La Bouse de Jamel

Avis sur Pourquoi j'ai pas mangé mon père

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le

On sait qu'une comédie est embarrassante quand les moments comiques provoquent des soupirs gênés, et les scènes de mystère ou épiques des éclats de rire... Pourquoi j'ai pas mangé mon père est de ces comédies façonnées par et pour des stars imbues d'elles-mêmes qui ne se rendent plus du tout compte de ce qui est vraiment drôle.

Et s'il y a un comique qui tombe pile dans ce travers, c'est Jamel Debouzze, dont les ressorts n'ont pas évolué d'un iota en 20 ans.

Pièce à conviction A : à un moment, la sorcière malveillante de l'arbre convainc une armée de termites volantes d'aller bouffer tout le bois des gens des cavernes pour qu'ils ne puissent plus faire de feu. Alors ils paniquent parce qu'ils n'ont plus de bois, et s'énervent : "Encore un coup des gens de l'arbre!" ( il est à noter qu'à ce moment du film il n'y a plus que trois personnes dans l'arbre, et que les types ont clairement vu que c'était la sorcière la méchante... ) "On va prendre les armes et leur péter la gueule !"

Ils prennent leurs armes EN BOIS et se dirigent vers l'arbre à cinq-cent mètres de là. La nuit est subitement tombée quand ils arrivent enfin, et ils sont équipés de torches... Ils foutent le feu à l'arbre alors qu'ils venaient justement en découdre parce qu'ils n'avaient plus de bois pour le feu ! Oui, oui, parfaitement.

Tout ce foutu film de merde est comme ça : pas écrit, structuré n'importe comment ( certains personnages disparaissent et réapparaissent au gré des caprices du vent... ) et à l'humour bidon.
Ajoutez à cela une mise-en-image dégueulasse et arriérée ( le film semble être sorti entre 2000 et 2004 ) une animation plus qu'approximative et vous avez là ce qu'il convient d'appeler un désastre.

Mais Jamel ne saurait se contenter de piquer un paquet de pognon à Pathé pour pondre un étron 3D de premier ordre... Il est allé irrémédiablement souiller un des livres les plus brillants du 20e siècle. Irrémédiablement car si d'aventure quelqu'un voulait en faire une véritable adaptation, on lui dirait : "Bah non ! Y'a Jamel !"

Pourquoi j'ai mangé mon père est un livre drôle, extrêmement documenté et qui entretient une réflexion profonde et mature sur la nature de l'homme. En voulant le nerfer et le rendre politiquement correct, Jamel à ajouté un Pas au titre et n'a gardé que deux petits segments de l'intrigue d'origine ainsi que quelques prénoms ici et là. Tout le reste n'est qu'invention et réécriture débile.

Pièce à conviction B : à un moment, la sorcière malveillante de l'arbre convainc Vania qu'il faut manger son père par tradition sinon c'est la colère divine qui s'abattra sur le clan. Jamel subtilise le corp et l'enterre, et il n'y a AUCUNE répercussion au sein du clan... Tout l'monde s'en fout d'votre malédiction, ma bonne dame !

Souillé, je vous dis... Mais il y a tout de même un jeu marrant à tirer de cette épreuve : imaginons Jamel Debouzze s'attaquer à l'adaptation de grands classiques du cinéma...

Die Pas Hard
Jamel Debbouze est John McClane, flic de New York blessé à la main coincée dans une porte d'ascenseur. Au début du film il se trompe de gratte-ciel, et passe son temps à courir pieds-nus dans les couloirs sans raison apparente. Al Powell n'existe pas et Hans Gruber est un livreur de pizza appelé accidentellement alors que McClane voulait contacter le 911.

RoboPasCop
Jamel Debbouze incarne Alex Murphy, flic retors blessé à la main, criblée de balle par des malfrats. On lui construit une main-robot mais il s'en sert rien que pour se branler. Clarence Boddicker est son proctologue.

L'Empire Attaque Pas
Jamel Debouzze joue le rôle de Luke Skywalker, blessé à la main par Darth Vader qui lui révèle alors qu'il est son père juste avant de se jeter inexplicablement du haut des remparts de Cloud City. Han et Leia sont d'adorables autruches qui disparaissent de la narration au beau milieu du film.

Harry Papoteur
Jamel Debbouze tient le rôle d'Harry Potter, jeune sorcier blessé à la main par Voldemort. Il entre à Poudlard au bout d'une heure et quart de film, il y a bien un type qui s'appelle Ron mais c'est pas son meilleur ami, c'est genre un autre mec qui n'a rien à voir, et les Dursley complotent en secret pour renverser la Monarchie.

Le Seigneur des Panneaux
Jamel Debbouze est Frodo Baggins, mordu à la main par Golum, interprété par une doublure numérique de Louis de Funès. A la fin, comme c'est finalement Sauron qui gagne, tout le monde s'exile vers Valinor.

Douze Hommes Pas en Colère
Jamel Debouzze est le Juré N°8, blessé à la main en tapant sur la table pour obtenir le silence. Les onze autres jurés se taisent, et au bout d'une heure et quart d'un silence pesant, l'accusé est déclaré coupable.

Autant en emporte Pas le vent
Jamel Debbouze incarne Rhett Butler, blessé à la main lors de l'incendie de Chicago pendant la guerre d'Espagne. Il rencontre Scarlett O'Hara au milieu d'une tornade qui l'emmène au Pays d'Oz et là, il sauve le monde de la menace Nazie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3497 fois
181 apprécient · 5 n'apprécient pas

Mike Öpuvty a ajouté ce film d'animation à 2 listes Pourquoi j'ai pas mangé mon père

Autres actions de Mike Öpuvty Pourquoi j'ai pas mangé mon père