute de ses superbes chansons, je frissonne, je suis ému, je suis marqué. Il est le Disney qui m’a le plus touché, celui que je conseille à tout le monde de (re)voir au moins une fois. J’affirme donc comme les critiques que ce film est un pur chef d’œuvre, et le meilleur film de Walt Disney. Mais, au-delà de ma subjectivité, je considère également, en étant simplement et totalement objectif, que ce film est un monument de l'histoire du cinéma, et non pas uniquement du cinéma d'animation. Il a révolutionné ce genre, ou participé à sa naissance et son émancipation, et il a, tout comme "Blanche Neige et les 7 Nains", une place privilégiée dans le panthéon du 7ème art, et à tout jamais selon moi. Si le succès en salle a été limité du fait du contexte de l'époque, il a tout de même obtenu une place significative, que ce soit dans l'histoire du cinéma, ou dans mon cœur. Ce film a plus de 80 ans, mais il ne prend pas une ride. Sa beauté est telle qu'il ne vieillit pas. Il restera pour toujours dans ma tête et me marquera à jamais. Ce film est éternel, tout simplement.

HugoDe_Ranter
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films d'animation Disney et Top 10 Films

Créée

le 30 juil. 2021

Critique lue 157 fois

Hugo De Ranter

Écrit par

Critique lue 157 fois

D'autres avis sur Pinocchio

Pinocchio
Hypérion
7

Un dessin animé traumatisant mais non dénué de charme

Pinocchio, c'est un peu l'anti prototype de "l'esprit Disney" tel que nous le concevons aujourd'hui. Souvenons nous que Walt Disney est encore aux commandes de à cette époque, que son studio est...

le 23 mai 2012

66 j'aime

12

Pinocchio
Walter-Mouse
10

Victime de guerre

Après le triomphe mondial de Blanche-Neige et les Sept Nains, il ne faut pas attendre longtemps pour que Walt Disney et ses artistes décident de sortir leur deuxième Grand Classique en salles:...

le 17 févr. 2016

48 j'aime

15

Pinocchio
Gand-Alf
9

Boyhood.

Le premier long-métrage d'animation des studios Disney ayant connu un colossal succès, critique comme public, il est donc décidé de poursuivre dans cette voie, en adaptant cette fois le classique de...

le 4 mars 2015

40 j'aime

10

Du même critique

Malcolm & Marie
HugoDe_Ranter
8

L'histoire de l'amour

En France, pendant le confinement de mars 2020, des réalisateurs/scénaristes ont eu l'idée de nous pondre des films comme "Connectés", loin d'avoir un grand intérêt. De l'autre côté de l'Atlantique,...

le 8 févr. 2021

2 j'aime

Le Sens de la fête
HugoDe_Ranter
8

On s'adapte !

Pour Jean Pierre Bacri (1951-2021), au talent immense, qui va nous manquer. 6 ans après le succès retentissant de leur chef d'oeuvre "Intouchables" et après leur dernier film "Samba" (2014), qui...

le 18 janv. 2021

2 j'aime

Mississippi Burning
HugoDe_Ranter
8

Les flammes de la haine

Dans les années 1960, le tristement célèbre Ku Klux Klan (KKK) était très/trop actif, s'en prenant aux citoyens américains (essentiellement les afro américains) qui luttaient pour l'exercice de leurs...

le 25 avr. 2021

1 j'aime