Je ne comprends pas

Avis sur Premier Contact

Avatar Maybourne
Critique publiée par le

Je ne comprends pas ce film.

Tout commence pourtant bien avec une première heure de film lente et poétique qui met particulièrement en avant l'échange linguistique patient et progressif entre Amy Adams et ces étranges aliens, à la manière d'un classique du genre tel que Rencontre du troisième type. La nervosité permanente (et habituelle dans ce type de films) des militaires tranche avec la patience et la pédagogie avec laquelle cette linguiste prend le temps de découvrir ces étranges symboles. Bon, comme d'habitude le seul point de vue que l'on a vient des américains et à part les chinois (et oui les russes vous appartenez déjà au passé pour Oncle Tom) les autres sont aux abonnés absents.

Mais c'est surtout la seconde partie du film et les révélations progressives qui vont petit à petit détruire tout ce que ce début avait créé patiemment.

Pour en parler, il va falloir spoiler.

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi traiter une nouvelle fois des interractions avec des extra terrestres en éliminant toute forme de logique scientifique telle que nous la connaissons. Pourquoi choisir une nouvelle fois l'insoluble problème du voyage temporel, traité en plus avec un manque de cohérence tel que la moindre tentative d'imagination sur le fonctionnement de ce monde tombe immédiatement sur des paradoxes tellement absurdes qui feraient passer Emmett Brown pour un prix Nobel de physique.
Je récapitule : elle a donc une vision du futur dans laquelle le général lui rapelle ce qu'elle lui aurait dit il y a 18 mois (pourquoi lui rappeler puisque c'est elle qui lui a dit ?) et qui lui a fait changer d'avis sans même qu'on comprenne en quoi le fait d'apprendre ces mots par une linguiste américaine (pourquoi accepter de lui parler dans ces circonstances de préparation d'une attaque contre une race extra terrestre ?) puisse avoir le moindre impact sur son comportement avec les aliens.
Et lorsque qu'elle se rend compte de son destin, elle l'accepte comme une fatalité sans qu'on comprenne pourquoi.
Et puis pourquoi elle? A quoi cela a servi aux aliens? A quoi cela servira dans 3000 ans? J'apprécie les fins ouvertes quand elles permettent d'amener une réflexion sur le film et son propos. Ici on semble être dans l'information pure sans le moindre message derrière : voilà avec notre super langage qu'on a appris qu'à une seule personne avant de se barrer vous pouvez voir le futur de vos vies. Ou peut-être pas et que Louise restera seule avec son pouvoir et son destin déprimant, on en sait rien en fait.

Côté acteurs, je ne retiens que la prestation d'Amy Adams, celles de Forest Whitaker et Jeremy Renner étant facilement oubliables. Le premier semble subir les évênements pendant presque tout le film et Renner semble plus concentré à trouver une approche pour séduire Adams que par la première recontre des humains avec une race extra terrestre.

Les relations internationales sont encore traitées avec un nombrilisme américain qui n'a plus lieu d'être en 2017, alors que le sujet du multi site aurait pu apporter un dynamisme et une diversité au film qui nous aurait fait oublier qu'il y a 20 ans, Independance Day traitait le sujet avec à peine moins de subtilité.

Beau et poétique avant de tomber dans le manichééen, larmoyant et se perdre dans ses incohérences scénaristiques, Premier Contact m'aura laissé un grand sentiment de frustration malgré d'indéniables.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 263 fois
2 apprécient

Autres actions de Maybourne Premier Contact