Vacuité virtuelle

Avis sur Ready Player One

Avatar Elisariel
Critique publiée par le

Quel tapage médiatique !
Parce que c'est Steven Spielberg ?
Je l'ai vu en version numérique. Je pense sincèrement que la version 3D n'aurait rien changé à ma décevante sidération.
Que dire sans spoiler ? Peu de choses.
Il y a un synopsis. Simpliste et penchant méchamment vers le manichéisme, mais assez alambiqué pour tenir, un peu, la route. Tout est expliqué en voix off, par l'intermédiaire du héros Parzival, dès le départ.
Ce film tient debout grâce à deux béquilles : De bons effets spéciaux (ça devient incontournable et pourtant j'aime beaucoup) et des rappels à notre mémoire de cinéphiles et de gamers. Ce qui peut encore passer, c'est amusant.
Étant extrêmement sensible à la BO, aux morceaux musicaux choisis, j'ai sursauté très désagréablement quand le réalisateur à casquette nous fourgue de la musique made in Disney pendant les rares scènes dans la réalité, où le héros essaie d'emballer l'héroïne rebelle (comme il se doit). Atroce.
Il y a des longueurs, il y a des facilités, trop de facilités.
Je m'étonne en passant que Christopher Nolan n'ait pas grincé des dents via les "réservoirs" sociaux lors d'une séquence importante...
Un 3 pour deux raisons : Une scène formidable en forme d'hommage à Kubrick et la prestation du méchant, vraiment méchant donc, Ben Mendelsohn.
Je n'aime pas "Avatar" et pourtant je préfère Pandora au monde de l'Oasis. C'est dire.
Les acteurs, mis à part Ben ci-dessus cité, sont sans grand relief : Tye Sheridan, au charisme mou, Olivia Cooke, Lena Waithe (qui s'en sort le mieux), Philip Zhao, Win Morisaki.
Quant aux acteurs dits "confirmés" : Simon Pegg et Mark Rylance, ils font de la figuration.
C'est un gros, et long, clip vidéo. Une vertigineuse compilation qui confine au fourre-tout des années "Retour vers le futur" et "Akira" et des premiers jeux multijoueurs comme Ultima.
"Divertissant" m'a dit un collègue. Il a bien résumé ce long métrage.
Voilà, c'est divertissant. Steven s'est amusé. Le buzz s'est nourrit de son aura de grand réalisateur.
C'est un grand réalisateur. Mais là, il s'est relâché un tantinet.
Il a peut-être eu un coup de mou après l'âpre "Pentagon papers"...
Au vu de ses prochaines réalisations, espérons que nous allons retrouver LE Steven de "Minority Report", des Indiana ou encore de "Arrête-moi si tu peux" !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 394 fois
14 apprécient · 5 n'apprécient pas

Autres actions de Elisariel Ready Player One