Shame on you

Avis sur Sans Tambour

Avatar SmileShaw
Critique publiée par le

J’avais dit que je regarderais ce spectacle juste pour le démolir car j’étais convaincue que ce serait mauvais !
Pourtant, au fond de moi, j’avais l’infime espoir de me tromper car je l’ai aimé, Gad Elmaleh ! Combien de fois ai-je vu Décalages et sa chèvre de Monsieur Seguin ? Je connaissais par coeur les répliques de la fameuse Madame Tazi, les délires de son grand-père, la frime de Coco, la tendresse de Chouchou, ... C'est que je les adorais, ses personnages !

Il a commencé à déconner, ou plutôt à déééécooooooonner, avec l’Autre, c’est moi ! Changement de registre avec le stand-up, hyper tendance, qui autorise une certaine proximité avec le public, mais qui assurément demande moins de taff ! On parle de soi, des autres, après observation des petits travers de chacun et le tour est joué ! Ni vu, ni connu, j’t’embrouille ! Celui-là passait encore, parce qu’il y avait un thème principal, avec broderies autour, certes, mais je me suis pas mal marrée et je l’ai même revu !

Papa est en haut ou l’Autre, c’est moi 2 à été le spectacle du divorce entre lui et moi : vide, creux, pas drôle, ça sentait le foulage de gueule à plein nez, la flemmardise de l’artiste qui a son public acquis à sa cause et qui viendra le voir les yeux fermés.
Je ne pensais pas qu’il pourrait faire pire, mais ça, c’était avant aujourd’hui !
J’avais prédit un désastre, j’avais vu juste ! Comment peut-on présenter une horreur pareille à ses fans, ses spectateurs qui se déplacent, qui paient 40 euros leur place ? Moi encore, je m’en fous, je n’ai pas déboursé un centime, Dieu merci ! Mais quel manque de respect pour tous ces gens là que de présenter un spectacle aussi peu travaillé, aussi peu inspiré que celui-là ! C’est bien simple : je pense que Timsit et Roumanoff me font plus rire ! Putain, les mecs ... Timsit et Roumanoff, merde !

La pompe à essence, sérieux ? Et toujours les mêmes vannes recyclées sur le Maroc !
J’ai quand même ri une fois, une vanne sur Skype. Le reste du temps, j’avais plus envie de pleurer en pensant à tout ce talent gâché. Il n’est pas bon d’avoir un public assuré, car à l’instar des Dubosc, dont le premier spectacle J’vous ai pas raconté, a longtemps fait partie de mes préférés, ou Foresti, dont j’aimais tant la fraîcheur à ses débuts, avec le succès, on devient moins exigeant avec soi et on sombre inexorablement dans la facilité, quitte à frôler l’irrespect pour ce public qui les suit pourtant, mais pour combien de temps encore !

Gad, si l’inspiration t’a quitté, une solution : arrête -toi ! Ne t’inflige (et ne nous inflige) plus cette désolation ! Tu vaux mieux et on mérite mieux que ça !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1567 fois
22 apprécient

Autres actions de SmileShaw Sans Tambour