Impro c’est tout.

Avis sur Shadows

Avatar Sergent Pepper
Critique publiée par le

Au cours d’une des dernières séquences qui achève de faire de nos personnages des perdants au vu de la dérouillée qu’ils se prennent dans un local à poubelle, l’un des combattants met un poing directement sur la caméra, à deux reprises, l’occultant totalement. Déclaration d’intention on ne peut plus claire de la part de Cassavetes, qui pour son premier film, bouscule au propre comme au figuré les codes du cinéma de son pays au profit de ce qui va se nommer le « cinéma vérité ».
Soit la vie quotidienne et combinarde de jeunes paumés dans un New York underground où tentent, sans grand succès, de se mêler noirs et blancs sous l’illusoire concorde d’un jazz omniprésent. Tourné en 16mm, laissant en grande partie les comédiens improviser, Shadows se veut une captation brute de la pulsation urbaine, nocturne et spontanée de ceux qui n’ont pas grand-chose, ni dans leurs poches, ni à faire.
Les maladresses sont nombreuses, tour à tour irritantes ou séduisantes. Faux raccords, ellipses, dilatation du temps dans l’attente du surgissement émotionnel, le film distribue des séquences à la fois très théâtrales, surjouées, et par instants saisissantes d’authenticité. C’est dans l’immaturité des personnages, sorte d’adolescents attardés, qu’il s’en sort le mieux : éclats de rire, phénomènes de groupe probablement dus à l’improvisation, certains échanges sont très réussis. L’autre talent du film est sa propension à capter l’urbanité nocturne : les rues de New York, ses bars, ses enseignes lumineuses restituent parfaitement la pulsation de la ville qui ne dort jamais, annonçant la fascination vénéneuse de Taxi Driver ou l’oisiveté poétique de Jarmush, avec une différence de taille : ici, le cinéaste délaisse ostensiblement la dimension esthétisante de son cinéma.
Marivaudage brut sans réelle leçon à la clé (« Forget about it » étant la phrase finale), Shadows ne provoque pas d’empathie. La musique elle-même semble indifférente aux différentes scènes, et les nimbe de cette improvisation secondaire chatoyante et distanciée.
Une expérience qui a clairement sa place dans l’histoire du cinéma, mais n’atteint pas pour autant les cœurs.

http://www.senscritique.com/liste/Cycle_John_Cassavetes/880788

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 842 fois
27 apprécient · 1 n'apprécie pas

Sergent Pepper a ajouté ce film à 9 listes Shadows

Autres actions de Sergent Pepper Shadows