Sacrée déception

Avis sur Sacrées sorcières

Avatar Nassim48
Critique publiée par le

J'ai beaucoup hésité à faire cette critique tant j'ai été attristé tout au long du métrage.

Une journée de 2008, j'ai découvert durant un court de français un texte d'un certain Roald Dahl. L'histoire farfelue d'un géant candide qui tentait tant bien que mal de survivre avec une alimentation basé sur le Schnockombre (sorte de légume) exclusivement. Très intrigué, j'avais entrepris de lire ce roman que par chance, une de mes camarade de classe possédait et a accepté de me prêter.
Commença alors mon périple dans l'univers sublime de M. Dahl.
J'ai très vite lu tout ses bouquins, toujours grâce à cette fille et à sa sœur jumelle (Kenza et Lyna si vous passez par là des gros bisous), et je peux dire aujourd'hui qu'ils ont été des éléments formateurs de mon imaginaire.

Vous l'aurez sans doute compris au vu du titre, le film de Zemeckis est pour moi une mauvaise adaptation couplée d'un film bancal.

Là où l’auteur britannique n’hésitait pas à présenter des thématiques plus adulte comme la mort, le deuil et l’horreur de manières crues et réussies, le film est un peut trop poli à mon goût.
Alors oui ça parle de deuil durant la première demi heure mais c’est mélodramatique au possible. Pas besoin de surenchérir sur la tristesse du petit, pas besoin d’autant d’artifices pour montrer l’amour entre la grand mère et son petit fils, ne serait-ce pas mieux de les montrer plus complices que contraints à vivre ensemble ?

Le plus gros manque de l’adaptation reste selon moi l’absence totale de mystère.
Ce que je m’apprête à dire est à prendre avec des pincettes; Mes souvenirs du livre étant assez flous
Car oui, ce qui fonctionnait le plus dans les textes c’était le côté mystique, quasi surréaliste des situations :
- Les sorcières sont introduites dès le début en détails, les rendant menaçantes et terrifiantes pour l'enfant dont on suit le point de vu.
- La grand mère est aussi terrifiée par ces dernières et semble avoir un passif qu’on ne détaillera jamais vraiment et non pas une vulgaire histoire de magie vodou où je ne sais quoi. Elle avait fière allure avec son cigare (il me semble) à tout savoir sur elles une vrai source d’admiration pour l’enfant.
- Le petit Bruno qui devient tragiquement une souris retourne avec ses parents et à nous d’imaginer son sort. Non mais sérieusement à la fin il rentre avec la mamie c’est interdit par la loi ça ma petite dame !
- La scène de fin déchirante et ultra touchante par sa justesse et sa cruauté est ici édulcorée à base de: Oh mais tu sais seul dieu sait combien de temps on va vivre blablabla. 9 ans c’était parfait, triste, fatale, rendant le tout encore plus touchant. À l’époque j’avais presque pleuré !
En plus la présence des 2 autres rongeurs là rendent bien moins impactante.

Pour moi le film rate le coche de ce qui aurait pu être un film (grand ?) marquant pour les enfants de cette génération, sollicitant leurs imaginaire en leurs flanquant de belles trouilles à l’image de ses grands prédécesseurs: Les aventures de Münchhausen ou E.T pour ne citer qu’eux.

Sur le reste je n’est pas grand chose à dire.
Les effets visuels sont plutôt moches mais l’aspect "cartoon" fonctionne parfois bien.
Restituer l’action aux USA dans une famille afro-américaine des années 60, pourquoi pas ? Mais faites en quelque chose non ? Un message sur le racisme ou la ségrégation à l’époque ?
Je suis peut être passer à côté..
Rajouter une 3-ème souris ne sert à rien. Une esquisse de love interest sûrement rajoutée pour avoir un fille dans le trio.

Le film sera peut être un bon divertissement pour les enfants, sûrement plus éprouvant pour les adultes et définitivement dispensable si vous aimez le bouquin.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 148 fois
1 apprécie

Nassim48 a ajouté ce film à 1 liste Sacrées sorcières

  • Films
    Cover Vu en 2021

    Vu en 2021

    Avec : Scooby-Doo et la Créature des ténèbres, M. Popper et ses pingouins, Edge of Tomorrow, Rashômon,

Autres actions de Nassim48 Sacrées sorcières