Affiche Série noire

Critiques de Série noire

Film de (1979)

Moonlight Fiesta

Que c'est sombre et sordide. Un polar s'arrêtant sur des personnes banales, une zone industrielle où les combines et faits divers sont les principales occupations, avec en fond une radio omniprésente et au milieu un Dewaere s'agitant beaucoup pour finir par se perdre dans ses mensonges et machinations. D'une très grande violence, Série Noire nous emmène donc dans un... Lire la critique de Série noire

26 5
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

L'histoire du rat qui construit son propre labyrinthe

Franck Poupart est représentant de commerce. Des peignoirs "made in Austria" en pure laine des Pyrénées, du Calvados d'Ecosse et autres robes de chambre molletonnées à motifs floraux. "Poupée" a du mal à boucler ses fins de mois. Il hante ces banlieues Parisiennes naissantes. Ces terrains vagues boueux où de vieilles maisons, ces vieilles carcasses, tiennent péniblement debout, s'appuyant... Lire l'avis à propos de Série noire

77 52
Avatar Ze Big Nowhere
9
Ze Big Nowhere ·

Mona Mona ! T'as beau être une sacrée gonzesse !

Série Noire. Le titre fait inévitablement penser à la fameuse collection de romans noirs initiée par Marcel Duhamel en 1945, collection où fut justement édité le roman de Jim Thompson, Des Cliques et des Cloaques, dont le film de Corneau est l'adaptation. Jim Thompson était plutôt à la mode dans ces années 70 et même au début des années 80, puisqu'on trouve plusieurs de ses titres adaptés au... Lire l'avis à propos de Série noire

42
Avatar SanFelice
8
SanFelice ·

Rêve en rouge et noir

"Je m'appelle Frank Poupart. VRP de troisième zone, je me coltine à bout de bras une grosse valise d'échantillons pouilleux que je démarche à domicile, dans les périphéries hirsutes et décrépites cernées de béton et d’ordures. Mon épouse me déprime : prostrée dans le capharnaüm de ses fringues de midinette, guettant sur ses jambes mal épilées l'accroc fatal qui va filer ses bas, se... Lire l'avis à propos de Série noire

33 2
Avatar Thaddeus
10
Thaddeus ·

« On sait pas où on va, mais quand faut y aller, faut y aller »

Film majeur, qui s’inscrit dans la lignée des grands polars sur les petites gens. Dans une banlieue déserte et crasse, où seule la radio, omniprésente, semble tenir compagnie aux gens, le fait divers semble être la seule distraction envisageable. Sordide, déconcertant, d’une noirceur sans échappatoire, si ce n’est le panache du personnage principal, héros romanesque sans lecteur, qui se... Lire la critique de Série noire

36 3
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Il y a de la réplique Georges !

Je découvre enfin du Alain Corneau à travers ce film inspiré du livre de Jim Thompson, Hell of a woman. Comme je n'ai pas eu l'occasion de lire son livre, je serais bien dans l'incapacité de le comparer avec Série Noire dans ma critique. On suit un Patrick Dewaere déchainé dans le rôle de Franck Poupart, un looser qui semble avoir tout raté. Il faut dire qu'il est vraiment fantastique. Il donne... Lire la critique de Série noire

30 7
Avatar Amethyste
7
Amethyste ·

Corneau sombre, Dewaere halluciné.

Quand on lui parle de Série Noire Corneau répond « Je n'ai jamais su expliquer le scénario ou les personnages. Ce qui est sur c'est qu'à un moment s'est produit un déclic : voilà enfin un projet que j'ai envie de réaliser, pour voir ce que ça va donner ». Comme plusieurs autre confrères cinéastes, Corneau a eu l'envie d'adapter un livre de Jim Thompson A Hell of a woman, dont il confie les... Lire l'avis à propos de Série noire

28
Avatar z0uan
9
z0uan ·

Quand le poissard perd son âme

Attention, annihilateur de bonne humeur en ligne de mire. Série noire est une plongée radicale dans le quotidien d’une France dépressive au bout du rouleau, ravagée par une misère quotidienne qui ne lui permet plus d’appréhender le lendemain avec sérénité. Le trait n'est pas forcé plus que de raison, la pleine possession du cadre est laissée à Patrick Dewaere, dont l’énergie de chaque instant... Lire la critique de Série noire

24
Avatar oso
8
oso ·

Jouer, ou jouer sa vie ? La folie Dewaere.

C’est évidemment la confrontation avec la voiture, sur fond de terrain vague à l’âme et de boue sinistre, qui demeure. A se fracasser la tête contre les vitres, deux fois, trois fois. Puis à prendre son élan, foncer, tête en avant, et s’éclater contre la bagnole. (En termes zoologiques, cela peut s’apparenter à la stratégie des bœufs musqués, ces énormes caprins de trois cents kilos sortis des... Lire la critique de Série noire

24 8
Avatar pphf
8
pphf ·

"Qu'est-ce que t'en as à branler d'un connard comme moi ?"

Terrible, voilà le terme pour qualifier la performance de Patrick Dewaere dans ce véritable film posthume. Tout le film repose sur les épaules du regretté acteur et s'il ne fallait conserver qu'une seule scène, parmi les innombrables pépites, c'est bien entendu la séquence d'auto-destruction contre sa voiture. A l'heure d'aujourd'hui la fiction rejoint la réalité, constat indissociable et une... Lire la critique de Série noire

11
Avatar KINOEIL
9
KINOEIL ·