Fascination & émerveillement

Avis sur Rencontres du troisième type

Avatar Docteur_Jivago
Critique publiée par le

Des vieux avions datant de la Seconde Guerre mondiale redécouvert, des chants indiens qui sembleraient signifier quelques choses de particulier, des objets volants non identifiés apparaissent, des objets électriques s'allumant tout seul... voilà bien des phénomènes aussi bizarres qu'inquiétants et surprenants, mais pour une poignée de scientifique, le constat est clair...

Après avoir croqué le box-office avec "Les dents de la mer", Spielberg se lance dans la science-fiction, genre qui le poursuivra tout le long de sa carrière, avec "Rencontre du troisième type". Débutant son récit par quelques phénomènes inexplicables, Spielberg met en place une atmosphère à leurs images, c'est-à-dire inquiétante, mystérieuse ou encore inexplicable, et c'est là toute la réussite du film, Spielberg nous intrigue et l'on est captivé voire fasciné par le récit, qu'il maîtrise à merveille.Il transmet à travers "Rencontre du 3ème type" sa curiosité et son émerveillement, pour notre (mon) plus grand bonheur.

Spielberg se fait assez sobre et opte pour un point de vue d'abord réaliste mais avec toujours une ombre fantastique et inexplicable. Il met en place un cadre adéquat où l'on suit plusieurs personnes dont la plus saisissante reste dans la banlieue américaine, venant de divers milieux et on observe leurs réactions, parfois opposés mais dominé par la peur de l'inconnu mais aussi une sorte de fascination (dans certains cas) pour l'inexplicable. Spielberg quitte peu à peu le cadre réaliste mais dresse toujours un portrait intéressant et parfois tendre des personnages et notamment celui de Roy Neary (Richard Dreyfuss) qui va toujours être fasciné, curieux et croire que ce qu'il voit.

C'est en effet sur ce personnage-là qu'il va vraiment braquer sa caméra mais aussi aborder un des thèmes qui lui est cher à savoir la famille. Spielberg nous montre son évolution au sein de sa famille au fur et à mesure que les effets surnaturels se font présents pour tendre vers un renfermement sur soi-même et un père incapable de tenir sa famille. Portrait saisissant, renvoyant directement à l'enfance du cinéaste qui fut marqué par le divorce de ses parents, et personnage fortement intéressant dont Spielberg en fait ressortir toute l’ambiguïté, l'intérêt et l'émotion. Il s'attache parfois à de simples scènes banales de quotidiens, notamment lorsqu'il représente la façon de vivre dans les foyers des banlieues, mais qu'il inclut à merveille dans son récit et ne faisant que renforcer l'intérêt et l'émotion pour les enjeux et personnages. Le film ne manque pas non plus de tensions qui monte crescendo plus on avance vers les péripéties importantes.

Spielberg se montre aussi brillant par son utilisation des couleurs et de la musique. Que ce soit de jour ou de nuit, la photographie est magnifique et Spielberg orchestre des ballets visuels lors de l’apparions d'effets extra-terrestres (que ce soit lors de simples lumières ou du passage d'OVNI). Il utilise ses couleurs pour tour à tour nous faire ressentir de l'émerveillement ou de l'angoisse. Certaines scènes sont inoubliables, à l'image de toute la finalité du film. Et puis, comme il l'avait déjà démontré dans "Jaws" et comme il continuera à le faire par la suite, il sublime la partition de John Williams qui fait partie intégrante du film.

Un film qui n'a rien perdu de sa puissance au fil des années. Une oeuvre aussi belle qu’intrigante, parfois angoissante et envoûtante où Spielberg démontre tous ses talents de metteur en scène.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 904 fois
43 apprécient · 1 n'apprécie pas

Docteur_Jivago a ajouté ce film à 7 listes Rencontres du troisième type

Autres actions de Docteur_Jivago Rencontres du troisième type