Bande-annonce
Affiche Poesía sin fin

Poesía sin fin

(2016)
12345678910
Quand ?
7.2
  1. 11
  2. 15
  3. 42
  4. 59
  5. 102
  6. 276
  7. 492
  8. 556
  9. 295
  10. 136
  • 2K
  • 335
  • 4K

Dans l’effervescence de la capitale chilienne Santiago, pendant les années 1940 et 50, « Alejandrito » Jodorowsky, âgé d’une vingtaine d’années, décide de devenir poète contre la volonté de sa famille. Il est introduit dans le cœur de la bohème artistique et intellectuelle de l’époque et y...

Casting : acteurs principauxPoesía sin fin

Casting complet du film Poesía sin fin
Match des critiques
les meilleurs avis
Poesía sin fin
VS
Avatar Kiwiwayne Kiwinson
7
Cinémagique.

En regardant les dernières apparitions cinématographiques d'Alejandro Jodorowsky, il est facile de constater que la filmographie du joyeux luron prend une tournure centrée sur l'autobiographie. « La Danza de la realidade », « Jodorowsky's Dune », et maintenant cet ovni qu'est « Poesía sin fin », où le réalisateur de « La Montagne Sacrée » continu le récit burlesque et coloré de sa vie. Il l'invente, la réinvente, jusqu'à en obtenir un hybride situé entre Frank Capra et Federico Fellini,...

30 3
Avatar Mayeul TheLink
4
Mayeul TheLink
Une imagination débordante finit par... déborder

La sincérité est une qualité indéniable pour n'importe quel artiste, et qui doit animer chacune des œuvres qu'il crée. Elle reçoit d'ailleurs souvent un écho chez le spectateur, qui considérera la plupart de temps que si les intentions sont bonnes, le résultat ne peut être en dessous d'un certain niveau. En témoignent les touchants nanars, et leur succès plus ou moins grand face à un public prêt à pardonner une médiocrité parfois virulente pour toucher du doigt les intentions d'un... Lire l'avis à propos de Poesía sin fin

8
Critiques : avis d'internautes (36)
Poesía sin fin
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Mariposa

Ce n'est définitivement pas tous les quatre matins que l'on peut se targuer d'avoir vu et ressenti pareille expérience de cinéma. Qu'on aime Jodorowsky ou qu'on le déteste à plus ou moins juste titre, ses films ne portent et ne porteront jamais l'essence de l'indifférence. On ne peut ignorer que regarder la Poesia Sin Fin fait jaillir en nous les racines... Lire l'avis à propos de Poesía sin fin

34 2
Avatar Fosca
8
Fosca ·
Le réel revisité

Alejandro Jodorowsky construit son nouveau périple mémoriel en boucle, en l'ouvrant et en le refermant sur le même ponton, celui sur lequel, jeune adulte, il a définitivement quitté son Chili natal. Mais entre les deux scènes, inaugurale et finale, se seront déroulées, réenroulées, toutes les boucles du film, si bien que la scène conclusive diffèrera radicalement de la scène incipiale, nous... Lire la critique de Poesía sin fin

13 4
Avatar Anne Schneider
9
Anne Schneider ·
Critique de Poesía sin fin par JordanTerri

Poesia sin fin porte bel et bien son nom. Ce film est une poésie, au même titre je pense que la vie de Jodorowsky en a surement été une (si on regroupe les anecdotes hallucinés de sa vie, de ses tournages, on aurait de quoi en faire un recueil). Film autobiographique de la jeunesse d'artiste du réalisateur ô combien colorée. On va de rencontres étonnantes en coup de bol mémorables et on se... Lire l'avis à propos de Poesía sin fin

4
Avatar JordanTerri
8
JordanTerri ·
Découverte
Les rêves et la réalité

C’est un jeune homme dans un joli costume blanc, et dans ses bras il tient un tout petit chien blanc, et il pendouille au bout d’une corde sous un réverbère dans la nuit de Santiago, Chili. Devant l’université de la ville, plus précisément. Son père voulait qu’il devienne architecte, mais lui ne voulait pas. Poesia sin fin ne parle pas de ce jeune homme dans un joli costume blanc, mais il... Lire la critique de Poesía sin fin

16
Avatar Clode
9
Clode ·
¡ Poesía, por fin ! *

Otra vez, tras la lucha que rinde y la incertidumbre amarga del viajero que errante no sabe dónde dormirá mañana, en sus lares primitivos halla un breve descanso mi alma. Une fois encore, après la lutte qui harasse et l'incertitude amère du voyageur qui errant ne sait où il dormira demain, en ces divinités primitives se trouve un bref repos de l'âme. Algo tiene este... Lire l'avis à propos de Poesía sin fin

18 6
Avatar Gothic
8
Gothic ·
Toutes les critiques du film Poesía sin fin (36)
Bande-annonce
Poesía sin fin