La drogue à la danoise

Avis sur Pusher

Avatar batman1985
Critique publiée par le

Au moment où j'écris ces quelques lignes, se profile à l'horizon Only God Forgives. L'occasion pour plonger toujours plus loin dans la filmographie de Nicolas Winding Refn avec son premier film, Pusher.

L'occasion aussi de découvrir pour la toute première fois à l'écran Mads Mikkelsen, LA gueule du cinéma danois. C'est surtout une plongée âpre et brute dans la violence, dans le monde de la petite délinquance de Copenhague.

Pas de chichis, pas de fioritures, on est dans l'antithèse de ce que peut être un Scarface dans la manière de faire. Refn filme souvent caméra à l'épaule sa petite frappe. Pas de coups de feux à torts et à travers, pas de baron de la drogue entouré de femmes et encore moins des kalashnikovs. En réalité, nous avons affaire à un petit business, mais certainement pas à des grosses frappes, hormis peut-être le serbe Milo, qui s'érige plus en petit parrain.

La vision de ce petit monde est réaliste, proche parfois d'un docu-fiction. De ce que Refn développera par la suite de la carrière dans ses thèmes, on peut déjà y retrouver une forme de fascination pour la violence. Pourtant, rien n'est montré à l'écran, le cinéaste agit déjà avec une grande distanciation.

Aussi une volonté de la part du cinéaste de suivre des personnages atypiques, des antihéros pour lesquels le spectateur y trouvera une forme d'affection. Un peu de poésie aussi, surtout dans le final, où la chute de Frank ne semble jamais s'arrêter, connaitre de fin, justement. Notre homme ne connait même pas la gloire à un moment. C'est un raté et il le restera. Le cinéaste dépeint une catégorie de la population, des dealers, des paumés, des drogués dont Refn se demande s'ils peuvent découvrir un échappatoire à leur vie.

Il manque évidemment encore à Refn de la profondeur et de l'universalité, tant dans les thèmes traités que dans ses personnages. Pourtant, les différentes personnes possèdent déjà énormément de personnalité. Le premier opus de cette trilogie se concentre sur Frank, joué par Kim Bodnia. On a pourtant hâte qu'il s'intéresse à Tonny (Mads Mikkelsen). Ce sera le cas avec le second opus, près de dix ans plus tard.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 684 fois
15 apprécient · 1 n'apprécie pas

batman1985 a ajouté ce film à 2 listes Pusher

Autres actions de batman1985 Pusher