Naissance dans la souffrance et les coups.

Avis sur Rocky

Avatar 21st Century  Christ
Critique publiée par le

Premier épisode d’une longue et riche saga cinématographie, « Rocky » pose déjà les marques d’une série de films qui marqueront à tout jamais l’esprit de millions de personnes.

Ce premier opus est plus axé sur l’émotion et l’humanité que sur l’action pure. Effectivement, pendant une heure et demie, on assiste à la dure mais bien réelle vie de Rocky Balboa : ses petits boulots, sa vie sentimentale etc. L’aspect humain est toujours présent, ce qui rend le personnage très sympathique et attachant.
Sylvester Stallone campe à merveille ce mec des quartiers, bon boxeur qui ne souhaite que deux choses : boxer et conquérir le cœur de la fameuse Adrian. Il arrivera finalement à ses fins dans les deux cas, non sans grande peine pour son second désir. Ceux qui s’attendent à un film où la boxe est sans cesse présente peuvent repartir.

La bonne idée du film fût de ne pas montrer souvent les combats de boxe (mis à part celui du début, et le final), un procédé qui rend encore plus intense l’incroyable final où la tension et la rage s’accroit sans cesse. Ce final est d’ailleurs à couper le souffle, tant les visages sont tuméfiés par les nombreux coups de poings. On se surprend même à hurler à gorge déployée pour Rocky. Il faut encore insister sur la valeur humaine du film, qui montre parfaitement la notion du Rêve Américain (on y croit ou pas, peu importe).
Rocky est lui-même assez bouleversé par ce changement soudain : sa confrontation avec son manager/entraîneur, sa peur constante, son entraînement drastique (où on décèle une certaine émotion dans cet acharnement à être au meilleur niveau possible), ses engueulades le montre très bien.
Sa romance avec Adrian peut paraître cul-cul, mais ce sentiment n’effleure pas une seule fois la pensée. C’est même assez mignon, en partie grâce à un Stallone qui joue à merveille sur les cordes de l’humour à deux balles et de la sensibilité de la jeune femme (la scène de la patinoire est drôle et tendre à la fois). Et que dire des fameux « Adrian ! Adrian ! »,venant du fin fond d’un homme juste amoureux qui se fiche d’avoir perdu ou gagné ?

« Rocky » est un petit chef d’œuvre simple et humble, porté par un Sylvester Stallone touchant. Un classique !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 301 fois
3 apprécient

Autres actions de 21st Century Christ Rocky