Sennaportequoi

Avis sur Senna

Avatar The Reg
Critique publiée par le

Journaliste : Un documentaire événement sur Senna, je ne vous cache pas qu'on l'attendait avec impatience !
Asif Kapadia : Je vous crois, j'espère que vous ne serez pas déçu.
J : On peut vous poser quelques questions dessus ?
AK : Oui, je vous écoute.

J : Parlez-nous de la distribution du film, il va bien l'être j'espère ?
AK : Je veux. Tenez prenez la France, dans 4 salles de ciné. A l’échelle de l’intérêt actuel de la F1 dans ce pays, on fait les choses en grand.
J : C'est parce qu'il y a beaucoup de concurrence ?
AK : Ah ben, Very Bad Trip 2, on peut pas lutter.
J : Euh... Ah je comprends, c'est que ce documentaire est très très long vu comme il a été annoncé, il veut être LA nouvelle référence sur le bonhomme, sans approximations ou raccourcis, donc sa durée a rebuté les salles ?
AK : 1h45 en version standard.
J : Comment, c'était encore trop long pour les salles ?
AK : Ah non, elles en avaient juste rien à foutre.

J : Ah... bon, d'accord... Enfin, avec tout ce que j'ai entendu sur ce documentaire qui nous donne la VRAIE histoire de Senna. Donc enfin, vous y êtes allé finement ?
AK : Ouais, la version standard c'est mieux parce que ça parle moins, on fait des cut tout le temps, ça va vite et là il prend le virage à fond et freine, et là il dépasse le type, il frole le rail, et puis y'a un accident BLAM, z'allez voir la musique... en bref c'est trop top !

J : Hmm hmm... On le voit en Formule Ford ?
AK : Ah ouais ça existe vraiment la Formule Ford ? Je croyais que c'était une blague.
J : Je vois... et la Formule 3 ?
AK : Ouais non il était face à Brundle, les gens y s'en moquent vous savez, valait mieux aller direct en F1.

J : OK. Et donc, une fois en F1 vous montrez...
AK : Oh toutes les fois classiques vous savez, Monaco 84, Portugal 85, Monaco 88, tout ça...

J : C'est bien, je vois que vous parlez de l'époque Toleman et Lotus, vous allez pas direct chez McLaren.
AK : Je veux oui ! Tenez vous bien, là c'est plus long que le karting, ses 4 saisons chez Toleman puis Lotus, on y reste près de 8 minutes !
AK : Et les 6 saisons chez McLaren durent...
J : Plus d'une heure.

J : Ah c'est... c'est... bien réparti. Sinon donc question story-telling...
AK : Ah bah là c'est clair, on a le bon Senna, la brute Balestre, le truand Prost.

J : Ah ouais Prost c'est le méchant de l'histoire ?
AK : Ouais, on l'a interviewé mais on s'est rendu compte que c'était pas le bon angle. Bon, comme on l'avait on l'a collé dans les bonus que les fans regarderont une fois à tout casser. Mais attendez ! Y'a la version longue vachement bien faite où on va jusqu'à faire un montage qui essaie de décrédibiliser ce qu'il vient juste de dire. Génial hein ?

J : Et vous ne craignez pas que les fans de Prost...
AK : Qui voulez-vous qui gueule ? Entre les pays qui regardaient à peine la F1 à l'époque voire encore aujourd'hui, les sud-américains qui déifient Senna, les japonais avec Honda ils l'adorent, les anglais ils peuvent pas blairer Prost à cause de Mansell, les Italiens vu la rupture avec Ferrari c'est délicat aussi, les autres pays en général c'est au mieux de l'indifférence, et même en France la majorité des gens préfère Senna. Je peux vous dire que c'est pas avec notre doc que ça va changer.

J : Non mais est-ce que malgré tout les gens pourraient pas se rendre compte que c'était pas aussi simple que Prost = méchant, Senna = gentil ?
AK : Non non, Prost est toujours montré aussi froid, on va jusqu'à renier l'existence de la phrase d'Ayrton "I miss you Alain" et avec un bon montage, il suffit de balancer une musique triste sur des paroles profondes de Senna et le montrer entrain de prier, on voit que c'est le gentil, ça marche sur les neuneus.

J : Et les fois où Ayrton a été dangereux...
AK : Suzuka 89 fait oublier tout le reste. Senna c'est le gentil.

J : Ou pas très glorieux dans ses déclarations, genre mémoire sélective, agressif, même menteur...
AK : Je répète : Senna Gentil.

J : Bon, dans ce cas, si vous vous focalisez sur les bons côtés de Senna, vous montrez des trucs comme les bons moments qu'il a quand même pu passer avec Prost...
AK : Prost méchant bon sang !
J : OK ok j'arrête de parler de lui. Ou alors je sais pas... la Belgique 92 quand il va aider Erik Comas ?
AK : Qui ?

J : Non rien, c'est pas grave... Et vous montrez des images peu vues ?
AK : Ouais quelques-unes ! A un briefing des pilotes où on montre qu'il était gentil et Balestre méchant.

J : Ah, je pensais pas vraiment à ça...
AK : A quoi alors ?
J : Est-ce que je sais, doit bien encore y avoir des archives obscures qui traînent.
AK : Ah pour ça oui, on l'a à une émission de variété brésilienne où il a pas l'air de savoir ce qu'il fout là. Marrant hein ?
J : Euh... sa vie privée ?
AK : Je veux, on le voit sur un scooter avec sa petite amie durant plusieurs secondes !
J : Euh... son essai en IndyCar ?
AK : Non ? Il en a fait un ?
J : Bon... et des grandes courses qu'il a pu faire mais qui sont un peu sous-estimées parce qu'éclipsées par d'autres plus connues... ?
AK : Ça suffit maintenant, c'est un documentaire sérieux !

J : Pardon pardon... bon, et ses relations avec d'autres pilotes que ... vous savez qui ?
AK : Ben un peu Berger forcément, c'est les moments un peu rigolos.
J : Et ?
AK : Et quoi ?
J : Ben ses relations et ses affrontements avec Mansell, ils se sont affrontés pour le titre et finalement accrochés très souvent. Schumacher ils se sont frictionnés aussi c'était le choc des générations. Ou Piquet, un autre brésilien !
AK : Boh... ouais euh... enfin, comme ça vite fait... pourquoi, le frenchie et Berger ça suffit pas ?
J : Ah ouais donc j'ai pas besoin de demander pour les autres... de Angelis par exemple...
AK : Qui ça ?

J : Non non rien. Mais alors si je comprends bien, 92-93 non plus vous en parlez pas des masses ?
AK : Oh, 3 minutes tout de même.
J : Tout de même, en effet. Bon, tout ce qui est tractations avec les écuries, les contrats...
AJ : Oh, on va pas faire chier les gens avec de la politique, on filme pas pour Public Senat ! On filme Senna pour le public ! Hahaha ! Marrant hein ?

J : Je comptais parler de la technique mais je vais me taire. Bon, concernant Imola 94...
AK : Ah là on a mis le paquet ! C'est le point fort.
J : Concernant le message sympa de Senna à Prost "A special hello to my dear friend Alain, we all miss you Alain..."
AK : Non, c'est un fake.
J : Pardon ?
AK : Je vous dis que c'est un fake. [Note de l'auteur : AK l'a vraiment dit]

J : Euuuuh... bon... Et donc, Imola, vous avez pris du recul sur l'émotionnel, fait une enquête sur les causes de l'accident, vérifié les thèses, avez un entretien avec Frank Williams ou Patrick Head... ?
AK : Ha ha, elle est bonne, vous êtes un marrant. Non coup classique : Tension au début du week-end, drame au moment de l'accident, émotion ensuite. Normal.

J : Non mais après...
AK : On a des interviews de gens qui disent qu'il était trop sympa, et une fois encore quand tu fous Ayrton en voix off sur des images au ralenti de fans tristes après Imola 94 et une musique mélancolique t'as fait tout le boulot tu sais.
J : Non mais je veux dire, vraiment après. Le procès Williams par exemple...
AK : Pourquoi vous voulez qu'on fasse un 4e acte ? On pourra pas dépasser le climax du 3e. Et puis il est plus là, ils s'en fichent les gens.
J : Et l'héritage d'Ayrton ? Ça il s'en fichent pas !
AK : Ouais ouais, on dit deux mots sur sa fondation. Enfin, vous savez quoi, laissez-faire le montage de ses dix ans de carrière en F1, ça vaut toutes les rétrospectives sur l'après-Senna.

J : En toute franchise dans ce que vous me dites y'a quelques trucs... oh, trois fois rien, que vous avez pas mis mais que j'aurais voulu voir.
AK : Eh on n'est pas cons non plus, les gens resteront jamais durant le générique sauf si on y fout des images. Donc là, on en a casé le plus possible. C'est pas de la merde les documentaires, s'il vous plaît, hein !

J : Je vois... et tout le monde a aimé ?
AK : On peut jamais faire l'unanimité, j'ai vu des gens qui n'ont pas aimé le film mais les gros, gros fans, c'est super rare ! Ça marche toujours avec ces abrutis, même si la soupe est exactement la même que d'habitude. Dire qu'il était ni tout blanc ni tout noir car la vie est pas si simple blablablabla, ça sert à rien avec eux. Senna c'était un ange venu du ciel pour piloter, basta, le bullshit habituel.

J : Je vois. Mais en fait votre truc, il a quoi de plus que "Ayrton Senna : Le droit de gagner" sorti en 91 ?
AK : Ben, on parle des saisons 92 à 94.
J : Bien sûr, où avais-je la tête ?

AK : Mais vous avez raison on s'est pas fait trop chier, c'est à peu près la même chose avant 92. Mais assez parlé, vous voulez acheter le DVD ?
J : Non, non, mais merci, j'ai compris beaucoup de choses.
AK : J'espère, vous vous adressez à des pros.
J : Oh oui, ça se voit.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 931 fois
15 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de The Reg Senna